Évangile selon Saint Matthieu chapitre 5, verset 1-12

Les Béatitudes

01 Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui.
02 Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :
03 « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.
04 Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.
05 Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.
06 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.
07 Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
08 Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
09 Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux.
11 Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
12 Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

Évangile selon Saint Matthieu chapitre 5, verset 1-12

D’une montagne à l’autre*

précédente suivante

C’est l’Évangile de la messe de la Toussaint. On trouve en effet dans chaque béatitude une caractéristique de la vie de tel ou tel saint. Mais si ces huit béatitudes dessinent le portrait d’un homme, c’est avant tout celui de Jésus-Christ. Il est même celui qui a vécu de la manière la plus exemplaire chacune de ces béatitudes.
Jésus proclame « heureux » ceux qui accompliront le programme de ces huit phrases. Mais il ne faut pas se méprendre. Certains y ont vu non seulement la promesse d’une récompense future pour ceux qui souffrent, mais même une invitation à souffrir en vue d’être récompensé un jour.
Il ne s’agit pas de cela. Le cœur de ce texte est une invitation à ressembler au Christ. Voici huit voies pour le rejoindre, huit sentiers pour gravir la montagne où Jésus se tient quand il proclame ces paroles.
Certains monteront par la face nord, toute droite, mais verticale, et d’autres par le long sentier sinueux. Pour saint Matthieu, ces paroles sont la loi nouvelle. Déjà, juste après la sortie d’Égypte, Dieu avait donné une loi sur le mont Sinaï.
Les instructions étaient alors très claires : on ne devait pas gravir la montagne. Seul Moïse le pouvait. Le peuple n’avait pas même le droit de toucher le bord de la montagne tellement ce lieu était sacré.
Avec Jésus, les temps nouveaux sont arrivés. Ces béatitudes ne nous sont pas données pour rendre le monde un peu plus supportable en attendant le Ciel. Elles nous sont proposées pour vivre comme le Christ et avec lui, pour goûter dès maintenant, le Royaume des Cieux.


* D’après le titre d’un beau livre de Paul Beauchamp

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

34 commentaires

Quelle foi manifeste les familles qui choisissent cet évangile le jour d'un deuil !!

Par HALLE 5 octobre 2018 à 9 h 48 Répondre à ce commentaire

Cela fait drôle t'entendre "Heureux ceux qui pleurent..." au cours d'une cérémonie de funérailles, malgré les explications du célébrant...
Oui il y a 8 voies à parcourir, à grimper pour atteindre la montagne..;
Pour moi c'est la béatitude centrale (N°7) que je trouve la plus belle...
Seigneur donne moi les forces pour la suivre !!!
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 12 juillet 2018 à 21 h 25 Répondre à ce commentaire

J'ai apprécié la lecture de St Mathieu car j'ai pu connaître Dieu je me demande si je serai capable de gravir la montagne

Par Jeanne Labadie 10 juillet 2018 à 22 h 11 Répondre à ce commentaire

Isabelle (10h14), vous préférez déplacer la montagne pour contempler, en ce qui me concerne, moindre effort sans doute, j'aurais contourné la montagne et contempler ensuite;) parenthèse d'humour.
Mais en fait, il faut une immense foi pour déplacer la montagne, pour la contourner également, cela fait beaucoup de chemin, pour la gravir par tel où tel côté, pareil, non?
Avec mon petit peu de foi, je chemine sur cette terre, avec tous, croyants ou pas, pauvres, riches, bons ou mauvais, blanc, noir, jaune, rouge…….
C'est toujours mieux d'avancer ensemble, car le chemin peut être long et difficile pour arriver là où nous le désirons, chacun selon sa conviction.
Belle soirée à tous et toutes.

Par monette 10 juillet 2018 à 18 h 58 Répondre à ce commentaire

C'est la période estivale.......
"Jésus gravit la montagne et quand il fut assit ses disciples s'approchèrent , le Seigneur les enseignait.
Jésus énonce les béatitudes, Il n'abolisse pas les lois. "Soyez dans la joie, Soyez heureux parce que Dieu vous prépare une grande récompense"
Le Seigneur encourage. Jésus aime les pauvres "heureux les pauvres", est ce que cela veut dire il faut que nous soyons tous pauvres pour être aimer du Christ.
Ceux qui souffrent., ceux qui sont démunis, ceux qui sont bannis. ceux qui souffrent persécution. Non je pense que le Christ nous demande de changer notre regard et de vivre uni à Lui en toute chose.

Par Suzelle 10 juillet 2018 à 14 h 23 Répondre à ce commentaire

Quel regard vais-je porter, aujourd'hui, en traversant ce monde du festival, avec mon rollator, en allant à ma rééducation. Oui, mon attitude, mon regard sont faciles lorsque face à moi j'ai un beau geste d'aide, un beau sourire,. Mais combien difficiles sont ces attitudes sans respect, presque désobligeantes ; mais cela se produit très rarement et un seul regard sympathique de ma part peut tout changer. Il faut probablement quelque chose qui éclaire le chemin de tous.
Sans porter de jugement je voudrais attirer l'attention sur le fait que les beaux regards se trouvent dans la rue et l'indifférence ou la blessure trop souvent à l'église. Parce qu'à l'Eglise on est pris par les belles idées, les beaux gestes pour tout ce qui est lointain et le "tout simple, le tout petit" à côté on ne le voit pas.
Voilà... comment vais-je vivre les béatitudes aujourd'hui ?

Merci frère Cyrille de m'aider à garder un beau regard.

Par Francine A 10 juillet 2018 à 8 h 23 Répondre à ce commentaire

En écho à votre message :

Il y avait une fois une dame qui était religieuse, dévote et remplie d' amour de Dieu. Chaque matin elle allait à l'église. Chemin faisant, des enfants l'interpellaient, des mendiants l'accostaient, mais elle était tellement absorbée dans ses dévotions qu'elle ne les voyait même pas.
Or, un bon jour, elle descendit la rue comme d 'habitude et parvint à l'église juste à temps pour l'office. Elle poussa sur la porte, mais ne put l'ouvrir. elle poussa plus fort et découvrit qu'elle était verrouillée.
Bouleversée à la pensée de manquer l'office pour la première fois depuis des années et ne sachant que faire, elle leva les yeux. Et là, juste devant sa face, elle vit une note épinglée sur la porte.

C'était écrit : "Je suis là, dehors !"
xxx

D'un certain saint on avait coutume de dire que, chaque fois qu'il quittait la maison pour aller remplir ses obligations religieuses, il disait :"Alors, au revoir, Seigneur ! Je m'en vais à l'église !".


(Anthony de Mello : "Dieu est là, dehors").

Par Esperanza 10 juillet 2018 à 13 h 27

HYMNE : POUR QUE L'HOMME SOIT UN FILS
D. Rimaud — CNPL

Pour que l'homme soit un fils à son image,
Dieu l'a travaillé au souffle de l'Esprit :
Lorsque nous n'avions ni forme ni visage,
Son amour nous voyait libres comme lui.

Nous tenions de Dieu la grâce de la vie,
Nous l'avons tenue captive du péché :
Haine et mort se sont liguées pour l'injustice
Et la loi de tout amour fut délaissée.

Quand ce fut le jour, et l'heure favorable,
Dieu nous a donné Jésus, le Bien-Aimé :
L'arbre de la croix indique le passage
Vers un monde où toute chose est consacrée.

Qui prendra la route vers ces grands espaces ?
Qui prendra Jésus pour Maître et pour ami ?
L'humble serviteur a la plus belle place !
Servir Dieu rend l'homme libre comme lui.

Par Hymne 10 juillet 2018 à 6 h 28 Répondre à ce commentaire

Faire en sorte que le Royaume des cieux soit présent déjà dans nos vies.

Par Carmen 9 juillet 2018 à 23 h 46 Répondre à ce commentaire

Je suis troublée et heureuse. La semaine dernière, j'ai célébré les obsèques d'un monsieur de 78 ans ayant eu une vie très riche de coeur. La famille avait choisi les textes suivants : les Béatitudes de Matthieu et le décalogue. J'y ai tout de suite vu le parallèle entre ces deux textes et je savais comment j'allais bâtir mon commentaire.
Certes, je ne l'ai pas aussi bien réalisé que Frère Cyrille-Marie, mais j'y ai vu le signe, la famille aussi certainement ; l'Esprit saint était passé par là. Et ce soir, je découvre encore la joie et la richesse de creuser la Parole.

Par Odile 9 juillet 2018 à 22 h 52 Répondre à ce commentaire

Jésus, Fils de l'homme, pauvre parmi les pauvres, tu sais de quoi tu parles quand tu nous invites à trouver le bonheur dans la pauvreté. Toi qui nous as dit que "Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l'homme n'a pas où reposer sa tête" : Matthieu 8/20.
Apprends-moi à me dépouiller, à m'alléger pour pouvoir gravir ta Sainte Montagne. Les Béatitudes nous ouvrent des pistes, des chemins pas toujours faciles à gravir, nous avons vite fait de nous essouffler, de perdre pied.
C'est l'exemple de ta vie que tu veux que nous suivions pour construire un monde meilleur. Tu appelles notre coeur à s'engager sur les chemins de l'amour infini, de la compassion, de la miséricorde.
Si comme Toi, Seigneur qui les as vécues, ces Béatitudes, nous les mettions en pratique, nous contribuerions à rendre un monde plus fraternel, plus humain, éclairé par lumière de l'Esprit Saint.
Cet Evangile, c'est comme une lumière, nous devons la transmettre autour de nous, à tous ceux qui nous entourent, en particulier aux blessés de la vie.
Seigneur tu nous envoies pour être les témoins de ton amour partout dans le monde.
Gardons la "B. Attitude" ! comme nous disions à la fête diocésaine de Lyon pour clore le "Marathon de la Parole".

Par Marie Jeanne 9 juillet 2018 à 21 h 17 Répondre à ce commentaire

Cher Paul,
Acceptez je vous prie ma réponse à Carmichico : sous 9h 16.
C'est vrai, Paul : Vos commentaires me remettent face à face avec Celui qui nous anime. J'ose dire - et j'aurais même envie de m'en excuser - que pour moi, vous avez quelque chose de transparent..

Par Esperanza 9 juillet 2018 à 18 h 57 Répondre à ce commentaire

Transparent, c'est parfois synonyme d'invisible...
Mais si j'ai pu, comme vous le dites,
laisser passer dans le texte
un petit rayon de la Présence, quel compliment !
Merci, vraiment, Esperanza.
Et quel beau prénom vous avez !

Bonne nuit à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 9 juillet 2018 à 22 h 23

Aprender a vivir felices es la misión personal de cada hombre. Los caminos son diferentes , pero nosotros como bautizados hemos de hacerlo como discípulos de Jesús. El Sermón de la Montaña nos ofrece 8 caminos para ser felices.
Muchas veces las hemos escuchado, pero la verdad nuestra vida sigue orientada desde el sufrimiento y no desde la felicidad!.
Gracias por darnos la oportunidad de reflexionar y de orar para seguir aprendiendo cómo ser felices desde el anuncio de la Palabra de Dios!

Par Luisa Fernanda Arroyave Vélez o.p. 9 juillet 2018 à 16 h 43 Répondre à ce commentaire

Les Béatitude dans l'évangile et un véritable programme de vie pour tous
La montagnelieu l'élévation évoque la montée intérieure à laquelle Jésus nous invite ce programme nous est donnée pour notre bonheur et non pour nous rendre la tâche plus difficile
Jésus donné aucune formule magique pour ne plus éprouver le mal et là souffrance mais il nous encourage à tenir bon et à rester fermé dans l espérance que toutes les épreuve même les plus dure comme la persécution, seront vaincus

Jésus toi qui as incarné au plus haut point les béatitude accompagne moi dans celle que je rencontre sur ma route
Je sais qu'avec toi je traverserai les épreuve mais apprend moi à mettre ma foi et mon espérance dans le bonheur que toi seul peu me donner
C'est concentré mon regard sur ce qui compte vraiment et qui survivra jusque dans l'éternité au lieu de m'attarder sur des choses éphémères, ainsi accumelerons nous un trésor dans le ciel

"Bienheureux vous qui savez reconnaître le seigneur en tous ceux que vous rencontrez:vous avez trouvé la vraie lumière,
Vous avez trouvée la véritable sagesse........

Par Brig 9 juillet 2018 à 16 h 27 Répondre à ce commentaire

Ferme dans l'espérance. ...

Par Brig 9 juillet 2018 à 16 h 32

Le Saint Père François nous propose l' Exhortation Apostolique -
GAUDETE ET EXSULTATE sur l'Appel à la Sainteté dans le monde actuel
Les BEATITUDES que JESUS nous enseigne vont dans le même sens, nous sommes tous
appelés à la Sainteté
Le SEIGNEUR est avec nous, si nous lui faisons confiance. Sa PAROLE est Vérité

Par KIEFFER S. 9 juillet 2018 à 15 h 32 Répondre à ce commentaire

Heureux ceux qui ne jugent pas, ils se nourrissent de la joie du Père.
Heureux ceux qui osent aimer, de prime abord, celui qui s’approche.
Heureux ceux qui savent retenir leur parole et écoutent les autres.
Heureux ceux qui ont gardé dans le silence de leur esprit une justice droite.
Heureux ceux qui pardonnent, leur cœur restera léger.
Heureux ceux qui ont préservé la clarté de leur regard sur le monde.
Heureux ceux qui auront partagé ce qu’ils avaient le droit de posséder.
Heureux ceux qui tiendront bon, alors qu’on les traite de naïfs.
Heureux ceux qu’on aura rejetés, alors qu’ils proclamaient la bonté de Dieu.

Au moment où j’écris ceci, je perçois le poids de mes peurs,
celui de mes jugements, mes désillusions et de mes fautes.

Et pourtant, si pauvres que nous soyons,
c’est à chacun de nous que le Père s’adresse…
À notre cœur, à notre esprit et à nos mains si hésitantes !

Quel incroyable projet !
A nous ! Nous qui vivons au milieu de ce monde
qui dresse des codes et rédige des lois
pour essayer de vaincre son obscurité.
Un monde qui a déclaré qu’il valait mieux Te supprimer,
pour ne pas mettre en péril le système en place.

Où est notre richesse ? Il m’est bien difficile de le dire.

Seigneur Jésus, je crois que Tu viens à moi, tel que je suis.
Je peux alors, parfois, discerner en moi
cet étonnant mystère, cette étonnante résurrection,
lorsque je me sens à nouveau réchauffé là où j’avais froid,
éclairé par Ta Présence,Ton Amour et Ton Pardon.

Bonne journée à tous.

Par Paul (Belgique) 9 juillet 2018 à 15 h 04 Répondre à ce commentaire

Merci Frère Cyrille-Marie Richard
Je n'ai jamais si bien compris cet Évangile. J'ai l'intention de le relire souvent. Je suis vraiment touchée dans mon cœur.
Marielle

Par Marielle St-Amant 9 juillet 2018 à 14 h 21 Répondre à ce commentaire

Cher frère Cyrille-Marie, mais quelle est donc celle des Béatitudes que vous n'avez pas retenue, ? Et ... pourquoi?
Elles sont neuf, ce qui permet d'avoir un centre, un coeur : la miséricorde.
Impossible d'imaginer autrement, ce n'est pas celle que vous avez omise. Alors, laquelle?
Bien cordialement à vous et à tous,

Par marie 9 juillet 2018 à 14 h 18 Répondre à ce commentaire

ce texte est très beau il me permet d'accepter ma souffrance comme une guérison Jésus lui même à souffert, ces béatitures sont les garanties du seigneur jésus malheureusement je ne pas encore le faire.
Que le Seigneur m'aide à obtenir cette grâce.

Par Granville Mireille 9 juillet 2018 à 12 h 38 Répondre à ce commentaire

« Mais si ces huit béatitudes dessinent le portrait d’un homme, c’est avant tout celui de Jésus-Christ. »
J’aime bien ces béatitudes car pour moi, plus que le portrait d’un homme elles décrivent le monde et le regard à porter dessus pour y voir le Royaume des Cieux où personne n’est oublié, personne n’est exclu...
La pilule a parfois du mal à passer...
Mais évidemment, comme tous les discours de Jésus, elles ont leur part de mystère, dans l’interprétation que l’on en fait...
Plutôt qu’escalader la montagne, je préfère la déplacer et contempler...

Par Isabelle 9 juillet 2018 à 10 h 14 Répondre à ce commentaire

Merci à Mgr Thomas pour sa prière. C'est une déclinaison des béatitudes au plus près de notre vie quotidienne. Personnellement, elle va m'être précieuse pour gravir cette montagne qu'est vivre avec le Christ et comme le Christ.

Par Edith 9 juillet 2018 à 10 h 02 Répondre à ce commentaire

Heureux ceux qui vont à la rencontre
Auteur : Jean-Charles Thomas, évêque de Versailles

Heureux ceux qui vont à la rencontre
de ceux dont l'Eglise est loin :
non-croyants, croyants d'autres traditions religieuses,
pauvres et étrangers,
hommes et femmes d'autres cultures.

Heureux ceux qui acceptent d'aimer
même ceux qui refusent de les aimer.

Heureux ceux qui acceptent d'exposer leurs idées
tout en acceptant que les autres n'y adhèrent pas.

Heureux ceux qui suscitent dans l'Eglise et la société
des lieux et temps où chacun
puisse être reconnu et prendre la parole.

Heureux ceux qui, sans craindre les épreuves,
s'enracinent dans la durée et la patience,
sans jamais se lasser de faire des petits pas
pour rencontrer enfin les autres.

Heureux ceux qui ont un souci de cohérence
entre leur propre vie et le combat qu'ils mènent.

Heureux ceux qui s'en remettent à Dieu
chaque jour dans la prière.

Heureux ceux qui espèrent toujours :
ils trouveront la route qui conduit
au coeur des autres et de Dieu.

Par Partage 9 juillet 2018 à 9 h 39 Répondre à ce commentaire

Avec ceux qui ont laissé un message je confirme que les béatitudes, qu'on nomme aussi le "sermon sur la montagne", me semblent - comme des " 10 Paroles" données à Moïse par Dieu sur le Sinaï - uniquement possible qu'en Eglise! Oui, il nous faut la communion de la Parole et des sacrements pour nous laisser repartir dans la joie et l'allégresse vers Celui qui nous attend au bout de notre pèlerinage! Merci à ceux qui donnent leur témoignage! Ensemble courons vers le but sans nous lasser! Que nos vies soient une louange à la gloire de Dieu!

Par Liselle 9 juillet 2018 à 9 h 35 Répondre à ce commentaire

La pratique des béatitudes ne serait possible qu'en Eglise, dites-vous Liselle ! Je ne puis le croire. Tous les chercheurs de Dieu, les amoureux de Dieu qui se situent hors de l'Eglise catholique, apostolique et romaine ou en dehors de toute confession chrétienne ne font-ils partie d'une Eglise invisible non régie par un chef ou des lois ? Dieu serait donc limité par des barrières confessionnelles ? Est-ce cela l'enseignement de Jésus ?

Par Esperanza 10 juillet 2018 à 18 h 40

Pouvez- vous me dire quelle personne, en dehors des saints de l'église catholique, a donné sa vie pour éviter qu'un père de famille ne soit assassiné ( saint Maximilien Kolbe, Franciscain), a soigné des laissés pour compte et des sdf pendant 50 ans bénévolement ( Mère Térésa). des pauvres au point de passer sa vie parmi les chiffonniers ( Sœur Emmanuelle) et combien d'autres saïnts de l'église. Sans le soutien des sacrements et sans leur foi en l'incarnation de Jésus pensez- vous qu'ils auraient pu avoir cette force surhumaine ?

Par Lorette 29 septembre 2018 à 21 h 48

Suivre les pas de Jésus. J'essaie maladroitement. Aidez-nous Seigneur. Nous cherchons tous le bonheur. Mets la lumière dans notre esprit et notre intelligence pour voir plus clair ce que tu veux de nous. J'ai du mal à supporter mon mari malade psychique et je deviens aussi à mon tour aigrie, intolérante, agressive...Tu nous demandes d'être doux, miséricordieux,... Aide-moi à marcher à ta suite et rester malgré tout dans l'allégresse de savoir que tu es avec moi. Amen

Par Carmichico 9 juillet 2018 à 9 h 16 Répondre à ce commentaire

Votre commentaire m'a renvoyé directement au message de Paul : (ce jour à 15 h 04).

.Votre commentaire m'a renvoyé directement au message de Paul : (ce jour à 15 h 04).

Non, Carmichico, je ne vis pas la même situation que la vôtre, mais j'en ai vécu de semblables où perçait toute mon impuissance, mon dépit, mon découragement me voyant animée de tant de désirs de perfection et de mon incapacité à les réaliser. Je suis maintenant dans ma 80è décennie et vous dirais-je que lorsque le découragement me guette, je recours spontanément -et avec foi - aux étincelles dont Paul parsème ses commentaires et qui finalement reviennent à ceci : se présenter AVEC TOUTES MES FAILLES SOUS SON REGARD AIMANT. Et mes nouveaux départs se renouvellent avec un peu plus de sourires.
Très fraternellement.

Par Esperanza 9 juillet 2018 à 18 h 41

Bonjour
Pour moi , les béatitudes, cet enseignement magnifique de JESUS, est l’équipement qu’il nous donne pour gravir la montagne du quotidien :
Marcher à sa suite, en contemplant la lumière de sa présence .
Ce n’est pas facile, il est des jours qui ressemblent à La nuit, et d’autres où notre sac à dos rempli de souvenirs pèse trop lourd !
Mais il y a l’Eglise , les autres pèlerins, la présence de l’Esprit Saint , qui me permet de lever le nez des aspérités du chemin et retrouver la lumière.
Merci frère Cyrille, de votre pas chantant, et de votre Présence, vous amis internautes, le royaume c’est aujourd’hui et pour toujours si nous voulons bien poser nos sacs à dos : moment d’élagage mais aussi de libération.

Par Nicole B 9 juillet 2018 à 8 h 19 Répondre à ce commentaire

Gravir la montagne, escalader, peu à peu les huit béatitudes, les découvrir, les mettre en œuvre, tout au long de sa vie, pour atteindre le sommet, le ciel, et, s'épanouir dans la vie éternelle, béatement heureux.


Prière de ce jour,
Bonne journée.

Par Florine. 9 juillet 2018 à 7 h 36 Répondre à ce commentaire

Merci frère Cyrille ,
de quoi rayonner , être simplement une bénédiction, ne demande qu'un coeur sacré .
Finalement même en déplaçant les montagnes , l'amour de Dieu ne s'éloigne jamais !
Tous dans cette grâce , en prendre conscience , entendre et voir , et laisser La Parole
agir ..en nous . Servir Dieu , c'est servir l'amour , dans celui -ci point de calcul , juste une
action de grâce , pour ce qui est de la récompense , il faut c'est vrai renoncer à tous ses biens , mais quand on y pense ses biens , ne sont que du monde , ceux que Dieu nous offre sont dans l'action , une aide sacrée , dans la vie de tous les jours , vivre La Présence de Dieu , c'est l'église en marche , d'une montagne à l'autre , chercher son bien -aimé , puis il faudra redescendre , pour affronter ,mais aussi pour retrouver en tout un chacun La Présence de Jésus . Famille , travail , rue , Jésus transforme nos coeurs . La bonne nouvelle , Dieu compte sur nous .

Par fred 9 juillet 2018 à 7 h 31 Répondre à ce commentaire

Il est des jours qui ressemblent à des montagnes. Des jours pour lesquels on ne se sent pas équipés. Mains vides et ventre creux, comment grimper? Des jours où le corps a mal et la tête ne vaut guère mieux. Où la peur, comme un brouillard, semble avaler les sentiers. Qu'il est loin, qu'il est haut, ce sommet. Et nous sommes si nombreux au pied de la montagne. Qu'elle fait mal aussi la souffrance dans leurs yeux. Heureux?
Heureux... Qu'il paraît étrange, ce mot. Etranger. Et peut-être bien qu'elle est là, la bonne nouvelle: étranger, hors de soi. "Vers toi j'ai les yeux levés" dit le Ps 122, "vers toi qui es au ciel." Mais le ciel est sur la terre, il est assis au sommet de la montagne, ce sommet sur lequel sont fixés nos yeux. Le Royaume pas plus que ce ciel sont ailleurs inaccessibles, ils sont là, à nos côtés, lieux à habiter. "Comme les yeux de l'esclave", l'esclave qui n'a rien, sa vie même il ne la possède pas. "Comme les yeux de la servante", nos yeux levés "attendent". Qu'attend-elle, sinon une parole qui la mettra en chemin? Qu'attend-il, lui qui sait qui tient sa vie en ses mains?
La consolation, la "pitié", dit le Ps. Cette miséricorde que Jésus promet. Pas un mot désuet, gentillet, pas plus que cet "heureux" n'est insouciante frivolité. Des mots qui prennent aux tripes. Les tripes de Dieu dont nous sommes "fils". La consolation faite homme et qui parle, assise sur la montagne. Qui nous guide à sa voix, ouvre nos yeux. Oui, heureux sommes-nous de lever les yeux!

Par Audrey 9 juillet 2018 à 7 h 29 Répondre à ce commentaire

En marche, ... c'est la traduction de Chouraqui, un invitation à ne pas faire du sur place.
Par petits pas se mettre en route par une de ces voies ou par plusieurs qui se croisent.
C'est un chemin qui nous est donné, mais nous n)y allons pas seuls: nous sommes accompagnés par nos soeurs et frères qui osent faire ce premier pas. Soyons de ceux qui entraînent, tout en restant à côté du plus faible. Ce n'est pas une course, c'est un avan-cement. et le fruit de cette marche est l'arrivée ensemble près de ce Dieu qui nous aime d'un si grand amour, qu'Il se penche sur chacun en paeticulier par nos yeux, nos pas, notre sourire, notre mot juste Courage

Par Anne Debusschere 9 juillet 2018 à 6 h 44 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?