Évangile selon saint Matthieu chapitre 13, versets 33-35

Le levain

33 Il leur dit une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable au levain qu’une femme a pris et qu’elle a enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »
34 Tout cela, Jésus le dit aux foules en paraboles, et il ne leur disait rien sans parabole,
35 accomplissant ainsi la parole du prophète : J’ouvrirai la bouche pour des paraboles, je publierai ce qui fut caché depuis la fondation du monde.

Évangile selon saint Matthieu chapitre 13, versets 33-35

Au-delà de l'imaginable

précédente

Voici une parole déconcertante de Jésus : il revendique de parler en paraboles. Les paraboles, ce sont ces petites histoires imagées qui décrivent, avec des comparaisons très concrètes, les réalités les plus difficiles à imaginer. En particulier, dans l’Évangile selon saint Matthieu, c’est par ce procédé que Jésus parle du Royaume des Cieux.
Mais les paraboles ne sont pas toujours faciles à décoder ! Même les disciples ne les comprennent pas toujours, et Jésus est parfois obligé de leur en expliquer le sens.
Il me semble que le Royaume des Cieux ne peut pas être décrit par une définition comme dans le dictionnaire. Le Royaume des Cieux est indescriptible ! C’est une réalité tellement différente de tout ce que nous pouvons connaître et même imaginer que seules des métaphores peuvent en donner une idée.
De plus, en utilisant des paraboles, Jésus parle à tous, mais tous ne comprendront pas. Comprendre les paraboles, cela ne nécessite pas d’avoir fait des études poussées, mais cela demande de travailler, de chercher, de passer du temps avec la Parole de Dieu. Loin de vouloir exclure qui que ce soit, Jésus ne veut pourtant s’imposer à personne. Il choisit de se révéler à ceux qui le cherchent. Seuls ceux qui acceptent de recevoir sa parole, de la méditer, et de passer du temps à la comprendre en saisiront la richesse. Pour trouver le Royaume, il faut l’avoir cherché ; pour le chercher, il faut avoir désiré quelque chose de plus grand que ce que le monde donne à voir.



Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

24 commentaires

Rien que le titre de la méditation a suffi pour réveiller une question latente en moi depuis des années : "Seigneur, pourquoi n'agis-tu pas davantage dans nos cœurs ?" Cette question accompagne souvent les chercheurs de Dieu. Elle a été admirablement exprimée en termes poignants par Albert Cohen dans son Journal :

5 mai 1978 (Il a 83 ans).
"Ô Dieu, je T'aurais tant aimé si Tu l'avais voulu. Ô Dieu, comme je voudrais pouvoir dire que Tu vis, que Tu m'écoutes, que Tu es. Ô Dieu, si Tu es, pourquoi cet entêtement ? Ô bien-aimé, pourquoi ne veux-Tu pas de moi, moi qui T'attends, moi qui T'espère ?


Ô Dieu, Toi qu'ils disent riche en bonté et en miséricorde, pq Tes véritables noms sont-ils silence et indifférence ? Je ne comprends pas. Si Tu es Tel qu'ils disent, j'aurais dû recevoir l'appel l'appel vrai, Ton appel, et non celui qu'ils se fabriquent, en se proclamant venu de Toi.
Pq es- Tu si cruel avec moi, Toi si plein de bonté avec ceux qui T'aiment moins que moi, qui sont moins que moi hantés par Toi ?
------------------------

Ô Dieu, mon amour, mon seul amour, combien étrange est ma situation. Je ne peux croire en Toi et je ne peux vivre sans Toi ".




Pq D n'agit-Il pas en tous ? Peut-on reprocher à A. Cohen de ne pas vivre avec l'espérance des désespérés ? Mais qui peut susciter une telle espérance dans si ce n'est Dieu ? On dit que ses voies sont impénétrables … "L'inimaginable" ne serait-il pas pour tous ?

Par Esperanza 23 février 2019 à 18 h 12 Répondre à ce commentaire

Jésus parlait en paraboles.
La parabole du semeur n’est pas qu’un cours d’agronomie,
même si techniquement elle est parfaitement exacte.
Il s’agit d’un langage symbolique.
Le mot « symbole » vient du grec « synbolein »,
qui signifie : mettre ensemble, agir ensemble.

Que met-on ensemble dans une parabole ?
On y met la compréhension par la tête, par la pensée,
ainsi que le langage, sans mots, de notre cœur.

Alors s'éclaire cette phrase du pape François :
« Réfléchissez avec votre cœur, aimez avec votre intelligence ».

Le contraire de « synbolein », c’est… « diabolein ».
Je ne sais pas ce qu’est le diable, ni ce qu’est le mal.
Mais comme nous tous, j’en vois les effets dévastateurs
sur notre Terre et parmi nos frères humains.

Jésus nous parle en rétablissant ce lien
entre ce que nous pensons et ce que je nous ressentons.
Il en a pris le risque jusqu’au bout,
jusqu’à être assassiné par ceux qui ne suivaient
que leurs lois, alimentées par la peur.

À ses apôtres, il dit d’ailleurs :
« Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent ! »
Heureux êtes-vous de n’avoir plus besoin de l’explication des paraboles
puisque Je suis avec vous.

Seigneur Jésus,
lorsque nous Te cherchons dans notre nuit,
accueille, je t’en prie, nos pauvres pensées,
parfois si bousculées par nos désespoirs.

Relie-les, par ta Présence,
à ce besoin d’Amour qui grandit dans notre cœur.

Bonne journée, chers amis.

Par Paul (Belgique) 23 février 2019 à 10 h 55 Répondre à ce commentaire

Toi qui fais toute chose nouvelle
toi qui fais toujours actuelle
la Passion de Jésus-Christ,
sa mort et sa résurrection,
Ô Eucharistie !
Vivant mémorial de ton offrande,
pain de vie
qui donne la Vie aux hommes,
donne-moi, je t'en prie
que de toi je vive !
Qu'en toi seulement
soit mon espérance,
et tout mon amour !

Maurice Zundel (1897-1975), Hymne au Saint-Sacrement.

Par partage 23 février 2019 à 7 h 22 Répondre à ce commentaire

Ça se voit que Jésus était fils de charpentier et pas de boulanger!
Parce que si vous ne prenez que de la farine et du levain vous ne ferez jamais une pâte! Il aurait pas oublié un liant quelque part? Un peu d'eau, d'huile d'olive... A moins que la femme ait des doigts de fée, et soit capable de transformer une citrouille en carrosse?!...
Qu'est ce qui est plus grand que ce que le monde donne à voir? Le Monde lui même! Tout le Monde...
A force de chercher toujours plus loin, plus grand, plus plus plus, on finit par ne plus voir ce qui est juste sous son nez...

Par m 22 février 2019 à 23 h 19 Répondre à ce commentaire

Ô Sainte Vierge Marie, apprends-moi à comprendre la Parole de Dieu dans mon désir de mieux Le connaître pour mieux Le servir. Merci pour toutes les grâces reçues, tout pécheur que je suis.

Par JEANNE 22 février 2019 à 22 h 57 Répondre à ce commentaire

Cherchez et vous trouverez.
Frappez et on vous ouvrira
La Parole elle-même nous dit que nous devons être actifs , en chemin, déterminés à avancer, à progresser si nous désirons trouver, trouver la signification du Royaume.
Le psalmiste nous dit également : » goûtez et voyez comme est bon le Seigneur. ». Oui la Parole de Dieu est savoureuse et une fois que nous y avons goûté nous n’avons qu’une envie c’est de recommencer.
Alors cherchons et nous trouverons de quoi étancher notre soif et combler notre faim.

Par Mia 22 février 2019 à 20 h 54 Répondre à ce commentaire

Pour trouver le Royaume, il faut l'avoir cherché. Merci frère Cyrille-Marie ! C'est comme ça que je le conçois. Ce matin, pendant que j'attendais dans la salle d'attente de mon médecin, j'y réfléchissais. Il faut se préparer, approfondir ses connaissances, chercher à comprendre, en avoir le désir, la volonté. Le Royaume de Dieu proclamé par Jésus peut paraître vague, difficile à atteindre immédiatement, il nous faut de la patience, de l'endurance.... Prendre le temps pour comprendre la Parole, la travailler. Avoir envie de s'améliorer, savoir accepter que le Royaume de Dieu demande de notre part le désir, la soif, la volonté de vouloir qu'il advienne.
Mais cela ne peut se réaliser, tout seul, mais avec l'ensemble de la communauté chrétienne, levain qui fera lever la pâte.

Par Marie Jeanne 22 février 2019 à 19 h 55 Répondre à ce commentaire

"Jésus ne veut pourtant ne s'imposer à personne". L'apôtre Jean écrit "Voici que je me tiens à la porte et je frappe; Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui et je souperai près de lui, et lui près de moi". Que les chemins que Tu empruntes Seigneur te fassent croiser beaucoup de portes.

Par mahona 22 février 2019 à 16 h 04 Répondre à ce commentaire

Je reviens encore sur l'évangile selon saint Matthieu chapitre 13, versets 33-35.
"Royaume de Dieu : pâte levée, levain, femme, 3 mesures de farine" . l'étude de cet extrait n'est qu'une succession de questionnement. J'ai déjà envoyé un premier commentaire, le verset 1 provoque des flash (es) sur des mots cités plus hauts. royaume de Dieu = pâte levée (levain ENFOUIT 3 mesures de farine).
par une femme. Y a t il une symbolique de la femme ici comme celle qui enfante, pourquoi 3 mesures de farine pour que levain devienne pâte levée.Peut être que c'est la quantité nécessaire. Le chiffre 3 renvoie à des réalités dans l'histoire biblique, La Trinité, 3 jours après Jésus ressuscita.....

Par LONGCHAMPS Danielle 22 février 2019 à 15 h 03 Répondre à ce commentaire

merci pour cette méditation, les paraboles sont très importantes, à chaque messe on le voit dans les homélies des prêtres, on a beau connaitre les paraboles elles nous surprennent presque à chaque fois, oui le royaume des cieux est difficile à imaginer,
car dans notre monde tous est visibilité, nos yeux regardent ceux qui nous entoure et chaque chose porte un nom bien précis, alors imaginer le royaume des cieux sans l'avoir vu, un nom qui ne se rattache pas à une image cela est déroutant, je pense aux chercheurs qui scrutent l'espace pour comprendre d' où venons nous, il y a t il une autre planète habitée ou qui a connue la vie comme sur la terre, ou s'arrête l'univers ? ces questions, on a pu nous aussi se les poser à un moment dans notre vie. Jésus est le seul a le connaitre, mais comment nous faire comprendre que cela n'a rien de matériel comme nous l'entendons aujourd'hui ou le matériel est entrée dans nos habitations, oui je me pose la question comment est le royaume des cieux, ce que je comprends est que c'est par ma foi mon âme ma personne, mes actions, mes joies, mes peines, tout ce qui fait mon être intérieur, que l'on ne voit pas si je ne les exprime pas, le royaume des cieux accueillera peut être ce que l'invisible de mon être est actuellement dans toute ma vie et que cela est plus important que de vouloir le voir, nous aurons l'éternité pour le connaitre, œuvrons ici pour y entrer peut être

Par Leelou 22 février 2019 à 13 h 52 Répondre à ce commentaire

OUI j'aime bien les paraboles et bien sûr j'essaie d'en comprendre le vrai sens qui y est dissimulé
Quand je n'y arrive pas on se met à plusieurs pour essayer de trouver le sens caché et avec le Saint-Esprit nous en décortiquons le pourquoi et le thème nous apparait !
MERCI Seigneur !!!..

Par Cl@udio 22 février 2019 à 13 h 23 Répondre à ce commentaire

J’ouvrirai la bouche pour des paraboles, je publierai ce qui fut caché depuis la fondation du monde.
Pourquoi Jésus dit il je publierai ce qui fut caché depuis depuis la fondation du monde.
Parle t il de secret car il est à l'origine du monde, de révélations, de vérité non révélée aux hommes, il est dit dans la bible, je m 'en vais je vous enverrai le paraclets, car ils n'étaient pas encore près pour comprendre certaine vérité est ce de cela dont Jésus parle..

Par LONGCHAMPS Danielle 22 février 2019 à 13 h 01 Répondre à ce commentaire

Merci à tous, Dominicains et internautes qui m'aidez à avancer par vos certitudes et vos doutes parfois. L'évangile de Matthieu m'a toujours "parlé" et c'est une joie d'approfondir ces textes.
A bientôt, après la cure de jouvence du carême qui nous amènera à la Résurrection!
Soyez heureux.

Par Binome 22 février 2019 à 12 h 42 Répondre à ce commentaire

Chère Danielle
« J’ouvrirai la bouche pour des paraboles, je publierai ce qui fut caché depuis la fondation du monde. »
Cette parole vient du psaume 78. 2. Pour moi, je comprends que cette parole est une prophétie de l’Ancien Testament que Jésus vient réaliser.
« J’ouvre la bouche en paraboles, j’évoque les mystères du passé. » Bible de Jérusalem et bible Tob.
« Je te parle : c’est un poème, je reprendrai les énigmes du passé. » Bible des peuples.
Peut-être d’autres internautes auraient une meilleure explication.

« Je m'en vais je vous enverrai le paraclet, » cette parole fut dite par Jésus, aux apôtres et aux disciples avant son Ascension.

Ce n'est pas toujours évident de décoder la Parole de Dieu. Il faut y mettre du temps et de la patience. L'Esprit nous en révèlera le sens au bon moment pour chacun de nous. Bonne journée

Par Micheline (Canada) 22 février 2019 à 15 h 55

Grand merci pour votre premier itinéraire enrichissant dans l'Évangile de Matthieu.
Heureux carême !
René Forthomme

Par René Forthomme 22 février 2019 à 10 h 52 Répondre à ce commentaire

Jésus cherche à faire connaître la demeure de son Père,, le Royaume des cieux comme le dit Matthieu, pour cela Il cherche à s' adresser à tous les homme et Il a la bonne idée d'utiliser les paraboles.,si vivantes prises dans la réalité quotidienne. Beau témoignage pour nous chrétiens, dans l'église qui donnons parfois l'impression de parler "en chinois"

Par Pauline Ealet 22 février 2019 à 10 h 23 Répondre à ce commentaire

Merci Frère Cyrille! Vous donner le désir de chercher!
Et si le Royaume des Cieux était compris comme une vie, ici-bas, qui a de la saveur, du goût? Une vie qui a de la consistance, de la profondeur, tout en étant légère?
A quoi sert le levain? Transposé aux êtres humains, le levain peut être la Parole méditée puis mise en pratique? Et la pâte, ce sont tous les hommes!
"Il fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants" !...Sur tous, sans exception, quand nous acceptons de "recevoir cette Parole"... Le sens du Royaume des Cieux ne se trouve dans "aucun dictionnaire" ! Parce qu'il est "indéfinissable" ! dites-vous.
C'est comme lorsque l'on déguste un mets délicieux et que nous cherchons de quoi il est fait: "tu as mis tel épice? plus ou moins de sel"? "mais qu'est-ce que tu as mis pour qu'il soit si savoureux?" Et si la Parole dans nos vies nous donnait le désir d'en connaître la saveur? les "ingrédients" ? pour qu'elle soit digeste pour nous et pour les autres? Merci Frère Cyrille! vous donner le désir de nous mettre à table!

Par Emma 22 février 2019 à 8 h 47 Répondre à ce commentaire

Merci Emma pour votre commentaire si concret (contrairement au mien). C'est vrai qu'un pain sans levain n'est qu'une galette plate, aux deux sens du terme : lourde et fade. Donc c'est bien le levain, la Parole de Dieu méditée puis mise en pratique , qui peut agir pour transformer notre pâte humaine. La vie sans foi, espérance et charité peut vite devenir quelque chose de pesant et sans goût.
Le pain au levain, symbole de l'action de la Parole dans notre vie ? Le levain est une matière vivante, c'est un peu de farine et d'eau colonisée par des levures présentes dans l'air, et la réussite du pain n'est pas une science exacte, car le temps de fermentation dépend du degré de chaleur ambiant.. Et il y a une transmission, puisqu'on prélève un peu de pâte avant cuisson pour faire le levain de la fournée suivante.
Si on veut filer la métaphore, la Pâques juive est la fête des pains sans levain, symbole du renouveau (la vieille souche de levain est remplacée par une souche neuve). Temps de remise à plat de notre vie pour changer ce qui doit l'être, afin qu'elle garde légèreté et saveur ...

Par antoinette 22 février 2019 à 10 h 43

Merci beaucoup antoinette de compléter ma participation
Vous ajoutez la notion de "temps" nécessaire pour que nos vies donnent du fruit un peu plus chaque jour....et cela dépend "de la chaleur ambiante" dites-vous. A méditer!...

Par Emma 22 février 2019 à 19 h 26

Merci pour votre méditation ! Je suis ébloui par votre approche, soyez béni Fraternellement jean-marc

Par jean-marc willigsecker 22 février 2019 à 8 h 46 Répondre à ce commentaire

"Pour trouver le Royaume, il faut l'avoir cherché ; pour le chercher, il faut avoir désiré quelque chose de plus grand que ce que le monde donne à voir". Je vais me rappeler cette phrase, que je rapproche d'un autre texte : "Où donc trouverai-je la Parole ? Elle n'est pas loin dans le temps ou l'espace, elle est dans mon coeur". Et aussi : "Cherchez et vous trouverez , frappez et on vous ouvrira". Le Royaume, règne de la conscience et de l'amour agissant, est bien accessible, mais il faut en éprouver le besoin, ne pas avoir barricadé coeur et âme. Le Royaume se propose à celui qui s'expose.
C'est la "naissance d'en haut", c'st à dire de l'Esprit. Je ne vis pas que pour moi, "C'est le Christ qui vit en moi" (St Paul). En dépassant mon ego, je m'intègre à la force de la vie.

Par antoinette 22 février 2019 à 8 h 03 Répondre à ce commentaire

Merci, frère cyrille, de toutes ces profondes méditations qui nous aident dans notre recherche de Di, du royaume de Dieu. Que dieu vous bénisse.

Par Magali 22 février 2019 à 7 h 45 Répondre à ce commentaire

Une femme pétrit "trois grandes mesures de fleur de farine" dans la chaleur du jour. Elle est âgée déjà, mais belle encore. Elle s'appelle Sara. Trois hommes viennent d'arriver aux chênes de Mambré où elle et son mari ont dressé leurs tentes. Trois hommes à qui Abraham a dit: "Que j'aille chercher un morceau de pain et vous vous réconforterez le cœur avant d'aller plus loin ; c'est bien pour cela que vous êtes passés près de votre serviteur!" (Gn18,5-6).
Si ce n'est pas la fondation du monde, ce n'en est pas loin: de cette rencontre vient l'annonce de la naissance du fils impossible, de qui naîtront "des nations" (Gn17,16) avec qui Dieu "établir[a] [son] alliance". Mais surtout elle me paraît dire en actes ce que vous dits en mots, fr Cyrille, qu'il faut pour comprendre passer du temps avec la Parole de Dieu. Me revient la lettre de Jacques: "Approchez-vous de Dieu, et lui s’approchera de vous" (Jc4,8). C'est que fait Abraham qui l'accueille, l'installe sous l'arbre, la nourrit de ce qu'il est, de sa vie. C'est ce que nous faisons à chaque fois que nous nous ouvrons à ces paraboles.
Elle est bien comme le levain, cette Parole. Sans bruit, elle fait lever notre pâte, nous travaille, nous grandit de l'intérieur, 'étend l'espace de notre tente', comme cette femme stérile qui n'avait pas enfanté et dont les fils se répandront désormais (Is54,1-3). Car si la pâte lève, c'est bien pour nourrir bien plus que nous. C'est pour s'offrir, avec nous.

Par Audrey 22 février 2019 à 7 h 38 Répondre à ce commentaire

Un immense merci à toute l'équipe de RdlV pour cette merveilleuse saison de Matthieu pas à pas! A bientôt pour d'autres pas, en Carême et en Matthieu de nouveau ensuite.
Merci pour tous ces mots partagés ici, ces expériences de vie, la chaleur de l'amitié.
Avec ma prière pour toutes et tous.

Par Audrey 22 février 2019 à 7 h 41
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?