Évangile selon saint Matthieu chapitre 6, versets 5-8

La prière

05 Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
06 Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
07 Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
08 Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé.

Évangile selon saint Matthieu chapitre 6, versets 5-8

Choisir son juge

précédente

Dangereuse la prière ? Bien sûr, elle est, par excellence, une bonne chose, à laquelle Jésus nous exhorte sans cesse. Mais le risque, c’est d’en tirer orgueil. Quand une prière est ostentatoire, ne trahit-elle pas un désir de briller devant les hommes ? Il faut donc prier secrètement. Certes, on ne cherche plus l’admiration du monde, mais n’a-t-on pas simplement remplacé l’orgueil devant les hommes par l’orgueil devant Dieu ?
Finalement, pour la prière, comme pour le jeûne, notre attitude va être jugée. Simplement, il faut choisir son juge : Dieu ou le monde ?
Sans hésitation, c’est le Seigneur qu’il faut choisir ! D’abord parce qu’il est un juge qui nous aime, miséricordieux et plein de bonté. Le monde, au contraire, est ambigu, inconstant dans son jugement. Il peut porter aux nues un homme et le crucifier ensuite.
Albert Camus l’a bien compris, qui déclare : « Le jugement de Dieu, je l’attends de pied ferme : j’ai connu ce qu’il y a de pire, qui est le jugement des hommes. »
Par ailleurs, la prière s’inscrit dans une relation d’amitié entre Dieu et moi. C’est un acte trop intime pour être soumis à l’appréciation d’une personne extérieure. Une vraie relation avec quelqu’un qu’on aime est faite de paroles, de gestes, de silences que nul ne peut comprendre que les deux qui s’aiment. L’amour fait entrer dans un monde nouveau, insaisissable du dehors.
« Mon bel amour mon cher amour,
je te porte dans moi comme un oiseau blessé,
et ceux-là sans savoir nous regardent passer »
(Louis Aragon).



Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

15 commentaires

Bonjour à tous .
Je suis parmi vous depuis peu. Même si je n'arrive pas à laisser des commentaires je suis contente d'être avec vous. Prière pour moi car je viens de déménager dans un pays musulman.
Mayra

Par Mayra 19 septembre 2018 à 9 h 50 Répondre à ce commentaire

Je crois à la force de la prière. Je n'ai pas de belles paroles pour prier : j'emprunte celles des autres mieux placés pour exprimer leur foi, leur dévotion. Je ne peux pas cantonner les moments de prière à un "endroit le plus retiré" et dont la porte est fermée. La vie entre dans la prière : pour les personnes, pour les évènements. Je comprends que la sensibilité de chacun fasse que l'on se sente plus enclin à prier dans tel ou tel endroit et que le silence permet de mieux s'approprier le sens des mots. Quand on prie, on se met à nu devant Dieu : comment lui cacher ce qu'il connaît ! C'est un monologue où l'on demande, confie, crie la souffrance, remercie pour les joies et les grâces. Ce n'est pas une potion magique, capable d'effacer ou de changer radicalement les choses et il arrive que l'on se sente parfois incapable de trouver les mots pour le faire. Frère Cyrille parle de l'Amour "qui fait entrer dans un monde nouveau". Je voudrais citer quelques paroles d'un hymne '(les mots des autres…) lu récemment : "Esprit de Dieu, très pur Amour, Descends dans notre nuit obscure ; Désir nous tient, douleur nous dure, Esprit de paix, très pur Amour". Belle journée à tous dans la paix.

Par mahona 19 septembre 2018 à 9 h 42 Répondre à ce commentaire

"Retire-toi dans ta pièce la plus retirée" ? et si cette "pièce" était notre intériorité? ce lieu secret où il peut se découvrir quelque chose? ou Quelqu'un? "Insensé l'homme qui s'abreuve à la mare et oublie la fontaine au cœur de sa demeure" propose Angélus Silesius....

Par Emma 19 septembre 2018 à 9 h 36 Répondre à ce commentaire

Dans la relation aux autres, des plus proches aux plus lointains,
chercher l'ajustement,
chercher la rencontre,
chercher l'autre,
c'est là que je me sens prier.

La messe est pour moi comme "la respiration" de Dieu à laquelle j'aspire à abandonner la mienne,
je regarde souvent aussi les personnes de l'assemblée et voudrais me sentir ne faire qu'un avec elles...

Prier seule,
me mettre sous le regard de Dieu,
alors souvent je ne peux que faire silence.

Catherine

Par Hadjiyianni Catherine 19 septembre 2018 à 9 h 25 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle méditation ....mais,aussi pour cette citation d’Aragon...auquel je penserais à chaque fois que je recevrais Jesus «  mon bel Amour »dans l’eucharistie ..
Bonne et. Sainte journée..Union’de priere ..Anne ????????????????????????

Par Anne 19 septembre 2018 à 8 h 56 Répondre à ce commentaire

Comment commenter ce texte ?... Je lis, je relis jusqu'à ce qu'il devienne prière. Lorsque je regarde les autres (à l'Eglise par exemple, au cours de la messe...) je pense que je ne sais pas prier. Je n'adhère pas facilement et même pas du tout à certains gestes, Ils peuvent m'agacer ou m'interroger !... je ne sais pas prendre du temps de silence sans distraction. mais si tourner son regard vers le seigneur, la Vierge-Marie est prière, alors ma journée est prière.
En tous cas Merci beaucoup.

Par Francine A 19 septembre 2018 à 8 h 34 Répondre à ce commentaire

« Priez pour ne pas entrer en tentation. »
« Vous priez et vous n’obtenez rien parce que vos prières son mauvaises. »
« Ne jugez pas pour ne pas être jugé. »
Dieu ne juge que celui qui juge; je crois qu’il préfère conseiller, expliquer, enseigner, éduquer...
Quand au jugement des hommes en ce qui concerne la prière: ils ne jugent que les apparences et les mots, la façon de se tenir debout, à genoux, ou autrement, les mains jointes ou autrement, les yeux fermés ou pas, le visage fermé, souriant ou autrement, les lèvres qui bougent silencieusement ou les paroles qui en sortent,...
Seul celui qui se regarde prier est déjà jugé... par lui-même, et seulement par lui-même...

Par & 19 septembre 2018 à 8 h 25 Répondre à ce commentaire

Quand la prière se heurte au réel commence le doute.

Par Lorette 19 septembre 2018 à 8 h 13 Répondre à ce commentaire

Il est très fort ce texte mais il me convient et je le comprends car j'aime beaucoup prier dans ma chambre ou au travail dans une salle de cours et la relation avec mon Dieu est très belle pour moi et inexplicable il y'a souvent c'est très dur mais on y va.metci pour ces explications de la parole.amen

Par Saint-Maximin ketty 19 septembre 2018 à 8 h 13 Répondre à ce commentaire

Votre commentaire, Frère Cyrille Marie est tellement beau, comme celui d'Audrey aussi, que je ne mes sens pas capable d'y ajouter le mien. Sinon, que je ne conçois pas de prière sans poésie.
Merci de tout cœur,
Gaby

Par Gaby 19 septembre 2018 à 8 h 06 Répondre à ce commentaire

Comme c'est beau , frère Cyrille - Marie ,
la prière du coeur dans le secret , source vivante de Dieu .
Elle est présence de Dieu , en toute humilité elle est partage , celui des soupirs , celui
des mots inexprimables , elle est communion avec ce royaume qui est au
milieu de nous .Chacun à la mesure de "sa foi " .Elle représente le naturel qui se reçoit
et se donne gratuitement , l 'amour . La réponse de la prière , c'est Dieu qui vient à notre
secours , comme le cantique des cantiques , comme la plus belle des femmes , elle Est
cette église invisible , qui marche silencieusement dans le secret du coeur de Jésus ;
elle chair de sa chair , sangs de son sangs , pain vivant , elle est Calice , elle est coupe ,
les deux pourtant ne font qu' UN .Dans le secret , l'alliance ,des fiançailles , un mariage
sacré , mon coeur Seigneur , tu le connaissais bien , alors ? oui frères et soeurs , rendre
gloire au Seigneur , de tout notre coeur . Vivre Dieu , être nourri de de Sa chair , de son sangs , c'est Lui qui prie en nous et nous fait vivre dans le Verbe de Dieu . Il y a un passage dans Luc , Jésus dit : Demandez et l'on vous donnera cherchez et vous trouverez , frappez et l'on vous ouvrira .Dans le secret .Jésus frappe , dans ce jardin secret , afin que tous soient Un dans la prière .Le juge , seul Dieu est bon , Il ressuscite
même les morts ...Notre Père qui êtes aux cieux , que ton Nom soit sanctifié, que ton règne vienne...

Par fred 19 septembre 2018 à 7 h 41 Répondre à ce commentaire

ma relation avec le Seigneur me fait vivre car elle me donne souffle, elle m'éclaire et me fait grandir. C'est dans le silence de mon cœur qu'elle s'exprime et prend à chaque instant, à chaque souffle, vie ! Loué sois-tu Seigneur car avec miséricorde et amour tu m'offres l'amour le plus grand, le plus absolu. Amen Colette

Par Colette 19 septembre 2018 à 7 h 37 Répondre à ce commentaire

Merci fr Cyrille-Marie pour ces mots et ces vers. Oui, il n'est peut-être bien que la poésie, l'impudeur de la poésie, sa délicatesse, pour approcher l'intime de la prière. Pour l'effleurer, telle l'aile de l'oiseau d'Aragon.
Ce sont les mots de Bernanos qui me reviennent à vous lire ce matin : "Les petites choses n'ont l'air de rien, mais elles donnent la paix. C'est comme les fleurs des champs, vois-tu. On les croit sans parfum, et toutes ensemble, elles embaument. La prière des petites choses est innocente."
Les petites choses, qui parlent sans mots, le secret de sa chambre pour dire cet intime, cet endroit qui n'appartient qu'à soi et Dieu. Pour dire aussi la confiance : les petites choses, telles les fleurs des champs, sont sans question : elles s'offrent, elles sont ; la chambre où l'on s'abandonne au sommeil. Où l'on existe, nu, sous l'œil de Dieu.
Avec ma prière pour toutes et tous, dans la tendre lumière de ce matin.

Par Audrey 19 septembre 2018 à 7 h 36 Répondre à ce commentaire

Merci, avant de commencer ma méditation cela m'aide à me "recentrer".

Par Monique PRADET 19 septembre 2018 à 7 h 30 Répondre à ce commentaire

Quelle belle méditation,fr Cyrille-Marie(et avec la référence à 2 auteurs que j'apprécie tout particulièrement)..Elle va illuminer mes journées jusqu'à vendredi.Merci.

Par Annie2 19 septembre 2018 à 7 h 23 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?