Évangile selon saint Matthieu chapitre 10, versets 1-4

Douze pour une mission

01 Alors Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité.
02 Voici les noms des douze Apôtres : le premier, Simon, nommé Pierre ; André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ;
03 Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ;
04 Simon le Zélote et Judas l’Iscariote, celui-là même qui le livra.

Évangile selon saint Matthieu chapitre 10, versets 1-4

Faillibles témoins

précédente suivante

Ils sont douze apôtres. Comme les douze tribus d’Israël. Institués là symboliquement comme douze nouveaux patriarches d’un nouveau peuple porté par une nouvelle Alliance. Apôtre, cela veut dire « envoyé ». Ils sont envoyés. C’est la réponse à la prière demandée par Jésus juste avant. Voilà les ouvriers envoyés pour la moisson, les pasteurs qui manquaient pour que les brebis soient conduites au salut. Pourtant, ces ouvriers, choisis et envoyés, sont tout, sauf exemplaires. À commencer par le premier : Pierre. Cet apôtre, inspiré par l’Esprit lorsqu’il confesse la messianité de Jésus, est aussitôt qualifié de « Satan » lorsqu’il refuse la logique de la croix (1). Cette pierre sur laquelle Jésus fondera son Église est aussi la pierre d’achoppement sur laquelle il bute. À la fois enthousiaste et exalté, prêt à mourir pour le Christ (2), il est pourtant, tout au long de l’Évangile, la figure du disciple qui ne comprend rien, qui agit maladroitement (3), et surtout qui trahira son maître d’une façon pitoyable (4).
Tous ceux qui suivent sur la liste n’ont pas grand-chose à lui envier. Aucun d’eux ne sera à la hauteur : lents à croire, incapables de veiller, prenant la fuite sans demander leur reste. Tout au bout, Judas ferme la marche de cette équipe de bras cassés. Il cristallise toutes les fragilités de ses pairs : la trahison de son Seigneur est une erreur qu’il regrette amèrement et n’arrivera pas à réparer (5). Pourquoi Dieu a-t-il choisi ces pasteurs qui ne sont ni infaillibles ni meilleurs que les autres ? Peut-être qu’il n’avait pas le choix. Dieu prend notre humanité comme elle est. Fragile et tordue. Mais c’est aussi à cette humanité-là qu’il fait confiance. Ces pasteurs, lorsqu’ils sont conscients de leur fragilité, savent guider chacune des brebis du troupeau, avec modestie et compassion. Compagnons d’humanité, « frères » plutôt que maîtres (6), ils sont alors d’authentiques témoins de la miséricorde divine.


(1) Évangile selon saint Matthieu ch 16, v 23
(2) Évangile selon saint Luc ch 22, v 33
(3) Évangile selon saint Matthieu ch 17, v 4
(4) Évangile selon saint Matthieu ch 26, v 69-75
(5) Évangile selon saint Matthieu ch 27, v 4
(6) Évangile selon saint Matthieu ch 23, v 10

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

31 commentaires

Votre commentaire est tellement réconfortant. Merci
Béatrice

Par Berset B. 19 novembre 2018 à 21 h 47 Répondre à ce commentaire

Donc, à partir de lundi, il faut se reporter aux méditations de l'Avent , et ce, jusqu'à l'Epiphanie ? et ensuite, nous reprendrons l'Evangile de Mathieu , si je comprends bien.

Par Antoinette 17 novembre 2018 à 8 h 11 Répondre à ce commentaire

Jésus appela les douze. (Jésus est le maître) il appelle. il a pouvoir de la faire d'attirer (en vue de....) son appel est différent de l'appel des hommes
Deux actions se déroulent :
-l'action d'appeler (attirer, solliciter l'attention, prier (qqn) de façon pressante en vue de...

-l'action de les nommer : chacun par son nom il donna des précisions sur chacun et surtout Judas qui le trahit;
Répondre à l'appel c'est se sentir aimer et éprouver du zèle dans ce que l'on entreprend de ce dans lequel on est destiné. .cHANT/ Esprit Saint saisi moi fais de moi ce qui te plaira tout mon être s'abandonne entre tes mains saisi moi;

Par LONGCHAMPS Danielle 16 novembre 2018 à 9 h 46 Répondre à ce commentaire

HYMNE : EN TOI SEIGNEUR, NOS VIES REPOSENT
CFC — CNPL

En toi Seigneur, nos vies reposent
Et prennent force dans la nuit ;
Tu nous prépares à ton aurore
Et tu nous gardes dans l'Esprit.

Déjà levé sur d'autres terres,
Le jour éveille les cités ;
Ami des hommes, vois leur peine
Et donne-leur la joie d'aimer.

Vainqueur du mal et des ténèbres,
Ô Fils de Dieu ressuscité,
Délivre-nous de l'adversaire
Et conduis-nous vers ta clarté !

Par hymne 15 novembre 2018 à 20 h 41 Répondre à ce commentaire

Je me demande pourquoi vous nous parler des pasteurs au pluriel, "mon frère faillible", car Jésus, il me semble à chaque fois qu'il parle de pasteur c'est au singulier. Il y a lui d'abord, et Pierre ensuite, le seul à qui il dit d'être le pasteur de son troupeau. Cet "abominable" Pierre capable finalement de rien du tout, prêt à tuer quand il ne faut pas et absent quand ça tourne au vinaigre! Bonjour le pasteur!
Mais Jésus pouvait-il trouver meilleur témoin de La Miséricorde? On jette souvent la pierre à Judas, ou on évite d'en parler, mais j'aime bien ce film, je ne sais plus de qui, où on voit Judas aller chercher son ami Jésus, à l'agonie dans le désert pour le ramener vers les gens et la vie... fausse "interprétation" de l'évangile de Matthieu? Pour moi qui ne peut plus aujourd'hui reconnaître votre Jésus comme vrai Dieu, cette histoire est beaucoup plus abordable et n'enlève rien à tout le reste de la vie de Jésus, sa mort, et son éventuelle résurrection...
Pour en revenir à mes moutons, je crois que tous ces pasteurs dont vous parlez ne guident jamais le troupeau, seul le "bon pasteur" guide le troupeau, par l'intermédiaire de ses ouvriers peut être, mais lui seul est le guide... les pasteurs conscients de leur fragilité peuvent juste être tout au plus des témoins de la Miséricorde du "bon pasteur" pour eux mêmes. Et être donc un peu moins maîtres, et plus frères que père... mais on voudrait souvent se contenter d'un père ou de plusieurs pères plutôt que du Père..

Par & 15 novembre 2018 à 20 h 10 Répondre à ce commentaire

Apôtre, cela veut dire « envoyé ». C’est la réponse à la prière demandée par Jésus juste avant. Voilà les ouvriers envoyés pour la moisson, les pasteurs qui manquaient pour que les brebis soient conduites au salut. Dieu prend notre humanité comme elle est. Fragile et tordue. Mais c’est aussi à cette humanité-là qu’il fait confiance. Ces pasteurs, conscients de leur fragilité, Compagnons d’humanité, « frères » plutôt que maîtres (6), ils sont alors d’authentiques témoins de la miséricorde divine.
Je reconnais Jésus que tu pries et obtiens, apprends-moi à demander à ton/notre Père ,avec une telle confiance, à reconnaître que moi aussi tu m'exauces.

Par quinton 15 novembre 2018 à 16 h 48 Répondre à ce commentaire

Merci frère Jocelyn, je pense qu'après avoir lu votre méditation, je peux avoir confiance, moi aussi. Si Jésus a choisi ces douze apôtres ainsi, c'est sans doute pour dire à chacun d'entre nous, que nous sommes aussi, si nous l'acceptons, capables d'être des pasteurs pour nos frères. Malgré mes faiblesses, malgré mes doutes, mes péchés et mes failles !
En route donc !!

Par monette 15 novembre 2018 à 15 h 46 Répondre à ce commentaire

Seigneur Jésus,

Je te remercie d’être venu jusqu’à moi tel que je suis.
Tu n’as pas demandé que je lave d’abord ma chemise.
Tu m’as invité à m’asseoir,
et Tu m’as lavé les pieds.

Dans la lumière de Ton amour
j’ai pu accepter mes déchirures
et j’ai pu enfin croire en moi.

Tu m’as dit que mes péchés n’étaient pas une raison
pour que Tu ne viennes pas chez moi.

Tu m’as dit que mon nom est inscrit sur Ta Croix
comme celui de tous les enfants du Père,
même de ceux qui ne le savent pas.

Mais je ne suis qu’un pauvre homme,
fragile et hésitant.
Même si certains jours j’ai l’impression
d’être capable de sauter au dessus des montagnes,
d’autres jours, il m’arrive de me dire,
comme on le dit dans le monde,
qu’il faut rester prudent,
et que ce premier pas est peut-être une illusion.

Il est alors temps de T’accueillir à nouveau,
et redécouvrir que Tu es déjà près de moi,
au milieu de nous, entre nous, en chacun de nous
doux et humble de cœur.

Je perçois alors que sur Ton joug,
baigné d’amour et de lumière
parmi la multitude des noms, je peux lire le mien.

Le jour commence alors.
Je suis prêt à Te suivre.

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 15 novembre 2018 à 11 h 19 Répondre à ce commentaire

Choisis la vie
Auteur : Jean Guyaux

« Je te propose la vie ou la mort.
Choisis donc la vie. »
(Dt 30, 19)

Aujourd'hui, Seigneur, je choisis la vie
et je renonce à tous mes choix de mort.

Avec ta grâce,
je choisis de ne pas me laisser entraîner
dans la tristesse, le découragement, la dépression.
Je choisis de ne pas jouer la victime.
Il n'est pas vrai que je suis condamné
à échouer sans cesse dans mes projets.
Aujourd'hui est un jour nouveau où,
avec toi, tout peut commencer.

Toi, Seigneur, tu me donnes toujours une nouvelle chance. Avec saint Paul, je demande
« que le Dieu de l'espérance me comble de joie
et de paix dans la foi afin que je déborde d'espérance
par la puissance de l'Esprit. »
(Rm 15, 13)

Avec ta grâce, je choisis de renoncer
aux jugements négatifs sur mes frères,
de renoncer à toute forme de malédiction
et d'adopter plutôt à leur égard, la bénédiction.
Change mon regard sur les frères
qu'il m'est difficile d'aimer.
Inspire-moi la parole, les gestes, les attitudes
qui les appelleront à la vie.

Pour tout cela, je compte sur toi, Jésus,
et je m'appuie sur ta Parole:
« Je suis venu pour que vous ayez la vie
et que vous l'ayez en abondance. »
(Jn 10, 10)

Fais de moi aujourd'hui un VIVANT.
Amen.

Par partage 15 novembre 2018 à 6 h 45 Répondre à ce commentaire

MERCI de votre commentaire cela me rassure moi qui suis loin d'être parfait !!
OUI Seigneur je suis avec Toi tel que je suis mais en essayant avec ta grâce d'être un peu meilleur, mais je suis un pauvre pécheur, aies pitié, je sais ta Miséricorde
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 14 novembre 2018 à 23 h 00 Répondre à ce commentaire

Le Seigneur Jésus est venu comme le bon berger, pour s'occuper de ses brebis. Il se présente aussi comme le maître de la moisson; il invite ses disciples à prier le Maître de la moisson pour qu'il envoie des ouvriers...
Jésus, en choisissant ses apôtres, n'est pas allé les chercher dans la crème de la société. Ce sont des hommes tout à fait "ordinaires" comme nous tous. A ces douze, il donne la capacité d'avoir autorité sur les esprits impurs et les chasser, guérir toute maladie...
Le Seigneur connaissait d'avance toutes choses, Il savait donc que Judas allait le trahir, Pierre, le renier. Comme il connaît ce que nous-mêmes, sommes capables de faire. Mais Il sait aussi qu'on peut se laisser toucher par la grâce et revenir à Lui. Judas aurait pu se laisser émouvoir par l'amour du Seigneur qui lui a dit "mon ami". Mais il a laissé Satan s'emparer de son âme.
Notre monde est troublé, mais le Seigneur veille sur nous. Nous avons toujours besoin de nous souvenir que Dieu est notre Père, qu'il prend toujours soins de nous, car son amour est plus fort que celui d'une mère.
Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve. Ps.24

Par Marie Jeanne 14 novembre 2018 à 20 h 16 Répondre à ce commentaire

Miséricorde divine:
Heureux ceux qui écoutent la parole et qui l 'observent .
Frère Jocelyn , la charité à mille visages , ce sont ces mendiants , ces aveugles , lépreux ,
qui font de Jésus ce qu'il est , L 'agneau de Dieu qui enlève le péché du monde .
Et ce maintien , qui est dans l'amour de Dieu , nous demande de placer notre attente
dans la miséricorde de Jésus ...
Alors ? nous sommes la maison que Dieu , construit , n'est te vous pas , l 'Esprit de votre
Père ! , mais oui , il parle en vous et tout autour de vous ..
Qu'elle soit fragile , tordue , notre humanité à besoin d'un visage , d'une bénédiction ,
qui se découvre , et surtout qui se garde . Au travers de vous , c'est le Christ qui pais
ces brebis.
Dieu nous a donné son Fils unique , et il continue de croire en nous , quels que soit
nos maladresses , c'est l'amour qui compte , il n'avait rien pour plaire , c'est dire de
chercher l'authenticité , pour ce qui est de la perfection , il à pris nos imperfections
en nous donnant simplement de le chercher , le trouver . et de l'accueillir .Pourquoi
est ce que Dieu nous envoi tels pasteurs ? non pas pour en faire un sacrifice , mais
par la divine providence , un chemin de sanctification ...Tout sarment qui porte du fruit
Il l 'émonde , pour qu'il porte encore plus de fruits .Mat : 28; 20, Voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde.

Par Fred 14 novembre 2018 à 18 h 58 Répondre à ce commentaire

Le Seigneur ne nous demande pas d'être parfait pour le servir mais d'être VRAI et amoureux de Lui.
Voici un texte drôle et touchant du père Nicolas Buttet qui fait réfléchir sur nos
imperfections:

Quand Dieu a appelé Noé à le servir, Noé s'est saoulé, Abraham était vieux, Isaac était
un rêveur et Jacob un menteur, Léa se croyait moche, Joseph, plutôt arrogant selon ses frères, Moïse bégayait, Gédéon avait peur, Samson avait les cheveux longs et un
penchant pour Dalila, Jérémie et Timothée étaient considérés comme étant trop
jeunes, David s'était arrangé pour faire tuer Marie sa maîtresse, Isaac a prêché tout
nu, Jonas a abandonné, Noémie était veuve, Job avait fait faillite, Jean-Baptiste
mangeait des insectes, Pierre a renié le Christ, les disciples s'endormaient en priant,
Marthe se stressait pour tout, Marie-Madeleine avait été possédée par le diable,
la Samaritaine avait divorcé plusieurs fois, Zachée était trop petit, Paul persécutait
les Chrétiens, Timothée avait un ulcère et Lazare était mort.

Le Seigneur a besoin de moi telle que je suis, avec mes faiblesses, ma foi et mon
amour !
Bonne journée à tous

Par Élise (Québec) 14 novembre 2018 à 18 h 56 Répondre à ce commentaire

Dites donc frère Jocelyn, vous n'y allez pas doucement en parlant des apôtres.
Pierre qui a eu peur, ce qui est tout à fait humain, Judas qui a trahi , ce qui malheureusement était nécessaire pour que les écritures s'accomplissent... Ce que nous voyons dans ce commentaire, c'est que nous n'avons pas besoin d'être parfaits pour suivre le Christ, ou pour répandre son message. Nous marchons à sa suite avec nos défauts et nos faiblesses, mais dans nos cœurs l'amour de Dieu, qui malheureusement peut être momentanément un peu en berne suivant ce que nous vivons.
Essayons d'être le plus fidèle possible à la foi de notre baptême.
Belle journée à tous
Blandine

Par CHAUDEY BLANDINE 14 novembre 2018 à 14 h 09 Répondre à ce commentaire

Je ne puis croire et ne veux pas croire qu'il était NECCESSAIRE que Judas trahisse pour que l'Ecriture S' ACCOMPLISSE. Cela reviendrait à dire que notre rôle est fixé d'avance, que nous n'avons pas de prise sur notre vie ? Nous sommes déterminés en partie par notre ascendance oui, mais pas déterminés à commettre tel ou tel acte. Où serait notre liberté alors ? Comment comprendre cette expression dérangeante qui ne peut refléter le vrai ?


Un ajout qui relève d'un tout autre registre : Blandine,je porte spécialement votre fils dans ma prière. Je lui demande pardon au nom de tous ceux qui généralisent par inconscience bien souvent ou manque de réflexion et traitent les prêtres de pédophiles.

Merci pour votre attention.

Par Esperanza 14 novembre 2018 à 18 h 02

Bonsoir Blandine,
Hier, je vous ai laissé un petit message à la suite de celui de Micheline, au sujet de votre fils. Je lui souhaite joie et santé, qu'il garde toujours cet enthousiasme !
que le Seigneur le soutienne dans son ministère. Je prie pour lui et pour tous les prêtres.
En union de prière,
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 14 novembre 2018 à 21 h 18

Étre témoin,soyons des envoyés du Seigneur,malgré Nos petitesses parce que le Seigneur â cru en Nous Et Nous en a donné la mission.

Par Delon Colettedelon 14 novembre 2018 à 12 h 45 Répondre à ce commentaire

merci pour ce commentaire. C'est ma conviction mais aussi une invitation à persévérer dans cette conviction : c'est dans ma fragilité que le Seigneur me rejoint et m'appelle à affermir ma foi. C'est aussi un appel à regarder les personnes dans leurs fragilités (d'après mon œil) . J'ai à transformer mon regard en regard de foi et d'amour, de confiance Ces personnes sont aimé(e)s et appelé(e)s à grandir sur le chemin qui leur est propre. Intentions de prière mais aussi engagement pour que grandisse la confiance en chaque personne fusse-t-elle tombée très bas en "humanité". Colette

Par colette 14 novembre 2018 à 12 h 00 Répondre à ce commentaire

Et c'est quoi une personne tombée très bas en humanité? Selon votre oeil? Celui de Jésus?
N'est ce pas un tel regard qui peut faire tomber plus que grandir?...
Enfin, beaucoup de derniers seront premiers...
Entre la hauteur, la profondeur, la longueur, la largeur, c'est une telle pagaille qu'une mire n'y retrouverait pas ses mirons, dirait on chez moi! Et pourtant il paraît que tous sont sauvés.
Beaucoup sont appelés aussi, mais il y a peu d'élus, parait-il encore... et si ça me concerne, eh bien tant pis! Je me passerai de l'élection comme de l'appel...

Par Tchoupi 14 novembre 2018 à 14 h 06

Jésus n'avait peut être pas le choix, alors il se retrouve avec une "équipe de bras cassés". Comme aujourd'hui, Dieu ne choisit pas parmi les hommes et les femmes, Il nous appelle tous à construire son royaume dès maintenant. Si je me sens appelé, je me regarde, je me compare à ces douze palestiniens : assurément je ne suis pas meilleur mais comme eux je crois que Jésus me donne son Esprit et qu'ainsi je peux avancer vers Dieu et mes frères en humanité.

Par jouan 14 novembre 2018 à 11 h 48 Répondre à ce commentaire

Reconocer que es el Señor que evangeliza a través nuestro , aunque a veces nosotros mismos nos sentimos que somos defraudadores de la palabra de Dios e inconsecuentes, el Señor cuenta con nosotros para darse a conocer. Caer y levantarse y volver a empezar, sabiendo que así nos ama el Señor.

Par M.Eugenia HUETO SAINZ 14 novembre 2018 à 11 h 33 Répondre à ce commentaire

"Pourtant, ces ouvriers, choisis et envoyés, sont tout, sauf exemplaires."
"Compagnons d’humanité, « frères » plutôt que maîtres (6), ils sont alors d’authentiques témoins de la miséricorde divine."
Et c'est parce qu'ils ne sont pas "exemplaires" que l'on peut devenir libre, attaché à "l'unique pasteur" plus qu'à ses ouvriers envoyés.
Rencontrer cet "inconnu" à l'origine de tout et au dessus de tout et de tout homme, et de toutes ses actions. Certes c'est ausssi parfois le moment décisif ou l'on peut perdre sa foi religieuse, ou tout au moins la remettre en question, mais c'est aussi le moment d'être libéré enfin de la domination humaine sous toutes ses formes. se retrouver libre, mais tout petit, devant l'immensité de l'inconnu, que les sciences de tous horizons n'en finissent jamais de découvrir des facettes.
Cet absence de connaissance peut faire peur par certains côtés, mais pourquoi craindre ce qui libère, a libéré, d'un joug trop lourd à porter?...

Par & 14 novembre 2018 à 11 h 10 Répondre à ce commentaire

Merci Frère Jocelyn. Dieu nous aime malgré nos fragilités, nos angoisses. Il peut nous choisir quelque soit notre vie, notre parcours, pour être son messager. Que l'Esprit Saint nous inonde le coeur afin d'accueillir SA Parole, et surtout de la transmettre à travers nos actes et notre foi.
Je joins mes prières aux vôtres.

Par Marilou 14 novembre 2018 à 8 h 52 Répondre à ce commentaire

Ils sont douze et pourtant, dès le départ, ils vont par deux. Même Pierre, "le premier", celui qui est 'la' pierre, s'avance en cette liste avec son frère. Par deux, comme les soixante-douze disciples que Jésus envoie (Lc 10,1-16). Par deux, en frères, cette liste aussi ne le dit-elle pas? Frères de sang ou de route, tous fils d'un même Père.
Ils sont envoyés en bergers, la suite le dit bien : "Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël" dira Jésus (v.6) ; envoyés en ouvriers : "L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture", dit-il encore (v.10), réponse à sa prière des versets précédents, comme vous précisez, fr. Jocelyn. Mais des bergers qui, comme Rachel autrefois, ne font qu'un avec le troupeau vers lequel ils dirigent leurs pas : "Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups", ajoutera Jésus (v.16). Des bergers 'comme des brebis', partageant leur sort en tout, recevant tout d'eux, bergers qui n'emportent rien avec eux.
Pourquoi ces pasteurs fragiles, faillibles? Peut-être aussi pour que tout homme, toute femme puisse se reconnaître en eux. Puisse se sentir envoyé, lui aussi. Ni surhomme, ni parfait, l'apôtre, le disciple. Juste un homme, pris où il était, dans la banalité de son quotidien, derrière son comptoir, filet en main. Saisi au plus profond de lui, par une parole, un homme venu à lui. Envoyé au bout du monde, ou au coin de sa rue, sans bouger de chez lui parfois. Un homme aux mains vides. Un homme qui reçoit.
Merci fr Jocelyn!

Par Audrey 14 novembre 2018 à 7 h 54 Répondre à ce commentaire

Merci frère Jocelyn de me redire que Pierre, malgré son reniement, sa maladresse et son exaltation fait chaque fois confiance à Jésus qu'il aime profondément...et Jésus le lui rend bien! Merci aussi de montrer le découragement de Judas qui n'arrive pas à sortir de sa culpabilité et ne voit plus cet immense Amour que Jésus a pour lui. Oui je me retrouve dans tous les deux, dans les pleurs amers de l'un, dans le découragement de l'autre, jusqu'à ce jour, avec l'aide de mon mari, je refais confiance à l'amour du Père et la présence du Christ en moi, j'espère qu'un jour je trouverai en moi-même, sans l'aide de l'autre, cette force d'amour qui donne la sérénité et la paix du coeur.
En union de prière avec toutes et tous, kat

Par Kat 14 novembre 2018 à 7 h 34 Répondre à ce commentaire

Ma chère Kat,
J'ai appris ta souffrance actuelle. Je suis en admiration devant ta foi. Que dire d'autre ? Rien. Que faire sinon te serrer très fort dans mes bras, petite et grande sœur en Christ?

Par Lorette 14 novembre 2018 à 11 h 21

Merci Lorette, je sens toute ton affection dans tes mots, c'est merveilleux d'être porté dans la prière et je suis reconnaissante à tous les priants, je t'embrasse kat

Par Kat 14 novembre 2018 à 18 h 45

Très chère Kat, je te porte dans ma prière ainsi que ton cher mari. Je compatis de tout coeur à l'épreuve que vous traversez. Tous les jours je prie le chapelet sur KTO à l'intention de vous toutes, chères petites soeurs et plus particulièrement pour les malades. Ma prière s'adresse aussi pour tous les membres de notre petite Eglise "cybernétique" comme dit notre cher Paul.
Confiance, chère petite soeur.
Je t'embrasse très fort

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 15 novembre 2018 à 14 h 36

De temps en temps nous suivons le chapelet à KTO, nous écoutons également les laudes et complies de Tamié et c'est vrai que tout cela nous aide puisqu'une certaine sérénité se fait dans notre coeur et la peur peut, petit à petit se raisonner, dans le livre de la sagesse (17, 12) on lit que la peur n'est rien d'autre que l'abandon des secours de la raison, en union de prière, kat

Par Kat 15 novembre 2018 à 20 h 55

Merci pour votre réflexion simple et claire, nous sommes tous frères en humanité et révélant notre DIEU de Miséricorde.
Le tout , c’est recevoir la grâce d’être Conscients de nos fragilités et comme ST Paul , proclamer :
«  c’est quand je suis faible, qu’alors je suis fort » .

Par Nicole.B 14 novembre 2018 à 7 h 02 Répondre à ce commentaire

merci. cette réflexion m'aide à comprendre que malgré mes faiblesses et mes manques, Dieu peut encore se servir de moi.

Par andree besner 14 novembre 2018 à 5 h 05 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?