Évangile selon saint Matthieu chapitre 9, versets 09-13

L'appel de Matthieu

09 Jésus partit de là et vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de collecteur d’impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.
10 Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples.
11 Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? »
12 Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades.
13 Allez apprendre ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice. En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

Évangile selon saint Matthieu chapitre 9, versets 09-13

Le suivre à la maison

précédente suivante

La scène est belle. Jésus passe, voit un homme et un mot suffit. L’homme lâche tout pour suivre Jésus : son métier, sa famille, sa maison. Il ne prend même pas le temps de se faire un petit baluchon. Le voilà parti sur les routes de Galilée, marchant derrière Jésus. Mais l’Évangile dit-il vraiment cela ? Notre imagination n’a-t-elle pas comblé beaucoup de non-dits ?
Après tout, ce passage raconte bien peu de choses. Et la suite du texte ne présente pas Jésus marchant sur les routes, mais attablé à la maison. D’ailleurs, quelle est cette maison ?
Saint Luc, plus précis, nous le dit : c’est celle de Matthieu lui-même. Le futur apôtre donne un repas chez lui, il a invité Jésus, et aussi les collecteurs d’impôts, ses collègues de travail.
Mais alors… Matthieu n’a-t-il donc pas tout quitté ? Il a encore sa maison, son travail. Comment comprendre : « Il se leva et le suivit » ? La clé, c’est le sens de l’expression « suivre Jésus ».
Notre imagination nous avait égarés : ce n’est pas forcément partir sur les routes en abandonnant tous ses biens. La suite de Jésus, pour Matthieu, cela aura signifié : l’inviter chez lui, à sa table, avec ses autres amis. Cela n’aura pas été un départ vers des aventures extraordinaires, mais simplement une place ouverte au Christ dans les activités ordinaires. La suite du Christ n’est pas un type d’exploit tellement difficile qu’on le délèguerait à quelques missionnaires spécialisés. C’est la demande que Jésus nous adresse pour entrer dans notre vie.


Évangile selon saint Luc ch 5, v 27-29

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

41 commentaires

Se puede entender la casa como nuestra vida interior.
¿Qué hay en nuesro corazón que no nos permite seguir a Jesús desde lo más profundo de nosotros mismos?
Señor, quiero tener "micasa" siempre abierta para Tí! Puríficame. Sáname cada parte de mi ser para que se oriente definitivamente a Ti!

Par Luisa Fernanda Arroyave Vélez o.p. 17 novembre 2018 à 16 h 19 Répondre à ce commentaire

Super explication je comprends mieux et suis près d'essayer d'en faire autant. Merci beaucoup

Par marcel gaucheron 2 novembre 2018 à 9 h 53 Répondre à ce commentaire

J’ai l’ impression que l’evangile se contredit. Ne dit-il pas ailleurs qu’ il faut tout quitter pour suivre Jesus? Même sans enterrer son père ?

Par Magali 31 octobre 2018 à 4 h 13 Répondre à ce commentaire

Qu'est ce que c'est "suivre Jésus" si ce n'est pas. -justement- être auprès de chacun comme Lui l'a été ? Si ce n'est pas annoncer par notre espérance par nos actes, le Royaume de Dieu ?
Ne pas prendre (ou perdre) le temps d'enterrer son père est une expression jusqueboutiste dont Jésus se sert parfois comme "arrache ta main, arrache ton oeil s'ils sont objet de scandale" (le scandale étant ce qui fait chuter) cela ne se prend pas à la lettre, Dieu merci, cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas enterrer qui que ce soit, mais davantage qu'il n'est pas "nécessaire" de faire un deuil à l'infini comme c'est parfois le cas, pas nécessaire de passer le temps qui nous reste à pleurer le mort, mais bien plutôt qu'il est Urgent, plus que nécessaire, pour soi et pour tous, de "suivre Jésus", d'annoncer l'amour de Dieu, d'être dans l'Espérance, dans la foi, et la charité (l'amour).

Par talita 31 octobre 2018 à 8 h 25

Merci pour la méditation et l'explication...
OUI, je comprends mieux l'expression :"Suivre Jésus"
Alors j'essaie moi aussi de le suivre avec mes pauvres moyens mais en essayant d^'être le plus fidèle possible, avec la grâce de Dieu !!!
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 30 octobre 2018 à 20 h 35 Répondre à ce commentaire

Bonsoir , belle méditation,
Le sens de l'expression "suivre Jésus", pour suivre Jésus il faut être au coeur du monde, ça commence dans notre famille, avoir le sens de rassembler- pardonner,
aller au rendez -vous de la célébration du dimanche, se déplacer , se laisser interpeller pour participer à des actions de charité
aller vers le plus faible- malades- personnes âgés- isolés- étrangers-enfants qui ont besoin de soutien
Tout un programme pour être bousculé par le SEIGNEUR, qui nous attend!
Donne- moi SEIGNEUR "un coeur qui écoute "

Par Kieffer S. 30 octobre 2018 à 18 h 42 Répondre à ce commentaire

A l'écoute de la Parole
Auteur : Christine Florence

Ecouter ta Parole, Seigneur,
la méditer, la mettre en pratique...
tel est le chemin du disciple
qui désire construire sa maison sur le roc.
Ce chemin est semé d'embûches....
aussi, donne-moi, Seigneur, ''un coeur qui écoute'',
qui s'attache à ta Parole et vit en étroite familiarité
avec elle jour et nuit.
Peu à peu, je lui permettrai
de s'installer dans mes pensées
et d'imprégner mes tâches quotidiennes.
Alors, face aux tempêtes de l'existence,
petites et grandes, elle demeurera
la ''lampe sur mes pas'' (Ps 118) :
le point d'ancrage qui demeure solide
quand il n'y a plus rien.

Oui, Seigneur, béni sois-Tu pour ton Eglise
qui, par toute une lignée de témoins adossés
à sa Tradition, éclaire le sens profond de ta Parole;
ton Eglise qui nous aide à la méditer
dans le secret de notre coeur.
Ainsi, ton Verbe, peu à peu,
prend chair dans notre vie.

Par partage 30 octobre 2018 à 15 h 39 Répondre à ce commentaire

Un jour de plus commence .

Jésus veut le vivre ce jour . Il ne s'est pas enfermé.
Il a marché parmi les hommes .
Avec moi il est parmi les hommes d'aujourd'hui.

Il va rencontrer chacun de ceux qui entreront dans la maison ,
chacun de ceux que je croiserai dans la rue ,
d'autres riches de son temps,
d'autres pauvres,
d'autres savants et d'autres ignorants,
d'autres petits et d'autres vieillards,
d'autres saints et d'autres pécheurs,
d'autres valides et d'autres infirmes.
Tous seront ceux qu'il est venu chercher.
Chacun, celui qu'il est venu sauver .
À ceux qui manqueront , il aura quelque chose
à donner.
Chacun existera pour lui comme s'il était seul.

Jésus en tout n'a pas cessé d'être le Fils .
En moi il veut rester lié au Père.
Doucement lié , dans chaque seconde ,
balancé sur chaque seconde
comme liège sur l'eau .
Doux comme un agneau devant chaque volonté
de son Père .

Tout sera permis dans le jour qui va venir ,
tout sera permis et demandera que je dise oui.
Le monde où il me laisse pour y être avec moi
ne peut m'empêcher d'être avec Dieu;
comme un enfant porté sur les bras de sa mère
n'est pas moins avec elle
parce qu'elle marche dans la foule.

Madeleine Delbrêl
La joie de croire( Seuil)

Par Suze 30 octobre 2018 à 14 h 44 Répondre à ce commentaire

"Pourquoi votre maître mange t-il avec les publicains et les pécheurs?" Pourquoi ne mange t-il pas avec les "siens" ? ceux de sa "caste"? les gens "bien"?!...
Pourquoi mange t-il aujourd'hui avec nous "publicains" et "pécheurs"? En vue de quoi?
Allez, on l'invite...on s'assoit...on mange avec lui...et ? que se passe t-il?
Il est possible que chacun, chacune d'entre nous ressente comme une paix? une joie
intime? au point de n'avoir pas envie qu'il parte? Qui sait?

Par Manette 30 octobre 2018 à 14 h 43 Répondre à ce commentaire

Chère Marie DELORME, ce qu'il est advenu du jeune riche, l'Evangile ne nous le dit pas; par contre, pour Matthieu, il a été choisi par le Seigneur pour être l'un des douze apôtres. Mt.10, 2-4 et : Matthieu le publicain.

En toute fraternité,

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 30 octobre 2018 à 13 h 54 Répondre à ce commentaire

J'étais toute jeune lorsque j'ai entendu : "Je suis venu pour les pécheurs, pas pour les justes". Cela m'a désespérée !!! Je ne me sentais pas particulièrement juste, mais pécheresse, certainement pas !.... (en toute sincérité - et naïveté)
"Alors ? Jésus n'est pas venu pour moi ???" .....
Et puis, j'ai compris... j'ai compris qu'il était venu pour moi. Aussi.
Autre chose : dans le texte des Noces de Cana (St Jean) il y a un mot qui me paraît très important, c'est : Jésus est "INVITE" (invité dans notre vie humaine). C'est peut être dans la mesure où Jésus est invité à ces noces qu'il va pouvoir donner un "signe" très fort de sa mission, C'est peut-être dans la mesure où nous l'invitons qu'Il pourra se révéler...
Dans Matthieu, c'est Jésus qui "invite" à Le suivre,
Mais c'est dans le même but ! Que nous le co-naissions !
On peut en conclure que Jésus nous accueille là où nous sommes, là où nous en sommes, pour nous dire : "Allez ! Allez apprendre". Comme par ailleurs il dit :
"Venez et voyez". Il y a toujours un déplacement à faire...

Par Talita 30 octobre 2018 à 9 h 20 Répondre à ce commentaire

Chers amis,
j’imagine ce que Mathieu m’aurait dit :
-------------------------------------------------
Je passais mes journées à l’octroi,
J’allais amasser chez mes voisins de quartier
les impôts pour les Romains,
qui fermaient les yeux sur que je prélevais au passage.

Ma pauvre autorité m’avait été conférée par les occupants.
De beaux tapis ornaient ma maison.
Mes enfants étaient bien habillés,
et ma femme entourée de servantes.

Mon cœur était constamment divisé.
Au fond de moi j’avais peur, j’avais honte.
Mais comment faire autrement ?

Un jour, le Fils du charpentier est passé.
Il m’a dit : « Je suis heureux de te voir ».

De ma vie, je n’avais jamais entendu quelqu’un me dire cela.
Et mon métier n’avait rien arrangé !

Nous avons parlé ensemble.
Il m’a dit : « J’ai faim, Mathieu ».

A moi qui prenais tout aux autres...
Il me demandait de Lui DONNER à manger !

Quelle soirée nous avons passée ensemble,
avec mes amis et mes collègues !
Quelle paix, quels sourires, quelle joie !

Ma femme s’est bien demandé ce qui nous arrivera
quand j’ai dit au Fils : « Permets-moi de Te suivre ».

Mais elle a vu mes larmes, et elle me serrait très fort le bras.
Elle a même invité les servantes à s’asseoir avec nous !
-------------------------------------------------
Chers amis, avec le Fils,
nous sommes entrés dans la Lumière.
Bonne journée, vraiment.

Par Paul (Belgique) 30 octobre 2018 à 8 h 47 Répondre à ce commentaire

Comme la Parole est simple à l'éclairage de votre commentaire Frère Cyrille Marie. Jésus nous demande simplement de lui accorder une place dans notre vie !
Nous l'invitons à notre table et il prend place petit à petit dans nos coeurs pour ensuite ensoleiller notre vie. Il nous guide pas à pas et nous donne la force de devenir meilleur envers nous-même et envers les autres.
Je pense que le Père nous connaît si bien, qu'Il ne peut demander à chacun que ce qu'il est en mesure de donner. Le meilleur de lui-même.

Par Marilou 30 octobre 2018 à 3 h 46 Répondre à ce commentaire

MERCI Marilou , " nous l'invitons à notre table" ...la table de notre vie...
Et si cela changeait réellement notre quotidien, comme vous l'expliquez si bien?
L'expérience est à tenter...
Belle journée!

Par Emma 30 octobre 2018 à 11 h 43

Je n'avais pas réalisé que le collecteur d'impôts Matthieu était aussi l'apôtre de Jésus,
super...Jésus choisit n'importe qui... à condition d'accepter qu'il entre dans notre vie.
merci,

Par Ealet Pauline 29 octobre 2018 à 22 h 35 Répondre à ce commentaire

oui Jésus nous demande de le suivre, il ne l'exige pas, Matthieu aurait pu rester à son poste, mais il a ressenti quelque chose, ce quelque chose que nous aussi aujourd'hui nous ressentons, l'amour de dieu qui n'arrive pas avec des trompettes, mais dans notre intimité intérieur, si nous sommes prêt à le recevoir, il entrera.
c'est ce que je ressens cette union avec le christ, oh je n'ai rien d'une sainte, je suis comme chacun et chacune, pécheresse, mais je sais que j'ai en moi l'amour de dieu pour m'aider à avancer, il y a des montagnes parfois difficiles à dépasser, mais j'apprends à voir et à comprendre pourquoi elle vient se mettre sur mon chemin

j'encadre des enfants de KT, et justement un enfant 'a demandé "c'est vrai que si je fais le signe de croix tout le temps je pourrai déplacer les montagnes ?"
cette phrase déjà souvent entendu dans les messes ou offices, me posait question
et là je suis sur que l'esprit de dieu était là pour que je puisse lui répondre :
ce n'est pas une montagne au premier sens qu'il faut comprendre, mais les montagnes qui nous empêchent d'avancer, la peur, se sentir démuni face à une situation, tout ce qui ne peuvent pas faire avancer vers le bien vers Jésus
les soucis de la vie, l'importance exagérée du matériel par rapport à l'amour filiale
un gros câlin avant de s'endormir est plus beau qu'un cadeau trop vite mit de coté
c'est ce que Jésus nous apprends l'amour avec un grand A c'est çà le chemin pour la vie

Par Leelou 29 octobre 2018 à 22 h 17 Répondre à ce commentaire

Je comprend bien mieux le texte de cette Evangile, l'homme lâche tout et suit Jésus
suivre pas sur une route comme a bien expliquer frère Cyrille. L e voila avec Jésus , ses amis à sa table si je comprend il a simplement ouvert son cœur à Jésus pour qu'il fasse sa demeure. merci frère Cyrille pour ce commentaire

Par GRANVILLE 29 octobre 2018 à 21 h 24 Répondre à ce commentaire

C'est beau, frère Cyrille-Marie et simple comme méditation !
Le Seigneur ne cesse pas d'appeler, de nous appeler, chacun, chacune dans l'ordinaire de notre vie. Il nous appelle à le suivre comme au temps de sa vie terrestre quand il a commencé son ministère, avec les deux frères :
suivez-moi ! laissant leurs filets, ils le suivirent et ensuite, ce fut deux autres frères qui laissèrent la barque et leur père et le suivirent.
Quand il appelle Matthieu, Jésus est bien connu en Galilée. Aussi à son appel, il ne fait ni une ni deux, il le suit ! il n'y a pas à hésiter un seul instant; lui, un publicain, être appelé à le suivre ! il y va et pas seul, en compagnie de ses compagnons.
Ce n'était pas le gratin de la société ! pensez, des collaborateurs à la solde des romains, mal vus par les gens biens. Heureusement que Jésus n'a pas craint de se mettre à table avec des pécheurs, d'accueillir le rebut de la société, au grand dam des pharisiens. Je ne suis pas venu pour les bien portants !
Cela me rassure, Seigneur, moi qui ai du mal à m'accepter telle que je suis, pécheresse, vite découragée. Mais toi, Seigneur, tu continues à m'inviter à te suivre, et chaque jour, tu recommences, Tu ne lasses jamais car tu m'aimes.
Merci Seigneur !

Par Marie Jeanne 29 octobre 2018 à 20 h 37 Répondre à ce commentaire

Excusez frère Cyrille-Marie, la néophyte que je suis encore, mais c'est seulement après l'arrivée de notre pape François que j'ai rencontré Jésus. (VRAIMENT).
Les explications que vous donnez sur "suivre Jésus" m'étonnent un peu et me rassurent à
la fois. Il y a peu de temps le jeune homme riche demandait à Jésus: Que faut-il faire pour être ton disciple? Et jésus de répondre: Va,vends tous tes biens, donne-les aux pauvres puis viens et suis-moi. C'était moins tolérant que ce que vous expliquez. Votre éclairage d'aujourd'hui m'a déculpabilisée. AT

Par Thomas 29 octobre 2018 à 17 h 39 Répondre à ce commentaire

Chère A, Thomas, Jésus rencontre deux hommes différents à des moments différents de leur vie.
Mathieu travaille. Il doit être en pleine forme. Sans doute a-t-il entendu parler de Jésus, c'est pourquoi il le suit au premier appel. Mais nous ne savons pas comment se terminera sa vie. Le jeune homme riche,, connait les règles religieuses et les respecte. Cet appel le choque car il n'y a pas été préparé.
Sans doute tous deux vont progresser. Le message de Jésus bien qu'il soit différent pour chacun d'eux correspond à leur propre personnalité et à ce qu'ils ont déjà vécu.
L'évangile de ne nous dit rien sur l'évolution de chacun d'eux.

Par Marie DELORME 29 octobre 2018 à 21 h 23

La suite de Jésus, pour Matthieu, cela aura signifié : l’inviter chez lui, à sa table, avec ses autres amis. Cela n’aura pas été un départ vers des aventures extraordinaires, mais simplement une place ouverte au Christ dans les activités ordinaires. La suite du Christ, c’est la demande que Jésus nous adresse pour entrer dans notre vie. Je viens de lire dans l'exhortation Apostolique (La joie et l'allégresse)du pape François "il y a des inspirations qui tendent seulement à une extraordinaire perfection des exercices ordinaires de la vie chrétienne", milieu du n° 17. Cette parole me touche et m'invite à suivre Jésus, moi, aujourd'hui

Par quinton 29 octobre 2018 à 17 h 10 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce commentaire très clair. Il est vrai que l'on s'imaginait que les apôtres avaient dû tout quitter pour suivre Jesus . Lorsque je faisais catéchisme aux enfants de première communion et aux confirmants, ils étaient toujours choqués que le Christ demande un tel sacrifice. Ils m'ont souvent dit, je veux bien aimer Jésus, mais pas abandonner ce que j'ai. En faite, ce que nous devons abandonner, c'est notre égoïsme, notre façon de vivre centrés sur les biens matériels plus que sur les relations humaines.
J'ai entendu dans l'homélie de dimanche un jeune prêtre dire une très belle phrase qui m'a marquée : (Lorsqu'un incroyant vient vers vous, c'est le Christ qui vous l'envoie, ne le rejetez pas , mais rayonnez assez de foi pour qu'il ait envie de vous en entendre parler, cela l'aidera à cheminer.) cette fête de Toussaint qui arrive est peut être le moment idéale pour accomplir cela vu le nombre de personnes que nous rencontrons et qui viennent sur les tombes juste par habitude.
Bonne soirée à tous
Blandine

Par CHAUDEY BLANDINE 29 octobre 2018 à 17 h 07 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce commentaire qui me touche au cœur , car bien souvent on entend ce texte comme un exigence immediate et ça peut sembler impossible ! Mais ainsi chez soi accompagner qu’elle douceur pour être et parler de lui .MERCI Frère Cyrille-Marie

Par Josianne 29 octobre 2018 à 12 h 47 Répondre à ce commentaire

Ce récit me plaît et son commentaire aussi : la simplicité du récit et la lumière qui en surgit. Jésus -Mathieu, un va et viens entre les deux, l'appel - la réponse et l'accueil qui se traduit en acte : le partage du repas. On ne dit rien des échanges qui ont pu se faire entre les deux : les paroles ici se transforment en acte, le repas partagé qui interpelle l'entourage. C'est lumière sur ma route... Jésus m'appelle... ma réponse est laissée à ma liberté mais m'engage à agir et à partager mon amitié avec Jésus avec les autres, faire connaitre celui que j'ai rencontré, aux autres quelque soit l’apparence de leur vie. Colette

Par Colette 29 octobre 2018 à 11 h 17 Répondre à ce commentaire

En vous lisant Frère Cyrille, ce chant revient à la mémoire:
"Comme Lui savoir dresser la table, comme Lui nouer le tablier
Se lever chaque jour et servir par amour comme Lui.
1 )Offrir le pain de Sa Parole aux gens qui ont faim de bonheur
Etre pour eux des signes du royaume, au milieu de notre monde.
2 Offrir le pain de Sa présence aux gens qui ont faim d'être aimés
Etre pour eux des signes d'espérance, au milieu de notre monde.
3 Offrir le pain de Sa promesse aux gens qui ont faim d'avenir
Etre pour eux des signes de tendresse, au milieu de notre monde."
"Simplement une place ouverte au Christ dans les activités ordinaires" ...penser à lui ouvrir la porte de notre cœur, de notre vie, est une première démarche, et qui sait?
conduit à la "miséricorde qu'il veut" ?

Par Emma 29 octobre 2018 à 11 h 12 Répondre à ce commentaire

Merveilleux commentaire. "Le suivre à la maison" Apparente antynomie tellement Jésus représente la Liberté, les grands espaces, les petits chemins, Le Chemin. Mais cette liberté, c'est la liberté intérieure. En lisant notamment la fin du verset je ne peux m'empêcher de penser à certains Chrétiens qui croient que Jésus est né dans le 16ème. Qui pensent-ils tromper ? En tous cas pas le principal intéressé. Certains mais pas tous. Merci d'avoir dilaté "l'espace de ma tente". Ce matin même je pensais à cela avant de vous lire et je me demandais si mes peurs n'avaient pas pris le dessus dans bien des cas où j'aurais dû faire plus de place au Christ dans les services qu'on m'a demandés et que bien souvent j'ai refusé de rendre pour toutes sortes de mauvaises raisons qu'en me trompant moi-même je voulais faire passer pour bonnes aux yeux de ma conscience. Fallacieux prétextes ! Maudits mensonges ! Et comme Pierre, ayant ouvert les yeux, aujourd'hui je pleure amèrement. Cordialement.

Par Lorette 29 octobre 2018 à 10 h 42 Répondre à ce commentaire

Lorette ,
n 'ayez surtout pas e sens de culpabilité , ne dit-on pas , que Dieu planifie nos sentiers !
Et que les projets des coeurs , Il les accomplit . Jésus est venu pour rétablir , or nous le savons parfois nos raisonnements sont dans cette recherche de la vérité , nous qui pensons être en bonne santé , avons ce besoin d'être intègre , ainsi prier les uns pour les autres , nous aide mais ne doit pas nous limiter dans ce qui est faire église , souvent il est vrai ,il y a de grosses brebis , qui bousculent les petites , mais les temps ont changés , les mentalités , il n'est jamais trop tard , ni trop tôt , le présent est signe de vie et de Salut , comme marcher sur l 'eau , (sourire) on à tous besoin d'une bouée
, moi c'est certain , d'une main , d'un regard , c'est dire l 'église en marche ;comme Marie allant visiter sa cousine , la prudence reste de mise , mais le oui de celle-ci
à fait d'elle notre Mère , les deux Jésus et Marie , sont chair et Esprit , et le consolateur
est là pour rendre droit ce qui est faux , une façon de dire , n aie pas peur de prendre
Marie chez toi .Lorette Jésus voulait se représentait l'église , la bâtir , aux travers de
notre foi , par Sa Parole , fondée sur la justice et Il fait route avec nous pour nous ouvrir l 'Esprit nous fortifier en Esprit et en vérité. Donnons lui à boire notre vie , notre amour , le cadeau de la vie , qu 'il me soit fait selon Ta Parole Seigneur . A quoi pourrais-je comparer le règne de Dieu ?

Par fred 30 octobre 2018 à 8 h 22

Merci Fred. Je vous lis toujours avec attention. Cordialement.

Par Lorette 30 octobre 2018 à 21 h 57

Pècheurs nous serons donc pardonnés Merci Seigneur , ne désespèrons pas
Merci Et croyons

Par Delon Colette 29 octobre 2018 à 10 h 25 Répondre à ce commentaire

Nous voyons dans ce morceau d'Evangile la misericorde du Christ. Il appelle les pécheurs à la conversion. Aussi les publicains qui étaient des vrais larrons parce qu'ils exigeaient plus que les impots demandaient. Il a fait ainsi aussi avec Zaccheo, qui s'était caché sur un arbre au passage de Jesus. L'homme qui était un pecheur est devenu un des premiers poursuivant du Christ.

Par Puntillo 29 octobre 2018 à 10 h 19 Répondre à ce commentaire

Ce commentaire est si beau, Fr. Cyrille et apaisant aussi. La suite de Jésus, jadis, elle nous fut présentée : tout quitter : maman, mon père était mort longtemps déjà et j'étais l'ainée ! frères et sœurs, tant d'amis et d'amies aimés, le village, les souvenirs : "Ecoute ma fille, oublie ton peuple et la maison. de ton père..".(Psaume 44 ?) Voilà ce que l'on nous présentait comme "perfection" à acquérir. Pour moi, ratée sur toute la ligne ! Par contre, faire place à Jésus, ce Jésus que la gravure ci-contre rend si bien, cela OUI !
Tout le reste, ma foi, je le prends comme cela se présente. Lui faire une place : en classe, les inspections, les examens à réussir et le travail tout simple, faut bien qu'il se fasse... dans les grandes communautés (quelle grâce) et maintenant, dans le handicap, en chaise roulante ( gérer les virages) les journées morcelées, les traductions...Que je LUI laisse la place, la première....c'est ma prière. Très bonne journée dans la grisaille du temps et des jours...Que le Seigneur vous garde toutes et tous !
De tout cœur,
Gaby

Par gaby 29 octobre 2018 à 9 h 41 Répondre à ce commentaire

Merci, chère Gaby pour votre témoignage ! Vous avez fait le bon choix !
Laisser la première place à Jésus. J'aime votre humour malgré les aléas de la vie et de prendre les bons virages !
Savez-vous que je vous porte dans ma prière depuis "Signe dans la Bible", vous et toutes mes petites soeurs. Et Brig, qui est peut-être partie vers le Père ! toutes, vous êtes inscrites sur ma belle image du baptême de Jésus, (copie d'un vitrail) de la cathédrale Notre Dame de Paris.
Gardez toujours votre bonne humeur, chère Gaby ! que Dieu vous garde !

Par Marie Jeanne 29 octobre 2018 à 17 h 26

Je suis de l'avis de Geneviève , il est" simple" de suivre Jésus :Lui faire confiance de l'accueillir , de croire , mais parfois de concrétiser ce "simple" . Merci frère Cyrille-Marie.

Par Aline 29 octobre 2018 à 9 h 39 Répondre à ce commentaire

"Aime et fais ce que tu veux" ... Merci Fred de rappeler cette citation de Saint-Augustin.
Et je souhaites ajouter aussi ces autres mots de Saint-Augustin :

"SI L'AMOUR T'EMPORTE, NE DEMANDE PAS OU IL VA"

OUI, sachons répondre à Jésus par l'Amour seulement de ce qu'il veut pour chacun de nous au fond de notre coeur, dans la simplicité et en vérité !

Par Thomas 29 octobre 2018 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

Aime et fais ce que tu veux , disait Saint Augustin , mais il faut nous le savons accueillir
le Christ , ce Verbe fait chair , qui s 'est donné en nourriture , Pain de vie , source qui brise
les joug des enchaînes , ainsi avec son regard , nous pouvons faire le deuil de ce qui est
faux , en nous et tout autour de nous , ayant alors 'chemin faisant , l'envie , bien plus le besoin de donner et de partager ce pain , comme Jésus qui d'un poisson arrive à donner à manger à toute une foule , heureux les invités au festin des noces de l 'agneau.
Chercher la profondeur de cet amour , tout en répétant que je ne suis pas digne , pourtant le repas messianique est là , pour fortifier , Mathieu , Zachée , Marie -Madeleine ,
Et ISAÏE , me revient , disant que tout les peuples seront ...Merci frère CYRILLE -Marie
je suis troublée , car je ne vois pas les commentaires de mes compagnons ? je
n'ai même pas: voir les commentaires ?

Par Fred 29 octobre 2018 à 9 h 13 Répondre à ce commentaire

Pour entrer, et nous guérir... D'ailleurs, qui sont ces malades que Jésus évoque? Les convives du repas seulement? Ces pharisiens qui s'offusquent, engoncés dans leurs certitudes sur ce qu'est un pécheur, un homme respectable, enfermés dans leur savoir, ne sont-ils pas tout aussi malades? "Allez apprendre", leur dit Jésus : ne leur demande-t-il pas de se mettre également à sa suite?
"Je veux la miséricorde, non le sacrifice", leur dit encore Jésus, citant un passage magnifique d'Osée (6,6). Un passage que ces grands spécialistes de l'Ecriture ne peuvent que connaître, mais qui reste lettre morte s'ils ne font pas leurs ces paroles, si elles ne deviennent pas pour eux nourriture, comme celle offerte sur la table, source de vie.
"Venez, retournons vers le Seigneur. Il a déchiré, il nous guérira; il a frappé, il pansera nos plaies; après deux jours il nous fera revivre, le troisième jour il nous relèvera et nous vivrons en sa présence. Connaissons, appliquons-nous à connaître le Seigneur [...]" (Osée 6,1-2) C'est ainsi que commence ce passage, et par la connaissance de Dieu qu'aussi il finit : "Car c'est l'amour qui me plaît et non les sacrifices, la connaissance de Dieu plutôt que les holocaustes." (v.6)
Peut-être commence-t-elle, cette connaissance de Dieu, par le laisser entrer, s'asseoir à notre table...
Merci fr Cyrille-Marie! Belle journée à tous!

Par Audrey 29 octobre 2018 à 9 h 11 Répondre à ce commentaire

MERCI infiniment AUDREY pour votre commentaire, ils sont tous très instructifs et je les attends avec impatience, je ne vous le dis pas souvent !!!!
j'espère que vous allez bien vous êtes en retard aujourd'hui, c'est un peu aussi pour cela que je vous fais ce petit mot !
de mon AUVERGNE un peu enneigée je vous embrasse

Par Lulu 29 octobre 2018 à 15 h 05

Merci beaucoup Lulu! Oui, "départ" un peu compliqué hier, et ce matin pour d'autres raisons : neige à notre tour et panne de courant (revenu maintenant heureusement)!
Belle journée à vous et à toutes et tous.

Par Audrey 30 octobre 2018 à 10 h 31

Merci pour ce commentaire que je dirai appaisant.
Finalement il est simple de suivre Jésus!il suffit de lui dire oui de l acceuillir et d accepter qu il fasse de nous ce qu il veut .Il suffit de lui donner toute notre confiance

Par Geneviève 29 octobre 2018 à 9 h 08 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce texte d'evangile l'appel à Mathieur qui s' adresse particulièrement a moi "une place au christ par des choses ordinaire"s c'etait régulièrement un questionnement aujourd'hui j'ai trouve une place dans l'acceuil au sein de mon église

Par lalechere 29 octobre 2018 à 8 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci de ses commentaires utiles .Suivre Jésus ,adhérer à ce qu'il dit dans notre vie quotidienne, hélas réduite avec l'âge, comment être convaincu de la valeur de notre action? qui peut nous éclairer?
Merci

Par Françoise Lechain 29 octobre 2018 à 8 h 50 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?