Évangile selon saint Matthieu chapitre 9, versets 32-34

Guérison d’un possédé sourd-muet

32 Ils sortirent donc, et voici qu’on présenta à Jésus un possédé qui était sourd-muet.
33 Lorsque le démon eut été expulsé, le sourd-muet se mit à parler. Les foules furent dans l’admiration, et elles disaient : « Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël ! »
34 Mais les pharisiens disaient : « C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. »

Évangile selon saint Matthieu chapitre 9, versets 32-34

Réaction en chaîne

précédente suivante

Les guérisons opèrent une révélation qui ne laisse pas indifférents les contemporains de Jésus. Dans cet Évangile, on trouve deux réactions opposées : admiration et rejet.
Le récit de guérison est concentré en deux phrases. L’accent est mis sur les spectateurs et non sur le malade guéri. Ici, ce qui compte, c’est la réaction de ceux qui l’entourent. Les pharisiens ont trouvé une explication : « C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. » Pourquoi est-il si difficile pour les pharisiens de croire que Jésus guérit au nom du Dieu de vie ? Tentons diverses hypothèses : il a quitté son village pour aller sur les routes, il n’a ni travail, ni femme, ni enfant, et surtout il ne respecte pas les règles religieuses des pharisiens. En somme, il ne rentre pas bien dans les cases de leur société et cela les perturbe. Ils n’acceptent pas d’être déplacés dans leurs représentations.
Mais s’ils ne veulent pas bouger, comment pourront-ils goûter le vin nouveau ? Comment verront-ils le Royaume qui vient ? Leur foi est enfermée dans leurs certitudes, et elle sent le renfermé.
À l’inverse, il y a la foule qui est saisie d’admiration pour Jésus. Ils admirent sa puissance comme ils applaudiraient une performance hors norme. Ils sont touchés non pas dans leur foi, mais plutôt dans leur désir de puissance. Cette foule voudra ensuite s’emparer de Jésus pour le faire roi* afin que sa puissance soit au service de leurs désirs. Admiration ou rejet : aucune de ces positions n’est juste. Le signe appelle la foi.


* Évangile selon saint Jean ch 6, v 15

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

24 commentaires

"Le signe appelle la foi " ; la foi appelle le signe de croix par lequel nous reconnaissons l'existence d'un Dieu trinitaire. Le Dieu de l'impossible qui envoie son Fils dans le monde et l'Esprit sur les apôtres.

Par mahona 8 novembre 2018 à 19 h 36 Répondre à ce commentaire

effectivement, ce passage n'évoque pas la foi du muet comme lors des autres miracles mais l'admiration béate de la foule de la puissance de Jésus sans comprendre qu'elle vient de Dieu, son Père;; cette absence de référence est bien d'aujourd'hui encore.

Par Ealet Pauline 8 novembre 2018 à 16 h 15 Répondre à ce commentaire

Jésus se déplace sans cesse, Il va à la rencontre des gens, les écoute, les guéris.
Mais parfois, ce sont les gens qui viennent à Lui, poussés par leur grande foi :"si seulement je peux toucher les franges de son vêtement..."
Il y a beaucoup de mouvement, d'échange, dans la vie de Jésus et le suivre ne veut pas dire forcement partir à sa suite, mais savoir l'accueillir, lui faire confiance et Le laisser entrer dans notre vie, puis par nos actes, partager notre foi.
Mais, si je m'étais trouvée comme ces gens, témoin de ses miracles, ses guérisons, je me pose la question :"comment aurais-je, moi, réagis ?" Liesse instantanée ou question? Etonnement ?

Par monette 8 novembre 2018 à 14 h 28 Répondre à ce commentaire

Deux réactions opposées : Admiration ou rejet : aucune de ces positions n’est juste. Le signe appelle la foi. Comment verront-ils le Royaume qui vient ? Leur foi est enfermée dans leurs certitudes, et elle sent le renfermé. Seigneur apprends moi/nous à quitter nos certitudes tout un projet qui libère

Par quinton 8 novembre 2018 à 10 h 00 Répondre à ce commentaire

Chère soeur Corine,
Merci de vos méditations. Elles sont simples mais profondes. Elles me touchent chaque fois.

Par Magali 8 novembre 2018 à 6 h 33 Répondre à ce commentaire

Merci pour le texte reçu.
Blandine

Par Blandine Lehoux 7 novembre 2018 à 23 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Carine pour votre méditation. Ce Jésus, après tout, on ne sait rien de lui. Le voilà qui se met à guérir et à expulser les démons. Insupportable pour les pharisiens orgueilleux qui ont peur de voir leur prestige diminuer.
Voici qu'on lui amène un homme muet démoniaque. Un homme coupé du reste des hommes, il ne peut même pas parler, ne peut rien dire de l'amour de Dieu, ni de s'émerveiller des miracles que Jésus accomplit. Il est enfermé dans son mutisme, victime de Satan qui le tient sous son pouvoir. Il ne sait rien de la vie éternelle. Mais Jésus est là pour le délivrer de la puissance de Satan et le rendre capable de parler de lui, de le suivre. Changement radical de vie, dû à la grâce de Dieu. Il passe de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière;
"Il ne s'est jamais rien vu de pareil en Israël; mais les pharisiens disaient :
Il chasse les démons par le chef des démons".
Ils sont comme de vieilles outres, ils ne pourront pas goûter au vin nouveau.
Ils n'ont pas voulu voir le "signe" qui appelle la foi, imbus de leur certitude.
Comment se boucher les oreilles, se fermer les yeux devant tant d'amour qui se manifeste dans ces guérisons ?
"Je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu'ils l'aient en abondance" (Jn 10,10)

Par Marie Jeanne 7 novembre 2018 à 20 h 42 Répondre à ce commentaire

suite à envoi prématuré :... en premier lieu avoir la foi pour faire certains signes.

Par mahona 7 novembre 2018 à 20 h 04 Répondre à ce commentaire

"Les guérisons opèrent ……. qui ne laissent pas indifférents nos contemporains" pourrions-nous écrire. Et généralement, il y a admiration, stupeur et incrédulité. Les faits sont là ; la raison scientifique ne peut que les constater. Dans les écrits, on apprend que Jésus a beaucoup marché ; il est allé porter La parole auprès de populations à qui les Ecritures, les prophètes avaient annoncé des temps meilleurs par l'arrivée d'un Messie. Pouvait-on voir ce Messie dans un homme qui n'avait aucun signe de puissance matérielle : pas de gardes, de palais, de richesses ; seulement ce pouvoir incroyable de guérir "toute maladie et toute infirmité". Jésus ne marchande pas : il ne dit pas "je te guéris si….." mais "vas, ta foi t'as sauvé". La foule admirative, versatile, sera peut-être la même qui le condamnera. "Le signe appelle la foi" mais il faut en premier lieu avoir la foi pour faire certa<

Par mahona 7 novembre 2018 à 20 h 02 Répondre à ce commentaire

Est ce que nous aujourd'hui nous accepterions de nous laisser convaincre de sortir de nos routines de perdre nos avantages bref de nous convertir pour suivre cet homme hors du commun qui nous emmène ou nous ne voudrions pas aller? Et pourtant nous savons qu'il est Fils de Dieu, qu'il nous aime plus que tout!!Comme les gens de son temps nous aimerions bien que tout change dans nos vies mais nous avons du mal à sortit de nous même et changer de vie c'est pourtant la seule façon de suivre le Christ.

Par etienne 7 novembre 2018 à 18 h 20 Répondre à ce commentaire

Je suis en accord avec Manette de 11 h 40 ...
OUI... quel signe nous donne la Foi ??
Parfois lors de nos prières nous demandons un signe....
Mais avons nous besoin d'un signe ?
Et surtout moi, ne devrais-je pas être un signe ^pour mon voisin ???

Par Cl@udio 7 novembre 2018 à 18 h 15 Répondre à ce commentaire

claudio , le signe , c'est la croix et nous en sommes les héritiers , si je peux le dire ainsi.
Nous devons comprendre ce qu'est porter sa croix , pour pousser la charrue .
Comme le dit Monette , par Le Christ , Dieu nous habite , faisant ainsi La Lumière sur
ce qui est faux et vrai , mais pas pour juger , ni condamner , que du contraire , la conversion reste la foi qui demande sans cesse à Dieu , quels que soient les réalités
de nos vie , riche , pauvre , pour Dieu nous sommes tous égaux , mais c'est notre misère
qui fait de nous des pécheurs , être fidèle , avoir confiance ,vivre pas à pas en découvrant le sens d'un seul sacrifice , que jésus à fait pour tous , c'est aussi
répondre à l'amour de Dieu.l Esprit des mystère de la sainte foi ; habiter la maison du Seigneur , le royaume de Dieu , c'est le temple de l 'Esprit Saint , visible et invisible , Toi
seul avec le Père et le Fils ,possèdes le Nom de gloire . je repense à une prière :adsumus (nous voici ).Alors Claudio , tout ce que je possède , c'est l'amour de Dieu
signe de sa présence , pain de vie , il nous convie à être prudent , mais de continuer
à être cette croix , ce signe , qui appelle , atteste , comme le grand credo , de Nicée -
Constantinople , je reconnais un seul baptême , pour le pardon des péchés . Mais
nous le savons Marie écrase la tète du serpent , ainsi faisant , nous pouvons méditer
sur la beauté de la maison du seigneur , elle nous montre Jésus par son oui fait chair.

Par fred 7 novembre 2018 à 20 h 10

Quel signe appelle la foi? Qu'est-ce qui fait que je crois?
Pour nous aujourd'hui encore, Ta Parole est un trésor, quand elle redonne vie à l'homme fatigué, qui ne peut plus marcher...Quand elle redonne espoir à l'homme broyant du noir...quand elle remet debout avec délicatesse, avec tant de tendresse, l'homme en détresse...Quand elle éclaire de sa lumière, les choix à faire...Quand ta Parole, Seigneur
devient tout simplement ton regard, ton écoute, tes mains, Toi "signe" enfin!...

Par Manette 7 novembre 2018 à 23 h 03

Psaumes, chapitre 130
Ps 130:1- Cantique des montées. Des profondeurs je crie vers toi, Yahvé
Ps 130:2- Seigneur, écoute mon appel. Que ton oreille se fasse attentive à l'appel de ma prière!
Ps 130:3- Si tu retiens les fautes, Yahvé, Seigneur, qui subsistera?
Ps 130:4- Mais le pardon est près de toi, pour que demeure ta crainte.
Ps 130:5- J'espère, Yahvé, elle espère, mon âme, en ta parole;
Ps 130:6- mon âme attend le Seigneur plus que les veilleurs l'aurore; plus que les veilleurs l'aurore,
Ps 130:7- qu'Israël attende Yahvé! Car près de Yahvé est la grâce, près de lui, l'abondance du rachat;
Ps 130:8- c'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Par partage 7 novembre 2018 à 17 h 07 Répondre à ce commentaire

"« C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. » Pourquoi est-il si difficile pour les pharisiens de croire que Jésus guérit au nom du Dieu de vie ?"
Qui est vraiment le chef des démons? N'est-il pas le même que le "Dieu de vie"?
N'est-il pas Dieu Lui même, dont la seule autorité est de laisser la Liberté aux anges comme aux hommes?!...
Alors finalement, n'est ce pas seulement une interprétation des mots qui cache toute la Vérité, et rien que la Vérité?!...

Par & 7 novembre 2018 à 17 h 04 Répondre à ce commentaire

"Le signe appelle la foi" dites-vous sœur Carine. Cette affirmation nous invite à nous poser la question: quel signe donne foi? Qu'est-ce qui nous fortifie, nous confirme aujourd'hui dans la foi en Jésus-Christ? Est-ce le fait qu'il guérisse un aveugle?
un sourd? De quelle cécité souffrons-nous aujourd'hui? de quelle surdité souffrons-nous aujourd'hui? N'est-il pas important de nous interroger sur nous-mêmes? sur ce qui fait signe pour nous? alors peut-être serons nous signes d'un Invisible devenant visible grâce aux gestes de fraternité...aux paroles de réconfort, de consolation...aux mains tendues...aux cœurs ouverts à écouter et entendre un Autre?
Désireux d'écouter...désireux d'entendre...une autre Parole que la nôtre? pour en vivre?

Par Manette 7 novembre 2018 à 11 h 40 Répondre à ce commentaire

Chaque petit mot a son importance : "Ils sortirent donc..." Déjà un pas est fait vers Jésus.
Même s'ils ne se sont pas encore "acclimatés", comme dit très justement Audrey, ils font l'effort de "sortir". Jésus sort, lui aussi, souvent... toujours pour notre bien.
Et puis qu'est ce que c'est cette mauvaise foi des pharisiens ? : "C'est par le chef des démons qu'il expulse les démons" !!! N'importe quoi !!! Comme si le démon allait se faire du tort à lui-même !.. Un genre de fake news pour troubler l'esprit de ceux qui ont bien voulu "sortir" de leurs idées toutes faites. Comme dit encore très justement Audrey, non seulement ils se privent du vin nouveau, mais ils voudraient en priver les autres.

Par talita 7 novembre 2018 à 10 h 11 Répondre à ce commentaire

Merci,Soeur Carine Michel,pour cet éclaitage d'un texte dont je n'avais vraiment pas perçu la profondeur:.concis,connu,en somme une guérison de plus!Vous avez posé la question essentielle:de quel côté nous situons-nous: enfermés dans nos certitudes ou aspirant à un Dieu au service de nos désirs.
Bonne journée à tous!

Par Annie2 7 novembre 2018 à 8 h 32 Répondre à ce commentaire

P.S. Excusez-moi, je vous en prie, sœurs et frères internautes ! Vous aurez compris le lapsus d'une dialectophone ! Jésus n'a pas guéri le démon, comme la tournure maladroite le laisse lire ! Ce serait trop beau ! Au fond, qui sait si je ne l'espère pas !
Je vous souhaite encore bonne et belle journée, vous avez au moins eu de quoi rire !
Gaby

Par gaby 7 novembre 2018 à 8 h 25 Répondre à ce commentaire

Admiration ou rejet ? Je préfère de loin la première réaction. Dans cette foule, il y en avait peut-être quelques-uns pour réfléchir. Vu les pharisiens, pas beaucoup de femmes, sans doute. Mais l'un ou l'autre a dû creuser la question : d'où lui vient cette force ? Il ne crie pas ! Aucun grand geste ! Encore moins une imprécation ? Simplement, après qu'il eut chassé le démon, comme si cela allait de soi, il le guérit. La foule s'est peut-être arrêtée à la guérison, les pharisiens à la possession ? D'un côté l'admiration, des idées sous-jacentes ? des motifs après tout compréhensibles ? De l'autre, celui des pharisiens, le rejet, le soupçon, la calomnie, au moins l'on sait où ils veulent mener la foule. Ils auront gain de cause devant Pilate.
Allez donc toucher, ne serait-ce que d'un doigt, d'une parole, des idées reçues, vous verrez les réactions...Courage dit Jésus, J'ai vaincu le monde !
Très bonne journée à tous, le soleil illumine les forêts ! Splendide !
Gaby

Par gaby 7 novembre 2018 à 8 h 03 Répondre à ce commentaire

En méditant sur cette guérison et sur le commentaire qui nous est proposé je suis partiellement insatisfaite. La réaction des groupes est visible, certes. mais dans ma prière je préfère y voir des personnes dans leur individualité et pour lesquelles je ne connais pas leur pensée, leur quête de recherche sur la véritable connaissance de Jésus, des Écritures et de la promesse annoncée.. Cette pensée et ce mouvement du cœur ne crient pas, ne font pas de bruit mais j'ose espéré qu'elle agit sur l'avancée du monde dans son histoire. Ma prière de ce matin est une demande : avoir l'intelligence des signes dans ma vie mais aussi dans le cœur de la multitude des personnes qui composent notre humanité aujourd'hui, pour que demain la vie soit selon le projet de Dieu qui nous aime. Que ma foi grandisse en Dieu et en l'efficacité de l'action de chacun dans l'obscurité de son cœur en faveur du bien. Colette

Par colette 7 novembre 2018 à 7 h 56 Répondre à ce commentaire

Merci Colette pour cette profonde réflexion sur « le mouvement du coeur » de chacun dans le secret. Je partage totalement votre espérance et votre prière pour « l’avancée du monde « et « l’intelligence des signes dans nos vies ».

Par Chantal K.-B. 7 novembre 2018 à 8 h 22

Les pharisiens se privent de goûter le vin nouveau mais, par de telles paroles, ils montrent - et n'est-ce pas tout aussi grave, sinon plus - qu'ils voudraient aussi en priver les autres.
Jésus menace leur pouvoir, leur influence sur la population, cette foule qui l'admire. Comment détourner cette foule de Jésus quand l'évidence est là que par lui vient la vie? Car la vie est bien là, sous leurs yeux : "Jamais rien de pareil ne s'est vu", disent-ils. Tenter de faire peur... La peur est sans fondement, mais elle se propage, petite graine de doute semée dans les esprits.
Le sourd-muet parle lui aussi : mais écoute-t-on ses paroles? Seul semble compter le fait qu'il parle, et non ce qu'il dit. La foule n'entend pas, les pharisiens ne veulent pas entendre. Comme dans les versets précédents, la véritable surdité n'est pas où on pourrait l'attendre. Jésus avait ordonné aux aveugles de se taire, peut-être était-ce aussi parce qu'il savait que, quoi qu'ils disent, la foule au dehors n'était pas prête à l'entendre.
Il faut du temps pour acclimater la guérison à sa chair. Il faut du temps aussi pour que ceux qui nous entourent puissent la voir se dessiner en cadeau de vie.
Merci beaucoup sr Carine! Et belle journée à tous!

Par Audrey 7 novembre 2018 à 7 h 45 Répondre à ce commentaire

"C'est par le chef des démons qu'il expulse les démons" , c'est l' esprit diviseur qui leur fait dire cela? car ils doivent bien savoir que les fruits de l' esprit du mal n'est pas le bien pour tous? la conséquence , les fruits de l'amour de Dieu , c'est la vie "en abondance", non? les fruits de l'esprit du mal , c'est de diviser, séparer les hommes entre eux? Alors comment confondre les fruits de l'esprit du mal, appelé ici "le démon", avec ceux de l'Esprit du Dieu auquel ils croient?
"Le signe appelle la foi" dit sœur Carine, et non les querelles, les divisions...
Vous nous amenez encore une fois vers le sens de notre foi, merci!
Aide-nous, Seigneur , a "aérer" notre foi afin qu'elle ne "sente pas le renfermé"!...

Par Emma 7 novembre 2018 à 7 h 38 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?