Évangile selon saint Matthieu chapitre 7, versets 13-14

La porte étroite

13 « Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent.
14 Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent.

Évangile selon saint Matthieu chapitre 7, versets 13-14

La voie du bonheur

précédente suivante

Vois, je te propose vie et bonheur, mort et malheur […] ; je te propose la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction : choisis donc la vie ! » C’est ainsi que Dieu concluait le discours qu’il avait transmis, sur la montagne, à Moïse*. Nous arrivons, nous aussi, à la fin du premier discours de Jésus, prononcé depuis une montagne.
Les paroles transmises à Moïse pouvaient susciter une certaine crainte chez les israélites : il y avait en effet deux voies distinctes, et suivre la mauvaise conduisait à la mort. Mais en fait, le risque n’était pas si grand que cela : Dieu ne demandait pas de trouver la bonne voie en cherchant à tâtons dans l’obscurité. La voie qui conduit à la vie, c’est celle qu’il venait d’indiquer en donnant à son peuple la Loi, et, par excellence, les dix commandements : « Si tu écoutes les commandements que je te prescris aujourd’hui, tu vivras. »**
De même, le chemin qui conduit à la vie, Jésus vient de nous l’exposer dans son discours sur la montagne : c’est la Loi nouvelle, qui comporte au premier chef les béatitudes.
Autrement dit, nous qui avons décidé de suivre l’enseignement de Jésus, de puiser à son Évangile, nous avons trouvé le chemin, la porte qui conduit à la vie. Certes, le chemin à suivre est resserré, la voie ne sera pas facile. Mais nous savons quelle est la bonne voie !
Et la vie bénie promise par Jésus n’est pas seulement une récompense finale pour ceux qui auront franchi les obstacles, elle est déjà la condition de ceux qui s’engagent dans cette voie.


* Deutéronome ch 30, v 15-20
** Deutéronome ch 30, v 16

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

19 commentaires

Peu de courage et pas d'internet, me voici pour un tout petit commentaire.
Merci frère Cyrille-Marie pour votre méditation claire et rassurante. Ce sermon sur la montagne rapporté par Matthieu nous indique le chemin qu'il nous faut prendre pour avoir la vie. Choisir la porte large qui mène à la perdition, se laisser tenter par toutes sortes de plaisirs... il débouche finalement sur une large porte qui nous mène vers l'enfer et nous coupe définitivement de Dieu.
Faire le choix du bon chemin, même s'il est rude, escarpé qui débouche sur une porte étroite, il faut peut-être se mettre à genoux pour y entrer comme le chameau qui a une lourde charge et ne peut pas passer par la porte étroite.
Une fois débarrassé de son fardeau, il peut y avoir accès. Et se relever.
Que je sache me mettre à genoux, Père pour toutes les fois où j'ai failli prendre le mauvais chemin. Amen !

Par Marie Jeanne 9 octobre 2018 à 23 h 32 Répondre à ce commentaire

Tu n'es pas
Auteur : Grégoire de Narek

Tu n'es pas un juge qui condamne,
mais un Sauveur.
Tu ne perds pas, mais tu trouves.
Tu ne tues pas, mais tu donnes la vie.
Tu n'exiles pas, mais tu ramènes.
Tu ne trahis pas, mais tu délivres.
Tu ne noies pas, mais tu sauves.
Tu ne pousses pas, mais tu relèves.
Tu ne maudis pas, mais tu bénis.
Tu ne venges pas, mais tu pardonnes.

Par Partage 9 octobre 2018 à 19 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci pour ces paroles d'espoir, d'espérance. Je ne comprends pas cette"porte étroite". faut-il souffrir et constamment franchir des obstacles pour trouver le bonheur? ET sommes nous si peu à espérer cette joie et si peu à en être digne?

Par Brigitte 9 octobre 2018 à 21 h 34

C'est le chemin qui mène vers Jésus est étroite, c'est la bonne même si on trébuche le
seigneur nous relève.
Il faut prier beaucoup pour que le seigneur nous aide à rester sur cette voie difficile ou pas , c'est la meilleur
Seigneur donne nous le courage et la force de reconnaitre ta voie et de la garder
bonne journée Cyrille et merci pour ces commentaires

Par GRANVILLE 9 octobre 2018 à 14 h 30 Répondre à ce commentaire

Depuis que je ne me prends plus la tête avec la foi en un Dieu, je remarque qu'il y a toujours une explication très simple et très rationnelle aux paroles, symboles et paraboles employés par Jésus.
Ainsi je vis dans monde, que dis-je, dans l'univers!...
Et pour entrer dans cette Vie, il m'a suffi de franchir un seuil étroit, d'emprunter un seul chemin resserré : le col de l'utérus de ma mère...
Et tout est Vie, que je pleure ou que je ris, même la mort fait partie de la vie...

Par & 8 octobre 2018 à 22 h 18 Répondre à ce commentaire

Très joli !

Par Monique BOUVIER 10 octobre 2018 à 10 h 53

Non seulement la voie est étroite mais aussi parfois très resserrée si bien qu'il est difficile de s'y glisser !!!
Mais c'est la voie de tout chrétien qui choisit de vivre bien que dans notre société actuelle les tentations soient nombreuses et attirantes
Je demande au Seigneur de me donner le courage et les forces pour progresser le long du chemin de cette porte étroite
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 8 octobre 2018 à 20 h 20 Répondre à ce commentaire

Oui, choisir la vie éternelle, choisir ce chemin de vie qui nous conduit vers cette porte étroite que nous voulons atteindre, cette porte qui mène vers Toi Seigneur, c’est ce que nous voulons, mais il nous faudra couper les ronces qui bordent ce chemin, elles cachent les petites fleurs qui tentent de percer l’obscurité et veulent aller vers ta Lumière, que d’embûches sur ce chemin, mais aussi tant d’Amour ! Veille sur notre monde qui semble avoir pris l’autre chemin. Sauve-le de lui-même !
Seigneur, ouvre mon cœur, que l’Esprit-Saint l’emplisse de l’Amour du Père, avec toi Jésus, je sais que je parviendrais à ouvrir cette porte, car Tu ne lâches pas ma main, Tu relèves la Brebis qui chute contre des pierres du chemin, Tu la porte lorsqu’e lle
e lle est fatiguées et celles qui se perdent Tu vas les chercher. Parfois je ne te vois plus, j’erre, je te cherche, mais je sais que Tu es là et c’est moi qui ne te vois pas.....sans doute parce que je ne sais pas là où je dois être
Jésus, on ne sait ni le jour ni l’heure, mais je viens d’entrer en Maison de Retraite avec mes 94 ans .... pour accomplir mon dernier parcours ; tiens ma main pour passer la porte étroite, quand tu voudras, je veille sur la flamme de ma lampe !

Par Madeleine AULANIER 8 octobre 2018 à 18 h 32 Répondre à ce commentaire

Aussi étroite que peut-être la porte, elle ne pourra jamais obstruer le passage du bonheur.

Prière de ce jour,
Bonne fin de journée.
.

Par craqueline. 8 octobre 2018 à 17 h 56 Répondre à ce commentaire

Bonjour Antoinette,
Je viens de finir le livre que vous m'avez recommandé. La conclusion que je retiens c'est que le miracle et la grâce(elle est Pasteure) sont dans le seul fait de la naissance ce en quoi je suis partiellement d'accord avec elle. Mais au terme d'un long processus de questionnement spirituel lié à la maladie de son bébé, elle s'affranchit du concept de justice rétributive qui est le thème du commentaire d'aujourd'hui. Et d'autre part elle ne mentionne Jésus qu'en toute dernière fin. Or pour un Chrétien, on ne peut séparer l'un de l'autre. La porte étroite ? En latin cela se dit angustia, passage étroit, qui se traduit aussi par angoisse. Merci Antoinette à bientôt de vous lire. Merci frère Cyrille

Par Lorette 8 octobre 2018 à 17 h 08 Répondre à ce commentaire

*Pour un Chrétien, on ne peut séparer Dieu de Jésus, qui est le visage de Dieu.

Par Lorette 8 octobre 2018 à 18 h 18

Le chemin qui conduit à la vie, Jésus vient de nous l’exposer dans son discours sur la montagne. La vie bénie promise par Jésus n’est pas seulement une récompense finale pour ceux qui auront franchi les obstacles, elle est déjà la condition de ceux qui s’engagent dans cette voie. Le déjà est très important.

Par quinton 8 octobre 2018 à 12 h 00 Répondre à ce commentaire

Choisir la vie? Je rentre du pèlerinage du Rosaire et là, j'ai vu chaque jour la vie choisie par tant de malades, de personnes lourdement handicapées, de personnes très âgées. J'ai vu les jeunes, croyants ou pas, au service des plus vulnérables, illuminés par ces rencontres. Pas facile de traîner et pousser les chariots! Les voies étaient étroites! Mais elles s'ouvraient à ceux qui les prenaient. Merci Frère Cyrille-Marie de nous guider sur le chemin de vie.

Par Brigitte 8 octobre 2018 à 10 h 52 Répondre à ce commentaire

la bonne voie, a ma mesure c'est celle que je prend en conscience,car les obstacles sont la ,vus ou cachés

les pièges sont nombreux
.la vie en ces temps est dure avec son veau d'or le dieu argent ,
je vous souhaite une bonne journée avec la Gràce de notre Seigneur

Par jnc 8 octobre 2018 à 10 h 39 Répondre à ce commentaire

Heureux sommes Nous de croire au Seigneur

Par Delon Colette 8 octobre 2018 à 10 h 00 Répondre à ce commentaire

c'est tellement difficile de choisir le bon chemin vers Dieu, tellement peu aurons le vrai chemin. qui, comment faire pour avoir la vérité ?

Par dominique paumier 8 octobre 2018 à 9 h 22 Répondre à ce commentaire

Il est des moments où la dépression, le désespoir, surviennent face à des interrogations légitimes quand la mort, la maladie se présentent douloureusement à nous...Alors, "choisis la vie" est un conseil au prime abord "violent" et à manier avec précaution... Il est des gestes, des regards, des silences qui transmettent cette Parole sans forcément la dire... et nous en faisons l'expérience à un moment ou à un autre de nos vies...alors "choisir la vie" est un choix qui va se faire dans la douceur des recommencements...grâce à des gestes vivifiants plus que de belles paroles...Notre foi en ce Dieu de vie se concrétise par ces béatitudes! Heureux ceux qui tendent la main et heureux ceux qui la saisissent...Heureux ceux qui marchent avec l'Inconnu d'Emmaüs...Heureux sommes-nous quand nous nous relevons en relevant l'autre...Autrement dit, quand nous choisissons d'abord pour nous la vie pour mieux la transmettre?

Par Emma 8 octobre 2018 à 8 h 23 Répondre à ce commentaire

Que de portes dans la Bible! Lieux décisifs, lieux qui, plus que tous autres peut-être, disent la rencontre. C'est alors "qu'il était assis à l'entrée de la tente" que le Seigneur apparut à Abraham, aux Chênes de Mambré (Gn18,1). "A la porte de la ville", Lot, quand il voit venir à lui deux Anges dans le soir (Gn19,1), ces anges qui, plus tard, brouilleront la vue des habitants de Sodome qui voulaient enfoncer la porte de sa maison.
La rencontre, et l'offrande. Jephté, dans le Livre des Juges, alors que l'esprit du Seigneur est "sur [lui]", fait un vœu : "quiconque sortira le premier des portes de ma maison pour venir à ma rencontre [...] celui-là appartiendra à Yahvé et je l'offrirai en holocauste" (Jg11,30). Samson, quant à lui, emporte avec lui, indemne, les portes de la ville de Gaza où l'attendaient ceux qui en voulaient à sa vie (Jg16). Il y a encore "les portes de la maison du Seigneur" qu'ouvre le jeune Samuel après avoir compris qui l'appelait dans la nuit (1S3,15). Et c'est "au milieu de la porte" que Samuel, adulte, aborde Saül qu'il oindra le jour suivant premier roi et messie d'Israël (1S9,18). Et tant d'autres!
Toutes différentes, ces portes, toutes étroites, quelle qu'en soit leur largeur, mais qui toutes disent, me semble-t-il, à leur manière, l'appartenance à Dieu et le don. Le don, chemin de la bénédiction, à la suite de - et par - celui qui se donne. Celui qui est la porte.
Merci fr Cyrille-Marie ! Et encore merci à tous pour vos mots, vos prières!

Par Audrey 8 octobre 2018 à 7 h 28 Répondre à ce commentaire

" Elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie". Le souffle est de plus petit quand on avance dans la course qu'est notre vie. C'est ce qui me vient à l"esprit dans ce passage. Les épreuves semées le long du parcours sont parfois difficiles à surmonter : le passage se ressert alors que la facilité nous guette. Le vaste programme du bonheur me semble une montage à gravir mais je crois que je ne peux l'escalader que par le sentier à emprunter, cette petite piste qui est la mienne : guidée par le meilleur connaisseur du chemin à ma mesure confiante dans ce guide : Jésus.

Par Girot 8 octobre 2018 à 7 h 06 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?