Évangile selon saint Matthieu chapitre 10, versets 40-42

L’accueil des envoyés

40 Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé.
41 Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste.
42 Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense.»

Évangile selon saint Matthieu chapitre 10, versets 40-42

Récompense de prophète

précédente suivante

L’une des façons d’entendre ce texte est de conclure que celui qui accueille son prochain recevra une récompense. Une récompense ? N’est-ce pas là une façon bien mercantile d’inciter à la charité ? N’est-ce pas contradictoire avec cette recommandation de Jésus : « quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite »* ?
Cela me rappelle Abraham et Sara qui accueillent généreusement trois mystérieux voyageurs aux chênes de Mambré**. À l’issue de cette rencontre, Abraham et Sara reçoivent l’annonce de la naissance d’un fils, ce qui était leur vœu le plus cher. Quand on lit rapidement, ce récit peut nous laisser l’impression que la naissance à venir est une récompense pour l’accueil généreux qu’ils ont offert. Mais si nous prenons un peu de recul, et que nous regardons l’ensemble de la saga d’Abraham, nous nous rendons compte que la promesse d’une descendance a déjà été faite cinq fois***.
Ce récit annonce, en plus, la date de la naissance. Les trois voyageurs sont donc des messagers prophétiques.
Abraham les accueille avec ce qu’il est et ce qu’il a : un veau, des galettes et du lait. Il se rend ainsi disponible pour accueillir ce qu’ils sont. Il peut donc entendre la prophétie. Ainsi : « Qui accueille un prophète en tant que prophète recevra une récompense de prophète. »**** La récompense dont parle le texte n’est pas un donnant-donnant, mais un accueil réciproque de l’autre, où l’altérité est une richesse. Jésus ne nous parle pas ici de charité, mais d’altérité. À travers l’autre, Dieu me rejoint dans ma vie quotidienne. Accueillir autrui c’est laisser Dieu me rejoindre à travers un visage.


* Évangile selon saint Matthieu ch 6, v 11
** Livre de la Genèse ch 18, v 1-15
*** Livre de la Genèse ch 12, v 2 et 7 ; ch 13, v 15 ; ch 15, v 4 et 18 ; ch 17, v 4-8 ; ch 17, v 16 et 19
**** Évangile selon saint Matthieu ch 10, v 41

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

33 commentaires

il est facile d'accueillir celui qui me ressemble c'est à dire celui qui cherche à être "serviteur de Dieu". Mais qu'en est il pour les autres visages où Dieu est rejeté?

Par marie-françoise fevre 19 janvier 2019 à 7 h 38 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Carine de nous avoir invités à relire ces passages de la Genèse, concernant la promesse de Dieu à Abraham. Le salut de tout homme dépend de la réception de la parole de Dieu annoncée par ses serviteurs. Celui qui reçoit l'un d'eux qui lui apporte cette Parole, reçoit le Seigneur lui-même. Et celui qui le reçoit, reçoit Dieu qui l'a envoyé.
Il en est de même pour celui qui donne un verre d'eau fraîche à un petit, c'est à Jésus lui-même qu'il le donne. Le salut dépend absolument de l'accueil que nous faisons au Christ et à sa Parole. La valeur de nos actes dépend des motifs qui les font accomplir.
Accueillir l'autre, qu'il soit prophète ou un un juste au nom de Jésus, en les recevant, on l'aura reçu lui-même.
"Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges..." (Mat. 25, 31-46)

Par Marie Jeanne 15 janvier 2019 à 19 h 37 Répondre à ce commentaire

La valeur de nos actes dépend des motifs qui les font accomplir. J'ajoute : et non des résultats. Cf St Paul : sans amour, tous mes actes ne me servent à rien.
Mieux vaut un simple verre d'eau donné avec amour qu'un cadeau somptueux fait sans âme.

Par antoinette 16 janvier 2019 à 8 h 32

A propos du "Juste" , je me suis replongée dans "La Sagesse de Salomon" que j'apprécie.
Chapitre 4, 7-12
"La mort prématurée du juste.
Le juste, même s'il meurt avant l'âge, trouvera le repos.
La vieillesse honorable n'est pas celle que donne de longs jours,
elle ne se mesure pas au nombre des années,
C'est cheveux blancs pour les hommes que l'intelligence,
c'est un âge avancé qu'une vie sans tache
Devenu agréable à Dieu, il a été aimé, et, comme il vivait parmi les pécheurs, il a été transféré.
Il a été enlevé, de peur que la malice n'altère son jugement
ou que la fourberie ne séduise son âme"…….
- Je trouve ces versets bien explicites, Dieu prends soin et est attentif à celui qui accepte de s'ajuster au mieux à ce qui plaît à Dieu.
J'ai beaucoup de chemin à parcourir, je tente d'accueillir comme je suis, là où j'en suis.
Petitement, certes, mais avec le cœur.
Belle soirée à chacun, là où il en est sur le chemin !!

Par monette 15 janvier 2019 à 19 h 00 Répondre à ce commentaire

"Dieu notre Père,
Jésus, le Christ nous a dévoilé ton visage.
Visage d'amour et de tendresse, de douceur et de miséricorde.
Visage défiguré, torturé, humilié.
En Le contemplant, c'est Toi que nous découvrons.
Aujourd'hui Tu te donnes à voir dans les visages de ceux que Tu mets sur nos routes.
Visages rieurs ou souriants, fatigués par le temps, abîmés par la maladie, désespérés par la vie.
Donne-nous de savoir Te reconnaître et donne-nous ta tendresse pour les rencontrer vraiment. " prière de Chantal LAVOILLOTTE

Par Emma 15 janvier 2019 à 15 h 42 Répondre à ce commentaire

Chère Emma,

Ayant apprécié avec bonheur la prière de Chantal Lavoilotte que vous nous livrez et qui nous ramène en notre tréfonds, j' ai souhaité en connaître davantage sur son auteur en consultant Internet où sont reprises quelques autres de ses prières "cœur à cœur".
C'est après avoir eu l' intention de vous témoigner ma satisfaction de cette découverte enrichissante que j'ai seulement pris connaissance de votre réponse à mon commentaire. Une réponse qui fait du bien, qui oriente vers la vie (car la tendance à me culpabiliser me colle toujours à la peau alors que mon grand âge m'a appris qu'elle agissait comme un ver rongeur. Heureusement, "Il nous prend tels que nous sommes").

Très sincèrement merci.

Par Esperanza 15 janvier 2019 à 18 h 06

Chère Soeur Carine,
Cher Paul,
Merci pour la simplicité et la clarté de vos réponses. J'ai tendance, je crois, à vouloir trop ergoter sur les mots,

Par Esperanza 15 janvier 2019 à 10 h 53 Répondre à ce commentaire

Dans la guerre il y eu des Justes ,elles étaient ajustées a leur conscience et cela m'impressionne .dans ma vie quand je fais une chose en conscience ,je ressens une joie ,c'est m’ajuster avec le Seigneur un peu ,ma récompense c'est la joie que j'éprouve et le gout qui reste
Bonne journée

Par jnc 15 janvier 2019 à 10 h 03 Répondre à ce commentaire

Chère Esperanza,

je crois qu'un juste (selon Matthieu), aux yeux du Christ
est quelqu'un qui accueille Sa Parole,
jusque dans les richesses et les pauvretés de son cœur,
et s'efforce de la mettre en pratique.

Je crois que les "justes" dont parle Marc
sont ceux qui s'estiment justes à leurs propres yeux.
Ils cultivent leur bonne conscience,
indépendamment de la Présence apaisante et guérissante de Dieu.

Qu'en pensez-vous ?
Bonne journée.

Par Paul (Belgique) 15 janvier 2019 à 8 h 50 Répondre à ce commentaire

"Qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste". Mt 10, v 41
"Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs". Mc 2, v 17.

Qu'entend Jésus par JUSTE ?
A première vue, ce mot ne semble pas avoir la même signification dans chacun des versets.

De votre commentaire, chère Sœur Carine, je retiens surtout la dernière phrase : "accueillir autrui, c'est laisser Dieu me rejoindre à travers un visage". C'eut été inimaginable d'écrire : "accueillir un juste, etc".
Je reste perplexe.

Par Esperanza 14 janvier 2019 à 22 h 37 Répondre à ce commentaire

Bonjour Esperanza,
Le "juste" est celui qui est "ajusté à Dieu".
Le psaume 14 nous donne une sorte de description de ce que cela veut dire :
"Celui qui se conduit parfaitement, qui agit avec justice et dit la vérité selon son coeur. Il met un frein à sa langue, ne fait pas de tort à son frère et n'outrage pas son prochain." etc.
Autrement dit, aucun d’entre nous n’est parfaitement ajusté à Dieu et donc ne mérite d'être appelé "juste". Nous sommes pêcheurs, mais nous sommes des pécheurs sauvés et pardonnés en Jésus Christ.
Le verset "Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs". (Mc 2, v 17) nous rappelle que nul ne peut se croire juste car c'est le Seigneur qui nous apprend et nous fait la grâce de le devenir petit à petit. Cependant, certaines personnes peuvent nous sembler plus avancées sur le chemin de l'ajustement à Dieu et nous accueillons leurs paroles et leurs exemples comme un modèle (à leur mesure) de celui qui est "juste" devant Dieu. Les accueillir (en les écoutant, en lisant leurs écrits etc.) peut mettre en lumière et faire croitre ce qui est ajusté à Dieu dans nos vies (= "récompense de juste", puisque nous grandissons dans notre ajustement à Dieu). Le juste est aussi une personne humble qui sait reconnaitre le chemin qui lui reste à parcourir dans l’ajustement toujours plus grand à Dieu.
Bonne continuation à vous,
Sr Carine

Par Sr Carine 15 janvier 2019 à 9 h 08

Merci chère Esperanza car grâce à vos questionnements, Sœur Carine a éclairé notre lanterne à chacun, chacune de nous.
Non! vous "n'ergotez pas"! vous vous questionnez et c'est très enrichissant pour nous tous.

Par Emma 15 janvier 2019 à 15 h 29

Merci d'avoir clarifié le terme récompense ...
Cela me fait pense à l'Evangile de Matthieu 25, 31-46... C'est à moi, non plus, que vous ne l'avez pas fait !!
Oui trouvons le Seigneur dans notre "autrui" et quand nous rencontrons quelqu'un pour la première fois soyons sans à-priori et sans jugement
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 14 janvier 2019 à 21 h 51 Répondre à ce commentaire

Ce texte retentit en moi "accueillir l'autre dans son altérité" c'est beaucoup plus que du donnant-donnant et c'est difficile à expliquer à d'autres . Je le vis auprès de personnes en grande précarité, moi qui ai reçu de mes parents un bagage intellectuel, social.: Est-ce diminuer l'asymétrie, rechercher les pépites d'or de toute personne
Accueillir sans être obligée de vivre avec des personnes différentes de nous me semble plus atteignable si on ne vit pas au quotidien avec elles.
Pour vraiment accueillir l'autre dans son altérité, je prie Dieu de m'aider..et je suis persuadée qu'il m'aide à me taire ou à choisir mes mots.

Par Mariette Fresneau Legendre 14 janvier 2019 à 20 h 09 Répondre à ce commentaire

Acoger al otro como"otro" nunca parecido o igual a mí. Es una dimensión de la caridad que nos cuesta vivir proque la tendencia natural es igualar el otro a mí. Más se respete la alteridad mejor se trabaja en equipo y lo que es más importante más nos acecamos al misterio de Dios como "OTRO"!

Par Luisa Fernanda Arroyave Vélez o.p. 14 janvier 2019 à 17 h 07 Répondre à ce commentaire

merci de remettre en perspective la "récompense". l'accueil n'est pas aumône, mais échange d'égale à égale. voici pourquoi on reçoit ce qu'on offre dans l'accueil.

Par catherine herrero 14 janvier 2019 à 16 h 00 Répondre à ce commentaire

Mon Dieu,
avant de Te rechercher
dans le visage de mon frère,
permets-moi d’accepter que Tu viennes d’abord
éclairer mon cœur par Ta Présence.

Viens, Seigneur Jésus,
Pardonne-moi, guéris-moi,
là où les graines sont tombées en dehors du champ,
alors que je ne T’écoutais pas.

Là où elles n’avaient pas pu prendre racine
parce que je ne voulais pas en prendre le risque.

Là où elles ont peiné à germer
dans l’épineux buisson de mes peurs de manquer…

Ta Présence en moi,
guérissante, aimante et pardonnante,
dans mes joies comme dans mes pauvretés,
me permet d’entrevoir également
Ta Présence dans la vie de la personne
qui vient à moi aujourd’hui.

Même si celle-ci ne le sait pas encore…

Aucune rencontre entre Tes enfants,
en ce monde,
n’est étrangère au Royaume du Père.

Bonne nouvelle, chers amis !

Bonne journée à chacun de nous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 14 janvier 2019 à 15 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci, Paul, c'est lumineux ainsi !

Par MARIE THERESE COURCOUL 14 janvier 2019 à 18 h 01

Un grand merci Paul je vais copier cette prière que je trouve magnifique

Par Linette 14 janvier 2019 à 20 h 30

Merci Paul; je suis également très touché et sensible à cette belle prière.

Par Tad coz 15 janvier 2019 à 1 h 11

Bonjour, pour moi ce texte sur l'accueil évoque l'ouverture à l'autre, sans préjugés , ni idées préconçues!!!Donner, sans chercher de retour… mais la plupart du temps, quand on donne, on reçoit, et plus on donne plus on reçoit!!!En temps qu'artiste j'ai souvent éprouvé cela !!!l L'accueil participe ainsi de ce mouvement circulatoire et le mouvement est vie!!!Mais, il y a parfois des relations toxiques, ou les gens, vous prennent, vous pompent, sans rien donner…. Alors, il nous faut aussi discerner, si nous ne voulons pas devenir des victimes!!!

Par Brégnac-Combet 14 janvier 2019 à 14 h 33 Répondre à ce commentaire

depuis que je suis enfant et ou j'ai à l'âge de 5 ans en pensionnat fait la connaissance de Dieu : père - fils Jésus - esprit et Marie, j'ai toujours gardé en moi le sens du bien et du mal. ma foi a eu des haut et des bas, mais j'ai toujours pensé que quand on aide quelqu'un on ne devait pas attendre un retour, sinon ce service rendu n'ai pas un geste spontané d'amour et de respect de l'autre,
par contre sans rien demander, le seigneur lui m'a donnée beaucoup, c'est ce que démontre cette parole. j'ai donné de mon temps, de mon expérience, de ma bonté,
sans rien attendre. je pense que c'est le geste gratuit qui nous fait grandir dans notre foi,
l'humilité, donner sans se faire valoir de nos compétences, rien agir et repartir, agir de nouveau si besoin.
je pense que le seigneur sait ce que nous avons besoin, si nous donnons à notre prochain, sans même penser que nous serons récompensé par le seigneur, car là aussi, notre don ne serait pas véritable, car il attend une récompense.
le seigneur a toujours été présent, a agit qu'en j'étais en danger, m'a donné des grâces. je le remercie pour tous ce qu'il m'apporte chaque jour, je m'en remets à lui
je souhaite garder à jamais ma spontanéité au service de mon prochain.
mais parfois je me rends compte après coup que je n'ai pas été assez vigilante, que je suis passée devant quelqu'un qui avait besoin d'une main tendue et là je demande pardon au seigneur, je le prie pour qu'il m'aide à garder les yeux ouverts .

Par Leelou 14 janvier 2019 à 13 h 52 Répondre à ce commentaire

Donner sans rien attendre en retour, des petits gestes tout simples qui viennent du coeur, qui sont évidents, sans calcul. La joie du don est si gratifiante en voyant un visage s'illuminer, un sourire, un petit mot " c'est pour moi " avec étonnement et sourire dans la voix. C'est tout ce que je vis avec mes papis et mais à la maison de retraite. Un petit geste tout simple comme celui de garder tous les calendriers que l'on reçoit et les distribuer à ces personnes âgées pour qu'elles puissent se rappeler le jour qu'on est en faisant un petit trait de crayon. Cela ne m'a rien coûté, mais tellement apporté.
Bonne journée
Blandine

Par CHAUDEY BLANDINE 14 janvier 2019 à 13 h 26 Répondre à ce commentaire

Bonsoir à Tous,
Je me joins à ce commentaire qui est beau est vrai, un témoignage qui fait du bien,
Oui par les petites choses, un bon accueil, se téléphoner pour un anniversaire où avant NOEL, rendre visite à des personnes âgés, s'écrire de bonnes paroles pour garder un bon moral, remettre l'autre debout dans un moment difficile, être à l'écoute ce qui met en confiance
OUI à travers l'autre DIEU me rejoint dans ma vie quotidienne, ce qui me donne un sens à la vie

Par Kieffer S. 14 janvier 2019 à 20 h 09

…... suite l'ingérence dans mes choix et le développement de relations toxiques. Tout à fait d'accord pour donner un verre d'eau à celui qui a soif mais, plutôt que d'aller toujours à la périphérie, commencer à aller vers les plus proches, ceux que l'on côtoie dans la famille, la vie professionnelle, les relations amicales. En accueillant l'autre, je demande la réciprocité. Si le visage de Dieu est dans celui de mon voisin, je le respecterai en tant que tel sans chercher une éventuelle récompense ; cela peut s'appeler aussi le respect d'autrui.

Par mahona 14 janvier 2019 à 11 h 24 Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord pour accueillir l'autre dans son altérité tout en gardant la mienne propre ce qui exclut la domination intellectuelle, la conversion à des idéaux qui ne sont pas les miens, l'ingérence da

Par mahona 14 janvier 2019 à 11 h 13 Répondre à ce commentaire

Dans ce passage de Matthieu , Jésus insiste sur le sens qu'il donne à l'accueil.
Chacun, chacune de nous vit le sens de l'accueil selon sa façon d'être...chacun, chacune de nous peut se remémorer ce qu'il a vécu: un accueil chaleureux? ouvert? paisible? discret? ou froid? ...Puis arrive en nous cette question: est-ce que je fais bon accueil à ce Jésus de Nazareth aujourd'hui ? sous quels traits, quel "visage" ?
Soeur Carine, vous nous emmenez plus loin, vers l'accueil inconditionnel offert par Jésus, par "Celui qui l'a envoyé" pour chacun de nous, qui que nous soyons...
Faire l'expérience intime de cet accueil nous encourage à essayer d'en vivre.
"Voir Dieu dans n'importe quel visage" est un retournement important du cœur!
Surtout en ces temps troublés,ou dans nos relations familiales, ou amicales...
En revenant encore et encore vers Celui qui a été envoyé par cet Amour inconditionnel , une chance à saisir s'offre à nous. Il ne s'agit plus de "faire" le mieux possible! plutôt de se laisser "faire" par Lui...pour, comme Lui, reconnaître la perle de lumière en chacun, chacune de nous.
"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante" dit le Petit Prince... Ce temps pris pour écouter la Parole chaque jour ...et essayer d'en vivre!

Par Emma 14 janvier 2019 à 9 h 35 Répondre à ce commentaire

Entrer dans la grande circulation de la vie venue de Dieu, de l'abondance, de la vie donnée là où elle paraissait impossible, et si elle était là, la véritable récompense? Non pas triste donnant-donnant, comme vous le dites bien, Sr Carine, mais entrée en quelque chose de plus grand, où donner et recevoir sont comme une respiration, souffle de Dieu qui donne vie, élargit nos vies à ses dimensions peut-être.
Avant de recevoir les visiteurs de Mambré, Abraham a été reçu, a reçu lui aussi. Melchisédek, en Gn 14, lui a offert pain et vin, et l'a béni. Quand, en son temps, Abraham enverra son serviteur choisir une femme pour Isaac, c'est de l'eau que ce dernier demandera à celles qui viennent puiser à Nahor. A cette eau que l'une d'elles donnera il reconnaîtra celle qui est destinée à Isaac, et saura que Dieu "a montré [sa] bienveillance pour [son] maître" (Gn24,14). Il est porteur de présents, ce serviteur, mais la vraie récompense n'est-elle pas en cette vie qui s'ouvre devant, avec Rébecca?
De même David recevra le pain consacré du prêtre de Nob (1S21), recevra encore nourriture et paroles d'Abigaïl (1S25), Abigaïl qu'il bénit, et deviendra sa femme. A son tour, roi faisant entrer l'arche à Jérusalem, il bénira et nourrira le peuple assemblé là, avant de danser sa joie. Et que dire D'Elie et de la veuve de Sarepta? A l'eau et nourriture offertes en temps de famine, répondent la cruche et la jarre qui ne se vident pas, la vie revenue en son fils qui n'était plus (1R17).
Merci

Par Audrey 14 janvier 2019 à 7 h 59 Répondre à ce commentaire

(Je me permets de recommander un livre auquel la méditation m'a ramenée : "Brèves rencontres. Vies minuscules de la Bible", ed. Cerf, de fr Philippe Lefebvre, qui parle magnifiquement de Melchisédeq, du don du pain et du vin, et de la manière dont ce don retentit au temps d'Abraham comme en celui des rois messies.)

Par Audrey 14 janvier 2019 à 17 h 02

Merci Audrey pour votre commentaire, éclairant comme toujours ! "entrer dans la circulation de la vie venue de Dieu, élargir nos vies .. tout cela me parle, oui c'est la vraie récompense !

Par Domi 14 janvier 2019 à 17 h 24

Les deux dernières phrases de votre méditation, Sœur Carine, m'ont réconciliée avec ce texte où je ne voyais d'abord que : bonne action-mérite-récompense ! Dieu sait si , dans notre prime jeunesse, nous avons été abreuvées de ces notions. Quand j'entends aujourd'hui : vous avez du mérite de faire encore ce travail, j'ai envie de répondre : Ce travail ? je le fais parce qu'il doit être fait. ou bien : "je voulais faire une bonne action et maintenant, vous vous êtes débrouillée toute seule", j'ai répondu de façon peu amène : "On ne fait pas de bonnes actions sur le dos des autres ! " Mais non, ce n'est pas charitable, mais que voulez-vous ! Que de vieux schèmes dans nos esprits ! Que j'aime donc la réaction d'Abraham : Il donne ce qu'il a, tout simplement, même si ces trois voyageurs devaient lui sembler mystérieux et dignes de respect. Un verre d'eau en sa qualité de juste ? Je veux bien, mais un verre d'eau parce qu'il a soif ! J'aime bien Maître Ekkehard quand il réhabilite Marthe et son accueil "adulte", le temps des douceurs de jeunesse est passé, il faut nourrir Jésus fatigué du chemin. Elle ne L'en aime pas moins.
Gaby

Par Gaby 14 janvier 2019 à 7 h 38 Répondre à ce commentaire

Seigneur je te remets le véritable sens de l'accueil.
Rien de commercial en attente d'un retour mais un acte don de soi en recevant quelqu'un recevoir dans le sens d'accueil apporter les meilleurs soins et l'attention nécessaire pour un passage permettre de franchir une étape, une clef pour un passage par amour de Dieu.
Jésus dit que lorsque l'on accueille c'est lui qu'on accueille. Une sainteté . Jésus promet toujours une récompense, car il sait pourquoi il souhaite qu'on accueille parce que les circonstances de la vie nécessite que l'on accueille ce que les vents contraires ont dérouté ".qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste." Amen

Par LONGCHAMPS Danielle 14 janvier 2019 à 7 h 05 Répondre à ce commentaire

Cette notion d'Altérité m'interpelle moi qui est tant de mal à me situer dans une relation.
Reconnaître le visage de Dieu dans mes frères n'est-ce pas le plus beau chemin vers l'Humilité?

il me semble que cette altérité ne s'improvise pas mais se travaille en se faisant plus proche de l'étude et la méditation des textes bibliques ainsi que la Prière et pourquoi pas l'Oraison qui est une discipline exigeante d'un cœur à cœur avec Dieu.
Une Lutte de tous les instants pour La Justice, la Paix, la Non Violence, le vivre Ensemble et le Bien Commun" notre Terre" si durement éprouvée.
Alors si nous commençons à soigner l'accueil que nous faisons à notre prochain en usant d'altérité comme Abraham et Sarah nous tendons la main vers plus d'humanité et de fraternité.
C'est du moins ce que je ressens profondément.

Par Malmontet Chantal 14 janvier 2019 à 5 h 13 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?