Évangile selon saint Matthieu chapitre 8, versets 01-04

Purification du lépreux

01 Lorsque Jésus descendit de la montagne, des foules nombreuses le suivirent.
02 Et voici qu’un lépreux s’approcha, se prosterna devant lui et dit : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier. »
03 Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » Et aussitôt il fut purifié de sa lèpre.
04 Jésus lui dit : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre. Et donne l’offrande que Moïse a prescrite : ce sera pour les gens un témoignage. »

Évangile selon saint Matthieu chapitre 8, versets 01-04

Appel à discerner

précédente suivante

La lèpre était une véritable « plaie » à cette époque et on ne savait pas la soigner. Pour celui qui vient d’être guéri, c’est une joie immense. Il est sauvé ! Il doit avoir envie de danser de joie et de crier au monde la bonne nouvelle.
Mais Jésus lui dit : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre. » Pourquoi retarder ainsi la joie de celui qui a été guéri ? Je pense à l’arbitrage vidéo au football. Il est très frustrant pour les joueurs et les supporters d’attendre la confirmation d’un but. Quand celle-ci arrive, la joie est déjà un peu retombée.
Lors de la guérison d’une maladie de peau, le livre du Lévitique demande que celle-ci soit confirmée par un prêtre*. C’est en vue de la réintégration de la personne dans la communauté. On le comprend bien.
Face au danger, la loi organise une régulation. Elle fait droit aux bien portants et aux malades. Mais la demande de Jésus ne serait-elle pas plutôt de l’ordre du discernement ? Le lépreux guéri a fait une expérience de Dieu et de sa miséricorde. Il est donc nécessaire d’authentifier auprès de tous que cette guérison est effectivement de Dieu.
Dans nos vies, nous avons besoin du discernement d’autrui pour identifier et confirmer ce qui est de Dieu ou ne l’est pas. Dans sa sagesse, l’Église recommande une certaine pluralité dans le discernement. C’est vrai, par exemple, pour une guérison miraculeuse à Lourdes ou une vocation. Je peux témoigner que le regard d’autrui m’a toujours aidé à avancer, notamment dans la vie religieuse. Je vous souhaite d’avoir fait une telle expérience de rencontre qui aide à grandir.


* Lévitique ch 13, v 1-59

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

23 commentaires

Dans nos vies, nous avons besoin du discernement . C'est bien important apprendre a discernir ce qui nous conduit a Dieu et ce qui nous eloigne de Lui. Ce n'est pas facile. Seulement la lecture de la Parole de Dieu et al priere du coeur peuvent nous aider dans cet exercice de discernement. Le discernement nous aide a voir notre vie avec le coeur de Dieu.

Par Luisa Fernanda Arroyave Vélez 18 octobre 2018 à 14 h 24 Répondre à ce commentaire

Soeur Carine, j'aime votre méditation sur le discernement, elle nous aide à y voir clair avant d'entreprendre une action. Prendre le temps de réfléchir et tenir compte de l'avis d'autrui, car le discernement n'est pas notre plus grande qualité.
Ce qui me frappe par contre, dans ce passage, c'est le courage, la détermination de ce lépreux qui enfreint toutes les règles prescrites par la Loi.
Il ose ! il a le culot ! c'est sa foi qui est à l'origine de sa démarche.
Jésus le touche, il le guérit : "va te montrer aux prêtres". toi, l'exclu, montre-leur ce que Dieu a fait pour toi. Sors de ton ghetto, va vers les autres. Il t'a réintégré dans la société, tu peux te montrer, ne plus vivre en exclu. Dieu t'a redonné ta dignité.
Au cours d'une vie, que de rencontres, faisons-nous ! Voyez-vous, soeur Carine, ne serait-ce que sur ce blog, à distance, j'ai été regardée avec une grande bienveillance, qui m'a redonné confiance en moi.
Un regard, comme celui que Dieu pose sur nous plein d'amour, de compassion. Invisible à nos yeux, mais pourtant bien réel !

Par Marie Jeanne 16 octobre 2018 à 18 h 46 Répondre à ce commentaire

Qu'est-ce qu'un miracle ?

Qu'est-ce d'autre, me semble-t-il, que le retour, contre toute attente,
à une situation satisfaisante et souhaitable.
Un miracle doit apporter la paix.
Une paix nouvelle, pour pouvoir se réjouir seul
et ensemble de l'arrivée du Royaume.

En envoyant le lépreux faire acter sa guérison
pour pouvoir réintégrer la société, Jésus a pris un risque
comme il en a tant pris pour chacun nous,
jusqu'au don de sa vie.

C'est d'ailleurs le pouvoir religieux
qui a décidé de sa mise à mort,
inquiété par Celui qui allait amener la loi à sa perfection,
en y apportant la lumière de l'Amour et du Pardon.

Je remercie ici, une fois encore,
mes amis laïcs et prêtres de cette communauté fraternelle
qui m'ont amené jusqu'à la guérison de mon enfer,
sur le chemin de la Présence réelle du Fils parmi nous.

Je vous souhaite à tous, chers amis, une très bonne soirée

Par Paul (Belgique) 16 octobre 2018 à 17 h 53 Répondre à ce commentaire

"faire l'expérience d'une rencontre qui aide à grandir" oui et cela peu venir de l'un de vos enfants !!!!! quelle heureuse et merveilleuse surprise !!!!
Merci Seigneur. Cathy

Par Anne-Catherine Moron 16 octobre 2018 à 16 h 12 Répondre à ce commentaire

Et pour quelques regards éclairés et éclairants combien de regards d'aveugles guidant d'autres aveugles?!...
Voilà ce que me dit la Sagesse de l'évangile...
Le dicton de mes racines dit, lui, l'amour rend aveugle...
Mais comme il paraît que tout est sauvé, les aveugles voient, et les borgnes ont préféré entrer dans le royaume en se séparant de leur "mauvais oeil".
"Bienvenu dans ma modeste boutique!"

Par & 16 octobre 2018 à 15 h 36 Répondre à ce commentaire

Merci Sr Carine.
...." Je peux témoigner que le regard d'autrui m'a toujours aidé à avancer "...
Autant un sourire dans le regard peut éclairer, autant il peut être dévastateur comme la lèpre lorsqu'il n'est pas dans la lumière de Dieu.

Prière de ce jour,
Bonne journée.

Par craqueline. 16 octobre 2018 à 8 h 23 Répondre à ce commentaire

Des rencontres qui ont un impact sur nos vies. Ces personnes qui ont discerné quelques choses en nous, et qui nous ont aidé à avancer dans la bonne direction. Je dois témoigner de la bonté de notre Seigneur qui en a placées plusieurs sur ma route.
Pour moi,, ces personnes ne sont pas le fruit du hasard mais bien de la présence de Jésus qui m'aide à travers elles, à discerner LE chemin, le bon.
Comment ne pas te louer Seigneur Jésus !
Seigneur je joins mes prières à toutes nos familles et aux pèlerins que nous sommes, de nous donner l'Esprit de discernement et de nous entraider les uns les autres.

Par Marilou 16 octobre 2018 à 5 h 19 Répondre à ce commentaire

OUI... dans la vie il faut toujours faire preuve de discernement...
Discerner le Bien du Mal semble assez facile... mais pas toujours !!!
Discerner ce qu'il convient de faire dans telle circonstance... pas toujours facile !!
Alors quand cela arrive il me faut appeler le Saint-Esprit qui aide au discernement !
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 15 octobre 2018 à 21 h 10 Répondre à ce commentaire

Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre. Et donne l’offrande que Moïse a prescrite :"ce sera pour les gens un témoignage." »
J'avoue ne pas comprendre le dernier passage de cette réponse de Jésus. Merci de m'éclairer.

Par Denise 15 octobre 2018 à 18 h 59 Répondre à ce commentaire

Bonjour Denise,
Si le lépreux va se montrer au prêtre pour qu'il confirme sa guérison, et s'il donne une offrande au temple en remerciement, sa guérison devient publique. Elle devient un signe, un témoignage, de l'action de Dieu dans sa vie. Et cela aide chacun à croire à l'action de Dieu dans sa propre vie.
Bonne journée à vous,
Sr Carine

Par Sr Carine 16 octobre 2018 à 8 h 18

Intercession
Auteur : Hilaire Léonard-Etienne

Aujourd'hui, Seigneur, je ne prie pas pour moi
mais pour celui qui, plus que moi, - est éprouvé.
Dans ta bonté, viens à son aide ;
Que ta lumière pénètre sa demeure
pour y réveiller l'espérance ;
Que ta présence le relève
afin qu'il porte avec courage
cette croix que toi-même a portée.

S'il lui faut un levier pour soulever sa peine,
qu'il trouve mon épaule comme appui.
Si c'est une parole qui doit le réjouir
place-la sur mes lèvres pour qu'il l'entende.
S'il cherche un coeur assez grand
pour déverser le trop-plein de son coeur,
élargis mon amour aux dimensions du ciel.

Seigneur, je te prie pour mon ami qui souffre.
Si tu ne peux suspendre son malheur
que ta force au moins soit avec lui.
Enseigne-lui que tout est rédemption
et que même l'épreuve est une voie royale
qui mène à ta lumière et à ta paix sereine.

Mais, n'as-tu pas relevé le paralytique,
donné la vue à l'aveugle et la santé au lépreux
en échange d'un peu de foi ?...
Aussi, je joins ma foi à la foi de mon frère
pour que tu soulèves à nouveau les montagnes
et que ta gloire se manifeste
dans sa chair et son coeur.

Ecoute donc, Seigneur, cette humble prière
et exauce-la quand tu le veux
et comme tu le veux
car toi seul connais le véritable bien.
Que, bientôt rassemblés tous les deux dans la fête
nous puissions proclamer tes merveilles
et bénir ton saint nom.

Par Partage 15 octobre 2018 à 17 h 34 Répondre à ce commentaire

Audrey, et sœur Carine, merci pour vos méditations, éclairantes.
Audrey, votre commentaire me fait penser à mon retour à la foi, il y a bien des années maintenant.
Je me souviens du premier jour où je me suis rendue à l'office, entrer dans cette église, à nouveau….je ne raconte pas mon angoisse, ma peur aussi.
Que va-t-on penser de moi, que vient-elle faire ici ? J'ai vu ces questions, cet étonnement dans les regards de bien des personnes !
Heureusement qu'une amie proche avait bien discerné que, pour moi c'était le moment, j'étais prête à affronter mes peurs et j'ai continué ce chemin avec joie et confiance.
Va te montrer au prêtre ! Ces quelques mots m'ont fait revivre "mon recommencement". Et j'ai sans doute gagné un "tout petit peu en sagesse".
Oui, nous avons besoin du regard de nos frères et de la "correction fraternelle".

Par monette 15 octobre 2018 à 15 h 14 Répondre à ce commentaire

Merci Monette! Qu'il est beau ce chemin!
En pensée et de tout cœur avec vous.

Par Audrey 16 octobre 2018 à 21 h 28

Suis -je le Gardien du Christ ?
Pour apprendre à discerner , oui mais quelle souffrance vais-je rencontrer , la mienne ,
celles des autres , va m 'apprendre un peu de cette fameuse Sagesse , votre méditation
soeur Carine m'a ramener à une autre histoire , d'élisée et de Naaman , qui pour guérir de sa lèpre doit se tremper 7fois dans le Jourdain , magnifique passage , il râle mais finit par le faire , et le voilà guéris , Jésus notre Seigneur se fera baptiser par Jean le Baptiste , l'eau du baptême , PLUS tard le Christ dira ; si je ne te lave pas , tu n'aura pas de part avec moi , laisser agir Dieu , laisser discerner par La Parole , la lèpre que nous portons , laisser Dieu nous laver , nous purifier , 7fois , 77 fois ?
Il faut parfois partir faire Un pèlerinage à Lourdes , pour avoir un discernement limpide
pour avancer vers Jésus ...il faut recevoir aussi cette huile , cette onction sur le front , les mains , et se souvenir que rien n'est impossible à Dieu . Ainsi le signe de Jonas , nous parle bien encore ....du bon et du mauvais discernement .
Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Lui qui n'a pas épargné son propre Fils, ne nous donnerait-Il pas tout ?
Demandons au Seigneur tout simplement , d'être des vrais témoins de sa miséricorde divine . Il compte sur nous pour témoigner et nous réjouir en toute simplicité de "coeur.Notre Dame de Lourdes , priez pour nous qui avons recours à vous...

Par fred 15 octobre 2018 à 13 h 47 Répondre à ce commentaire

Il est sauvé ! Le lépreux guéri a fait une expérience de Dieu et de sa miséricorde. Nous avons besoin du discernement d’autrui pour identifier et confirmer ce qui est de Dieu ou ne l’est pas. Dans sa sagesse, l’Église recommande une certaine pluralité dans le discernement.
Merci pour ce commentaire éclairant. Que de plus en plus beaucoup de personnes fassent l'expérience du salut au coeur de leur quotidien

Par quinton 15 octobre 2018 à 11 h 51 Répondre à ce commentaire

Si le lépreux avait crié sa joie immédiatement cela aurait été un débordement de cris et de danses et l'on aurait tout simplement oublié le miracle et la puissance du Christ.
Le silence immédiat permet à l'homme guéri d'intégrer la relation qu'il a eue avec le Christ et de reconnaître la grâce de Dieu. Payer ce que Moïse a demandé devient un témoignage de foi et non plus seulement une joie matérielle.
Dans la vie nous avons des petites circonstances favorables que nous appelons « le hasard ». Nous oublions qu'il s'agit d'un signe de la Providence. Demandons à Dieu de nous aider à discerner sa présence ainsi qu'il nous l'a dit « je suis toujours avec vous ».

Par Marie Delorme 15 octobre 2018 à 10 h 39 Répondre à ce commentaire

Oui, sœur Carine, certaines rencontres ne laissent pas indifférentes...et il est parfois possible d'expérimenter que Jésus "descend" jusqu'à notre "lèpre" pour la "toucher" , la "purifier"...A la question: "Suis -je le gardien de mon frère"? proposée lors d'une retraite spirituelle , tout un discernement a pu se faire en prenant conscience que , grâce aux autres, il m'avait fallu 9 mois, temps d'un enfantement, pour changer de regard sur un frère...Sans cette relecture de vie où les autres ont été , sans le savoir, les déclencheurs d'une prise de conscience, je n'aurai pas discerné , comme vous le dites, sœur Carine, combien une rencontre peut changer un regard...
Cette question: "suis-je le gardien de mon frère" ?a permis de constater le temps qu'il faut pour se laisser déranger par le Christ! Oui, je peux témoigner qu'il "descend" jusqu'à notre "lèpre" pour la purifier...

Par Manette 15 octobre 2018 à 9 h 33 Répondre à ce commentaire

Merci Soeur Carine de cette méditation pleine de clarté. Je voudrais aussi remercier les lecteurs, qui, par leur voix, nous permettent d'avoir une écoute en relief qui aide aussi à la compréhension des textes.

Par Brigitte 15 octobre 2018 à 9 h 28 Répondre à ce commentaire

Merci ,soeur Carine ,merci Audrey,vos commentaires se completent et approfondissent notre méditation.Je ne voyais que contradiction entre"ne le dis à personne"et " ce sera un témoignage".merci,donc , et sereine semaine à vous et à tous

Par Annie2 15 octobre 2018 à 8 h 56 Répondre à ce commentaire

en pleine re-conversion j'ai été confrontée au regard des miens et sans en parler , beaucoup ont ressenti un changement

Par THERESE TOUCHON 15 octobre 2018 à 8 h 20 Répondre à ce commentaire

"Va te montrer au prêtre", dit Jésus. Il est beau, ce "va"; il laisse à l'homme le temps du chemin. Le temps d'intégrer ce qu'il a vécu, le temps de laisser sa chair s'en imprégner, le temps du silence avant de se montrer. Comme Marie qui "conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur" (Lc 2,19), la merveille de Dieu naissant en sa vie. Car il s'agit bien de naissance pour cet homme, 'mort' au monde, comme pour Marie. "Je le veux", dit Jésus. Jésus veut qu'il vive, vive vraiment. Quel bouleversement!
Il en est ainsi du lépreux, il en est ainsi de tant. Et combien il faut cette rencontre avec le Christ pour réaliser comme trop longtemps nous avons été des morts vivants!
Il est le temps de la marche, et puis celui de la rencontre. "Va te montrer", lui dit Jésus. En prendre le risque, faire ce pas de confiance. Ce pas que le lépreux déjà a fait avec Jésus. Ce pas maintenant vers ce monde qui l'a exclu. "Va te montrer" et non 'va raconter' : sa peau saine, sa chair parlera pour lui. Sa chair offerte au regard du prêtre, appelé à voir, à faire ce chemin, lui aussi.
Pas de paroles non plus pour "les gens", ces foules peut-être qui entourent l'homme et Jésus. Trop intime, trop précieuse cette joie de la rencontre avec Dieu pour la livrer à la foule sur l'instant, et lorsqu'il sera temps, ce sont ses fruits qui parleront pour lui. Qui ouvriront les yeux, peut-être, de ceux qui seront, par sa vie, invités à voir, eux aussi.
Merci beaucoup Sr Carine! Belle journée!

Par Audrey 15 octobre 2018 à 7 h 50 Répondre à ce commentaire

HYMNE : CELUI QUI NE CHANGE PAS
J.F Frié — CNPL

Celui qui ne change pas
quand le monde passe,
tu le rejoins par l'espace
de la foi pure,
Thérèse d'Avila,
et Sa présence te rassure.

R/Qui
nous ôterait
la paix
si
repose en nous l'Esprit ?
Dieu seul suffit.

Le chemin de perfection,
tu dis qu'il arrive
à la fontaine d'eau vive,
que toute gloire
jaillit du cœur profond
où le Seigneur se donne à boire.

Entre tous les dons reçus,
les fruits du silence,
de pauvreté, de souffrance,
de solitude,
Thérèse de Jésus,
te sont déjà béatitude.

Mourir de ne pas mourir
t'entraîne à toute heure
vers la septième demeure,
centre de l'âme,
et tu viens avertir
que l'Amour même nous réclame.

Par Hymne 15 octobre 2018 à 6 h 32 Répondre à ce commentaire

*Je vous souhaite d’avoir fait une telle expérience de rencontre qui aide à grandir"
Je ne crois pas avoir fait une telle rencontre (mais peut être que je ne sais pas la reconnaitre) et je crains fort de ne plus jamais la faire... J'ai rencontré, et rencontre encore parfois, des personnes qui m'aident à poursuivre ma route, sans la prétention de faire ni grandir, ni vouloir rabaisser. On peut tout se dire...
Je me suis toujours demandé pourquoi l'église veut toujours nous faire grandir alors que Jésus, lui, ne parle que de redevenir enfant...
Et avec St Jean c'est encore plus clair...
"Celui à qui l’épouse appartient, c’est l’époux ; quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux. Telle est ma joie : elle est parfaite. Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue."
J'espère juste connaître cette joie parfaite d'entendre la voix de l'époux... Insh'Allah!
Être l'ami(e) de l'époux, pas l'époux ou l'épouse, juste l'ami(e)...
J'aime bien cette "sobriété" et cette "justesse" chez Jean. Chacun a sa place... l'ami n'est ni l'époux ni l'épouse...

Par & 15 octobre 2018 à 6 h 06 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?