Évangile selon saint Matthieu chapitre 23, versets 10-22

Un seul maître, le Christ 

10 Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ.
11 Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.
12 Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé.
13 Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clé le royaume des Cieux devant les hommes ; vous-mêmes, en effet, n’y entrez pas, et vous ne laissez pas entrer ceux qui veulent entrer !
15 Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand c’est arrivé, vous faites de lui un homme voué à la géhenne, deux fois pire que vous !
16 Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : “Si l’on fait un serment par le Sanctuaire, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’or du Sanctuaire, on doit s’en acquitter.”
17 Insensés et aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’or ? ou bien le Sanctuaire qui consacre cet or ?
18 Vous dites encore : “Si l’on fait un serment par l’autel, il est nul ; mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel, on doit s’en acquitter.”
19 Aveugles ! Qu’est-ce qui est le plus important : l’offrande ? ou bien l’autel qui consacre cette offrande ?
20 Celui donc qui fait un serment par l’autel fait un serment par l’autel et par tout ce qui est posé dessus ;
21 celui qui fait un serment par le Sanctuaire fait un serment par le Sanctuaire et par Celui qui l’habite ;
22 et celui qui fait un serment par le ciel fait un serment par le trône de Dieu et par Celui qui siège sur ce trône.

Évangile selon saint Matthieu chapitre 23, versets 10-22

Quand la lumière fait mal

précédente suivante

C’est l’un des passages où l’on voit bien que le Christ, chez saint Matthieu, dans ses paroles comme dans ses attitudes, sait être rude, âpre et tranchant. Dans cette scène tournée par Pasolini dans son film L’Évangile selon saint Matthieu, le Christ a le visage dur et le regard inflexible, la voix tendue, la parole lapidaire. Les réactions de l’auditoire, passant de l’écoute silencieuse et grave aux mouvements de violence, sont à la mesure de cette prédication et de sa rare véhémence, car elle porte le fer rouge dans la plaie – et Dieu sait que cela fait très mal.
On comprend, aussi, que sa parole ait été pour beaucoup insupportable : bientôt on mettra la main sur Lui, et, Lui, on le mettra en croix.
Oui, le Christ chez saint Matthieu peut faire preuve d’une certaine hauteur, d’une certaine raideur. Ce n’est jamais de l’arrogance, mais c’est comme l’autre jour, quand Il refusait de répondre à ceux qui venaient l’interroger pour le prendre au piège : Jésus se met à leur niveau, Jésus adopte le style qui leur convient. Cette violence, car ce serait le seul moyen pour ébranler les certitudes et les suffisances des maîtres autoproclamés de la loi et du peuple.
Une petite bougie ne sert à rien, un éclairage discret et indirect est inutile pour quelqu’un qui refuse d’ouvrir les yeux : on allume plutôt une grande lumière, en espérant qu’il n’aura pas d’autre choix enfin que de regarder autour de lui, en lui, comment les choses sont réellement.



Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

29 commentaires

Bonjour à toute l'équipe.

Bravo et merci pour votre excellent travail. Malheureusement, je n'arrive pas à tout suivre. Est-ce que les textes d'évangile et les commentaires des prédicateurs continueront à être disponible sur le site internet?

Merci à l'avance pour votre réponse.
Françoise

Par Françoise Beaudet 17 octobre 2019 à 21 h 33 Répondre à ce commentaire

OUI... il y a encore des gens qui ne veulent pas voir clair !!!
Oui il y a encore des gens qui se comportent comme des pharisiens.;
on voit cela même chez des personnes respectables et des religieux..
Seigneur reviens avec ta colère pour ouvrir les yeux et le coeur à TOUS !!!
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 9 octobre 2019 à 18 h 42 Répondre à ce commentaire

Jésus s'adresse non pas aux pharisiens et aux scribes mais à "celui" donc Il invite chacun à réfléchir sur sa conduite et ses mobiles. C'est toujours valable.
Demandons à l'Esprit Saint de nous y aider

Par DELORME Marie 8 octobre 2019 à 20 h 23 Répondre à ce commentaire

Je reste sur ma faim...
Comment pourrais-je comprendre l'attitude et les sentiments de Jésus, sans comprendre ce qu'il reproche aux scribes et aux pharisiens.
Vous pouvez grondez un enfant tant que vous voulez s'il ne comprend pas ce qu'il a fait de mal, il a de bonnes chances de récidiver sans savoir pourquoi. Il risque même de croire que c'est tout autre chose qu'on lui reproche et s'égarer lui-même et peut-être d'autres avec lui d'ailleurs, on ne peut pas savoir....
Une chance pour lui, et pour tous Dieu lui-même viendra le chercher (les chercher un par un) et le (les) mettra sur ses épaules, (avec douceur j'espère, sans un patou pour lui/leur mordiller les pattes, tout au plus un chien pour lécher ses/leurs plaies) comme un bon berger le fait avec ses brebis...

Par Patricia 8 octobre 2019 à 15 h 25 Répondre à ce commentaire

Seigneur Jésus éclaire nos guides et nous de cette lumière puissante qu'est l'Esprit Saint. Que nous puissions mettre nos pas dans tes pas et nous conformer à la volonté du Père. Oui IL nous a créé libre et toi Jésus, homme Dieu, tu te mets en colère de voir que nous ne comprenons pas. Tu es venu en Sauveur et nous ne t'avons pas reconnu. Tu as mal de voir tes brebis s'égarer car les bergers sont parfois aveugles et cela te brise le coeur. Alors, éclaire nous de ton Esprit ; Tu as dit "demandez et on vous donnera...". Merci Seigneur Jésus de toujours être avec nous et nos bergers dominicains qui nous proposent des lectures et commentaires qui nous réveillent.

Merci à toute la communauté et à sa richesse dans les commentaires. En prière avec vous.

Par Marilou 8 octobre 2019 à 8 h 04 Répondre à ce commentaire

Prière de Saint Jean Chrysostome avant de lire la Parole de Dieu « Ô Seigneur Jésus-Christ, ouvre les yeux de mon cœur » :

« Ô Seigneur Jésus-Christ, ouvre les yeux de mon cœur, afin que je puisse entendre Ta parole et comprendre et faire Ta volonté, car je suis un étranger sur la terre. Ne me cache pas Tes commandements, mais ouvre mes yeux, pour que je puisse percevoir les merveilles de Ta loi. Dis-moi les choses cachées et secrètes de Ta sagesse. En Toi je mets mon espoir, ô mon Dieu, pour que Tu éclaires mon esprit et ma compréhension avec la lumière de Ta connaissance, non seulement pour chérir ces choses qui sont écrites, mais pour les accomplir ; que par la lecture de la vie et des paroles des saints, je puisse ne pas pécher, mais que cela serve pour ma restauration, mon illumination et ma sanctification, pour le salut de mon âme, et l'héritage de la vie éternelle. Car Tu es l'illumination de ceux qui se trouvent dans les ténèbres, et de Toi viennent toute bonne action et tout don. Amen. »

Par partage 8 octobre 2019 à 7 h 27 Répondre à ce commentaire

Fallait-il qu'Il soit contrarié par l'attitude des pharisiens, par leur suffisance, leur hypocrisie, eux qui étaient imbus de leur savoir et méprisaient les humbles pour que Jésus entre dans une telle colère. Il nous surprend, Lui qui est doux et humble de coeur et nous invite d'aller à Lui : Venez à moi, vous tous qui peinaient sous le poids du fardeau et moi, je vous donnerai le repos. Mt.11,28.
Les pharisiens avaient l'art d'utiliser la religion et les discours religieux pour dominer, manipuler les autres. C'était vrai au temps de Jésus pour les pharisiens, ça l'est aussi, encore aujourd'hui. Certains utilisent encore la religion pour justifier toutes sortes d'actions. Les exemples ne manquent pas.
Jésus, Tu nous veux libres, fais que nous utilisions au mieux notre liberté et que jamais nous n'essayions de dominer les autres d'aucune façon que ce soit. Rends-nous humbles, ouvre nos yeux à ta lumière, fais grandir en nous la foi.

Par Marie Jeanne 7 octobre 2019 à 20 h 52 Répondre à ce commentaire

Chère Herradade bon Meier,
Dans votre lecture j'ai perçu quelque fois une once de douceur et de compassion pour ces scribes et ses pharisiens, dans le "malheureux", mais vous avez voulu donner aussi, je suppose cette accent de dureté dans les paroles et les vérités nues énoncées par Jesus. Comme j'aimerais entendre ce texte lu tout du long empreint de douceur et de compassion pour ces scribes et pharisiens qui n'ont rien compris.
Mais peut-être que même si Jesus a usé de son ton le plus doux et compatissant pour eux ils n'ont pas compris, ou ils ont eu peur de la réaction des foules, ou étaient-ils trop fier pour reconnaître leur tort, mais alors quelle pauvreté se cache derrière... mais peut-être que la foule non plus n'a pas compris, n'a pas entendu cette douceur et cette compassion de Jesus pour les scribes et les pharisiens, et ils ont fait de lui un roi puissant qui luttait contre d'autres puissants, alors qu'il voulait peut-être juste rallier toutes les brebis sous le même toit, avec la même attention, le même soin, la même douceur, pour chacune....
En fait personne n'est capable de dire aujourd'hui, en vérité, sur quel ton Jesus a prononcé ces paroles, et chacun de se representer cette scène et son dieu selon....

Par Bisounours 7 octobre 2019 à 17 h 37 Répondre à ce commentaire

Relisant encore le passage, (v.13-14-15) je comprends que Jésus dit (en gros) aux pharisiens : " par votre mainmise sur la religion, vous en degouttez les personnes solides, et vous conduisez au fanatisme les personnes fragiles". Ça ne vous rappelle rien? Je trouve que ça ressemble furieusement a la situation actuelle fans le monde....
Jésus le dit ailleurs : tout peut être pardonne, sauf la faute contre l'esprit.
Puisque Jésus doit être notre modèle, je ne voudrais pas imiter un Jésus éthéré, evasnescent, "a-quoi-boniste". Moi qui ne suis guère courageuse face aux autres, il me plait bien qu'il se mette parfois en colère. D'ailleurs, beaucoup de grands saints avaient un caractère très fort , ne se montraient pas toujours angeliques face aux puissants....

Par Antoinette 7 octobre 2019 à 15 h 10 Répondre à ce commentaire

Oui, enfin, les grands saints sont les premiers à savoir qu'ils ne sont pas des exemples à suivre en tout ce qu'ils peuvent dire, faire et penser...
Je ne sais pas pourquoi il n'y aurait pas moyen de faire entendre la vérité sans pour autant se mettre en colère, ou être vindicatif contre ceux qui ne l'entendent pas de cette oreille....

Par Tomboy 7 octobre 2019 à 16 h 30

Jésus ne ménage pas les pharisiens, leur reprochant une religiosité de façade et non du cœur. Il leur reproche d'être au service de leur image et non au service des autres en aimant trop les honneurs. Les pharisiens attendaient le Messie, un Messie selon l'image qu'ils s'en étaient faite sans doute et non un homme Jésus qui dérange en mettant en évidence leurs faiblesses, un respect trop strict de la loi. Ce Jésus ne correspondait en rien à celui qu'ils attendaient et ils le croyaient même habité par le démon. Cette violence verbale est loin de l'image d'un Jésus "aseptisé" comme on voudrait le montrer parfois mais si "Jésus se met à leur ,niveau" pour leur faire ouvrir les yeux, la réconciliation toutefois n'aura pas lieu. L'enseignement de Jésus veut nous montrer ce qui est plus, important que l'apparence. Ouvrir les yeux, l'esprit sur de nouvelles façons de concevoir ce qui nous a été appris. Oui, à condition de ne pas renier l'évidence ; de ne pas adopter des idéologies contraires à l'enseignement du Christ : "Vous n'avez qu'un seul Maître, le Christ" - "Qui s'élèvera, sera abaissé". Il y a trop de voix, trop de lumière en veilleuse. Quelle lumière puissante sinon celle de l'Esprit fera ouvrir les yeux à ceux qui ne veulent pas voir ? Que l'Esprit Saint vienne visiter nos assemblées.

Par mahona 7 octobre 2019 à 12 h 17 Répondre à ce commentaire

Pourquoi, Seigneur Jésus, n’aurais-Tu pas eu droit à vivre la colère ?
La colère, c’est ce que je vis lors ce que je ne me sens pas reconnu.
Comme lorsqu’on a menti à mon propos.
Ou tagué ma façade, ou volé ce qui me revenait.

Comme pour Toi, Seigneur Jésus,
lorsque les changeurs avaient fait de la maison de Ton Père un tripot.
Comme lorsque Pierre, Ton ami, T’a dit : « n’y va pas, n’y va pas… ».
Ou encore, lorsque tu voyais les responsables du Temple,
empêcher les pauvres gens de découvrir l’Amour de Ton Père.

La colère n’est pas la violence.
La violence, celle qui blesse l’autre, est une contrainte nourrie par mes peurs.
Si tu as renversé les tables, Tu n’as frappé personne, dans le Temple.
Tu as même guéri l’oreille de Malthus, venu te chercher avec les soldats.

Lorsque j’exprime avec clarté ce que je pense,
j’emploie alors utilement l’énergie de ma colère.
Mais il n’est pas dit que je garderai l’affection de tous…
car ils seront parfois confrontés à leurs peurs.

Seigneur Jésus, fils de Dieu, - Dieu ! -,
Tu es venu nous annoncer le Royaume
avec les seules armes de l’Amour, du partage et du Pardon.

Tous ceux qui ont pu l’entrevoir Te rendent grâce.

Mais le monde, rempli de peurs, ne veut pas y croire.
C’est pourquoi ils ont décidé de Te tuer.

Trois jours plus tard,
Tu as proclamé au monde la Vérité du Royaume de Ton Père.

Gloire à toi, Seigneur Jésus.
Tu es le guide de toutes nos vérités.

Par Paul (Belgique) 7 octobre 2019 à 11 h 13 Répondre à ce commentaire

Mais, si vous le voulez, Jésus a eu droit à sa colère, et après il a eu droit aussi à celle de ceux qui l'ont condamné (indignés parfois par ce qu'il disait, et pas toujours pour sauvegarder leurs intérêts, mais parfois en voulant faire respecter les traditions de leur foi même s'ils étaient peut-être dans l'erreur parce que leur connaissance de Dieu et du royaume des cieux étaient partielle, comme la nôtre d'ailleurs....)
Alors après on peut discuter colère juste ou injuste, sainte colère, etc....
La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous. Perso, je préfère la douceur vraie.
Et tant que Jésus qui se dit doux et humble de coeur, sera décrit par des "sbires" de l'Église comme un homme dur, colérique, avec des paroles dures, il ne sera pas mon Dieu, mais juste un homme.... mais peut-être qu'en tant qu'homme, il lui faut apprendre sur la croix jusqu'au bout, jusqu'où doit aller la douceur et l'humilité de cœur??? Mais peut-être est-ce là ma dureté de cœur et mon aveuglement entêté qui parle????

Par Tomboy 7 octobre 2019 à 11 h 57

Cher Tomboy,

Jésus avait déjà annoncé à ses disciples,
bien avant Pâques, comment Il allait souffrir et mourir.

Je ne sais donc pas s’Il avait encore quelque chose à apprendre en ce domaine.
Mais il en a parcouru totalement l’expérience humaine,
frère de chacun de nous qui souffrons,
qui doutons, et nous révoltons parfois.

Jusqu’à l’instant de la plus grande frayeur :
« Père, pourquoi m’as-Tu abandonné ? ».

Et ensuite : « Père, je remets entre Tes mains mon esprit ».
Et puis, la mort, dans un grand cri.

Pour nous annoncer, après trois jours, la réalité de la Résurrection.
Que la Vraie Vie est éternelle,
que tous nos humbles gestes d’amour,
de partage et de pardon en cette vie
ne seront jamais perdus.

Merci pour la sincérité de votre partage, Tomboy, vraiment.
C'est en cela, me semble-t-il,
que nous sommes frères et sœurs avec Lui
dans notre petite communauté cybernétique...

Par Paul (Belgique) 7 octobre 2019 à 16 h 05

Oui, bien malheureux, ces scribes et ces pharisiens qui ne comprennent pas, ne voient,
Si seulement ils avaient su, s'ils savaient le bonheur, la joie, qu'il y a à voir la douceur de la Vérité plutôt que la dureté des invectives et du mensonge...

Par I. 7 octobre 2019 à 10 h 09 Répondre à ce commentaire

Dans Matthieu (ch.5), contrairement à Luc, le sermon sur la montagne ne comprend que huit Béatitudes: Heureux les pauvres de coeur..... heureux ceux qui pleurent.... heureux les doux..... Jésus promet à chacun une vie meilleure -le bonheur- dès aujourd'hui.
Dans le texte de ce jour, au chapitre 23, juste avant son arrestation, voici que Jésus, irrité par la conduite des pharisiens et des maîtres de la Loi qui détournent le sens de la Loi, lance des invectives à leur sujet, en les traitant d'hypocrites, ou d'aveugles : "Malheur à vous....." Il y en a huit en tout.
C'est vrai que c'est rare de voir des paroles si dures dans la bouche de Jésus ! J'y vois là encore une preuve que s'il était Dieu, il était aussi pleinement Homme.
Seigneur, aide-nous à être des lumières pour nos frères !

Par Mamoune 7 octobre 2019 à 9 h 49 Répondre à ce commentaire

La dureté de Jésus peut aussi se comprendre: il se rend compte que les Pharisiens et les docteurs de la Loi restent fermés à ses paroles, à son message.... Il a en quelque sorte échoués à les convaincre. Dans sa colère il y a sans doute beaucoup de peine et de tristesse ?

Par Mamoune 7 octobre 2019 à 9 h 56

Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne: Transporte-toi d'ici là, et elle se transporterait; rien ne vous serait impossible. Ce passage Jésus nous montre qu'avant tout c'est la foi , Mamoune
Ainsi tout peut s'accomplir , croire et avoir la foi
La foi , donne de prendre la mer , sans avoir peur de couler .Les scribes et les pharisiens
n'ont pas reconnu le Seigneur , Jésus , mais pourtant ils l'on vu , quelle grâce , or de nos jours , la foi , c'est croire ce qu'on espère tous .La foi des Saints , la communion ,l'inverse
c'est l'incrédulité qui reste un faux témoignage.Crois-tu en Jésus ressusciter !
Oui , je crois qu'il faut un seul directeur , médiateur , c'est sans doute pour cela que
Jésus par sa consécration , se donne en "nourriture. Comment reçoit t 'on , mange
t 'on , mâchons -nous et digérons-nous ? partageons-nous notre foi.

Par Fred 7 octobre 2019 à 12 h 20

Merci frère Grégoire Laurent votre commentaire est bouleversant. Mais pourquoi le texte de l'évangile est-il lu à toute vitesse? les gens sont- ils si pressés ???

Par Lechain Françoise 7 octobre 2019 à 9 h 02 Répondre à ce commentaire

"Vous n'avez qu'un seul maître, le Christ" dit Jésus. Le maître, littéralement, est celui qui mène, conduit, celui qui guide. Or c'est bien ce que reproche là Jésus aux scribes et Pharisiens : d'être des "guides aveugles". Comment celui qui ne voit rien pourrait-il guider qui que ce soit? Mais Jésus, lui, voit. Il voit ces hommes tels qu'ils sont. Et il leur leur dit.
Etre doux, à mon sens, ne signifie pas être mièvre, enrober ses paroles pour les atténuer dans un "ce n'est pas si grave" assassin. Si Jésus est rude avec les Pharisiens c'est qu'il est venu pour les sauver eux aussi, et qu'il n'est qu'une manière de percer la carapace de certitudes dont ils sont bardés , et c'est de leur parler comme il le fait. La compassion n'est pas apitoiement. C'est avoir mal avec, et Jésus a mal de voir ce qu'il advient par les mains et les paroles de ces hommes. Il a mal pour ceux que ces hommes guident si mal et pour eux qui pensent ainsi servir Dieu.
Surtout ne pas faire de vagues, surtout ne pas risquer de heurter... Mais l'Eglise meurt d'un trop bien pensant, d'une gentillesse de façade qui fait que l'on ne dit pas les choses telles qu'elles sont. Or Jésus jamais ne se dérobe à la vérité. Il dit le réel, tel qu'il est. C'est ainsi que l'on peut avancer.
Merci fr Grégoire!

Par Audrey 7 octobre 2019 à 8 h 50 Répondre à ce commentaire

On peut très bien être doux sans pour autant être ni mièvre ni dur, c'est une attitude du cœur, qii engendre des paroles qui font autorité (sans être autoritaire dans le sens: c'est comme cela et pas autrement, je ne veux voir qu'une seule tête la mienne) mais ne sonnent dures ou mièvres que lorsque les yeux du cœur ne voient pas/plus très bien, pour diverses raisons...
C'est en tout cas comme cela que je vois, aveuglément peut-être....
Dire la vérité sans dureté et sans condescendance n'est pas simple, c'est sûr....
Bonne journée chère Audrey.

Par Patricia 7 octobre 2019 à 9 h 14

Bien sûr, chère Patricia! Ce que j'essayais simplement de dire, c'est que ce que l'on se méprend peut-être sur le terme de douceur. Jésus nous dit qu'il est "doux et humble de cœur" (Mt 11, 29), et il a ces paroles rudes et tranchantes pour les Pharisiens, comme le dit le fr Grégoire. Il me semble qu'il y a là quelque chose à penser. La douceur n'est pas cajolerie, elle dit la réalité telle qu'elle est. Non pour blesser, mais pour sauver. C'est une grâce que fait Jésus aux Pharisiens en leur parlant ainsi. Eux qui accordent tant d'importance aux apparences, c'est à la vérité nue et sans fard qu'il les confronte. Et sa douceur se dit peut-être bien aussi ainsi.
Belle journée à vous aussi!

Par Audrey 7 octobre 2019 à 10 h 05

Chère Audrey, oh ! comme je partage ton commentaire ! on a bien vu ce qui s'est passé dans notre Eglise à force de vouloir cacher, de ne pas dire les choses qui blessent, manque de courage ? Peur du quand dira-ton ? Ou de donner une mauvaise image du clergé ? Si en haut lieu on avait osé se mettre en colère, il n'y aurait pas eu autant autant de gâchis. Heureusement notre François, lui a osé.
Jésus, Lui a eu le courage de leur dire leur vérité aux scribes et aux pharisiens, qui se croyaient les meilleurs, les plus pieux, les biens-pensants de la société.
C'est mon humble avis.
Je t'embrasse
Bonne soirée à tous,
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 7 octobre 2019 à 18 h 49

Merci beaucoup Marie Jeanne! Oui, c'est exactement ça! Dire les choses, telles qu'elles sont. Et avancer, enfin.

Par Audrey 8 octobre 2019 à 9 h 35

Au sujet de cette histoire de serments , ce que je comprends, c'est que les pharisiens et les scribes , qui étaient , a titre d'elites érudits, les gardiens de la loi, jouaient un peu le rôle de notaire. Un serment, c'est a dire un engagement devant dieu, n'était valable, selon eux, que s'il était authentifié par un don, en fait un paiement a leur profit. C'est comme si un prêtre pretendait, par exemple, qu'un mariage religieux n'était pas valable sans faire un don a la paroisse. Ce que Jésus dénonce, c'est , encore une fois, la confusion entre les lois divines et humaines. Car seul dieu est le garant ultime de la justice (" ce que je veux, c'est la miséricorde et non les sacrifices "). Si quelque chose est injuste, tous les paiements du monde n'y changeront rien, mais le repentir, oui. On n'achète pas dieu ni son salut.

Par Antoinette 7 octobre 2019 à 7 h 46 Répondre à ce commentaire

Merci fr Grégoire ,
Ce n'est pas en me disant Seigneur , Seigneur que l'on entrera dans le Royaume des cieux Avoir des titres c'est bien , mais surtout Un seul coeur !
La loi entre les scribes et les pharisiens , oui , mais la connaître , savoir alors la mettre
en pratique , non pas avec supériorité , vanité , mais donner en actes et en vérité cette
grâce qui nous fait accomplir (par amour) et qui assure La Paix par Dieu
A quoi sert de réciter un rosaire , d'aller à l'église , et j'en passe , sans l'amour de Dieu
On prends Dieu même pour demander de gagner au lotto ! on se trompe d'alliance s
ans faire de nom , en faisant une liste des "besoins " en se prenant pour Dieu , amour , gloire et beauté , avec un Moi avant Dieu , des iotas pleins les yeux.
Si quelqu'un vient au Nom de Dieu , c'est avant tout par amour , donc c'est oser comme Jésus , dire , et faire et partager , car tout le pouvoir du monde , n'est rien
face à l'amour de Dieu sans cela Les eaux alors sont troubles .Le serviteur du Seigneur ne doit pas être querelleur , quels que soient le service , c'est l'amour que je veux et non le sacrifice , car on finit par ressembler à un ballon qui monte et explose.
Jésus nous montre aussi le bon samaritain , c'est qu'il n'attend rien en retour .
Jésus , ne divise jamais , et ne renie personne . Restez fidèles prends un sens qui
devient être l'ami de Dieu, compagnons de service . Il me revient Daniel et le dragon ,
en souriant , qui alimentons -nous? quelle maison ?

Par Fred 7 octobre 2019 à 6 h 54 Répondre à ce commentaire

Je crois que la façon dont on lit ce passage est très importante et peut changer tout son sens.
Souvent on le lit en voyant un Jésus dur qui fait la leçon aux scribes et aux pharisiens, en oubliant sa douceur et sa compassion pour tous, celles qui le font pleurer sur Jérusalem.... ou alors c'est que Jésus lui-même est un imposteur et un menteur????....
En fait je crois qu'on fait la même erreur que ceux qui l'ont condamné car ils n'ont vu qu'un puissant, dur, qui voulait renverser leur trône et leur pouvoir, et leur enlever peut-être même aussi leur nécessaire pour vivre, alors qu'il ne cherche qu'à les éveiller à une nouvelle façon de voir. Ils s'égarent eux-mêmes et égarent les autres par leur façon de voir, de penser, de prêcher, car leur connaissance est partielle...
La lumière, nécessaire et suffisante pour voir, éclaire mais ne fait pas mal, ne fait pas de mal. Elle n'agresse pas, ne dénonce pas, mais dévoile un autre monde, une autre façon de voir...
J'aurais aimé une explication sur les versets 16 à 22, plus que sur l'attitude de Jésus. Que signifie: faire un serment par quelquechose?

Par Patricia 7 octobre 2019 à 6 h 35 Répondre à ce commentaire

Ça n'est pas un passage très connu, car il fait allusion a des choses très datées. Mais c'est vrai que la, on voit un tout autre visage du christ. Humble de cceur certes, mais doux...., pas toujours. Il est exaspéré par le mal que font les pharisiens ,en cadenassant l.accès au royaume de dieu. Oui, pour démasquer l'imposture, une violente lumière est necessaire. Mais elle est insupportable aux pharisiens, parce que leur main mise sur la connaissance de la loi fonde leur position sociale . "aveugles conduisant d'autres aveugles..." ils ne sont pas forcément hypocrites, mais ils s'aveuglent eux même en detournant a leur service la parole de dieu. Alors que le devoir d'un dirigeant est d'être au service des autres., par la vérité, la justice et l'amour.
De nos jours, quel serait l'équivalent ? Je pense au mouvement des indignés, aux marches pour le climat, a l'encyclique laudatio si... Tout ce qui est dénonciation de l'enfumage que nos dirigeants tentent de nous imposer.
Personnellement, j'aime bien ce Jésus s'opposant frontalement au mensonge. il est venu sur terre pour servir, non être servi. Servir dieu et servir les autres, c'est le meme engagement, forcément risqué.

Par Antoinette 7 octobre 2019 à 3 h 15 Répondre à ce commentaire

Merci Antoinette, pour votre réaction très claire :À quand et comment, l’expression de notre indignation devant l’enfumage permanent que nous vivons ...

Par Nicole B 7 octobre 2019 à 7 h 27
voir tous les commentaires

Souhaitez-vous lancer le player audio ?